Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Matt Carson - Saison 2 Episode 8

Matt Carson - Saison 2 Episode 8

J’ai passé une soirée merveilleuse. Chris avait préparé de succulentes coquilles Saint-Jacques, et Allie était suffisamment en forme pour que je puisse profiter d’elle pendant une partie de la soirée avant qu’elle ne rejoigne le monde des rêves. 

Avant d’aller nous coucher, j’ai parlé de l’invitation à dîner des Grainger vendredi prochain. Chris n’était pas très chaud pour y aller. Et pour tout vous dire, depuis l’altercation que j’ai eue avec Jim, moi non plus. Nous avons donc décidé d’un commun accord de refuser l’invitation. C’est moi qui m’en chargerai demain dans la journée. 

J’ai également passé une bonne nuit. Sans nuages, sans Sylvia Gallagher, et je me suis réveillé de bonne humeur. 

Me voilà donc parti pour passer une bonne journée. Je ne pensais pas si mal dire !

Je pénètre dans le secrétariat de mon cabinet. Amanda est en train d’établir la facture d’un client sur son ordinateur. Je hausse les sourcils en voyant le siège de l’autre côté de la pièce vide.

- Jen n’est pas là ?

- Non, Monsieur. 

- Elle a téléphoné pour dire qu’elle arrivait en retard ?

- Non Monsieur. Elle a dû avoir une panne d’oreiller. Je vous l’avais bien dit. Elle est trop jeune pour…

- Merci Amanda. 

Je file dans mon bureau pour ne pas en entendre davantage. Je m’économise ainsi un interminable pamphlet verbal sur Jen, et la jeunesse d’aujourd’hui qui n’était plus celle d’avant, etc. 

Je décide de m’atteler au dossier Salinas, une succession qui se passe mal entre un frère et une sœur. Je reste plongé une bonne heure et demie sur le sujet, préparant ma défense. Puis je pose mon stylo Mont-Blanc avec un soupir de bien-être. J’ai tous les atouts en main pour faire gagner ma cliente. Il ne reste plus qu’à distribuer les cartes le jour du procès, soit mercredi prochain. 

Je suis sur le point d’appeler ma cliente Sybille Salinas, lorsque Jen surgie comme un boulet dans mon bureau. L’effet de surprise passé, je lui dis : 

- Où étais-tu passée ?

- Tu voulais connaître les appels et SMS passés par Kirian Cross avant la disparition de Lili oui ou non ?

Je secoue la tête. Ce n’est pas que j’ai oublié l’affaire Lili Metcalfe. Théoriquement, Kirian Cross est toujours mon client, mais n’ayant pas de nouvelles de Lili, l’affaire est au point mort et je pense qu’elle ne sera relancée que lorsque nous aurons des nouvelles de la jeune fille. Sans cela, l’enquête menée par Brian Cord risque de finir rapidement dans les affaires non classées. 

- Je t’écoute.

- Rien. 

- Quoi, rien ? 

Jen dépose le dossier avec la liste des appels et SMS de Kirian.

- Il a appelé Lili deux fois seulement en trois semaines. Pas de quoi appeler ça du harcèlement. En revanche, niveau texto, il n’a pas lésiné. 

- Ah !

- Sauf que son dernier sms date de cinq jours avant le feu de joie.

- Seth m’a dit que le sms datait du jour de sa disparition.

Jen hausse les épaules.

- Il a menti.  

Cela veut donc dire que Seth Grainger peut avoir également menti en affirmant que Kirian harcelait Lili par téléphone. Je souris à Jen.

- Parfait, on aura de quoi se défendre si Kirian est de nouveau inquiété par la police. 

Je repose le dossier. 

- C’est du bon boulot ! 

- On fait comment pour mon augmentation ?

- File dans ton bureau, petite garce ! dis-je les yeux pétillants de fierté à l’égard de ma recrue. 

Je me replonge dans mon travail, le cœur plus léger. Avec la preuve que Kirian n’a pas harcelé Lili et que Seth a menti, j’ai de quoi organiser une bonne défense si jamais on n’apprend qu’il est arrivé malheur à Lili. 

La nouvelle me parvient pendant la pause déjeuner. Cette fois, pas question de manger autre chose que le fameux hot dog de Moses. J’en salive d’avance. 

Je pousse la porte du secrétariat.

- Je vais manger chez Moses, vous venez avec moi.

- Yep, me répond Jen qui saute de sa chaise et saisit sa veste en cuir noir.

Amanda pose un dossier dans le coin de sa table.

- Désolée, Monsieur. Mais je préfère aller manger une salade au réfectoire, si vous n’y voyez pas d’inconvénient.

- Il n’y voit aucun inconvénient, répond Jen à ma place.

Amanda ne relève pas.

- Et si je peux me permettre, Monsieur. Je trouve que vous allez trop souvent chez ce marchand ambulant. Il ne propose que des aliments gras. Frites, Hamburgers, Hot-Dogs… Vous avez besoin de manger plus sain. Des légumes… des fruits… 

Jen soupire.

- Côté rabat-joie, on fait pas mieux !

Je suis plus diplomate.

- Amanda a raison, notre corps a besoin d’aliments sains. Mais je vais vous rassurer, Amanda, mon mari me prépare des plats très équilibrés le soir. Un vrai régal. Nous vous inviterons un jour.

Amanda pince les lèvres et saisit son sac. 

- Bien, à tout à l’heure, Monsieur.

J’ignore ce qu’Amanda pense du mariage entre personnes de même sexe. Elle n’évoque jamais le sujet. Elle sait que je vis avec un homme, car je ne le cache à personne. Cependant, elle n’en a jamais parlé. Elle se contente de faire son travail. Et comme elle le fait bien, c’est pour moi le principal. 

Moses a installé son food truck non loin du square de Peyton Place. Ainsi ses clients peuvent s’asseoir sur les marches du kiosque à musique pour manger, ou alors sur le banc du square, parfois même sur l’herbe. 

Moi je préfère rester devant la camionnette, pour discuter avec Moses. Pendant que le palais de Jen se prend de passion pour les frites et le hamburger qu’elle a commandé, je parle avec Moses des prochaines élections présidentielles.

Je vois que cela n’intéresse pas ma petite protégée. La politique, ce n’est pas son truc, elle me l’a déjà dit. Elle ne va pas voter. Pourquoi aller voter pour des gens qu’on ne connaît pas, et qui proposent un programme qu’ils ne tiennent jamais une fois élus. Je lui explique le principe de démocratie, et elle me répond que prendre la décision de ne pas aller voter est aussi un choix démocratique.

Moses part s’occuper d’un client tandis que Jen termine son repas ambulant. Pour ma part, je le savoure, mon Hot-Dog façon Moses, avec une épice bien particulière dont il n’a jamais voulu dire le nom. Secret de chef, me dit-il toujours lorsque j’aborde le sujet.

- Matt ?

- Oui.

Jen s’essuie les lèvres avec sa serviette en papier.

- Ce que je t’ai dit hier, je le pense. J’aimerais beaucoup continuer à faire du terrain. 

- Tu voudrais devenir un peu une sorte de détective. 

- Ouais, c’est ça. 

- Écoute, pour l’instant, tu es en stage chez moi. Tu dois faire tes preuves. 

- Je les ai faites hier, je pense, non ? Bon, bref, si tu as besoin de moi pour fouiner et enquêter, te gênes pas, d’accord. 

J’allais lui répondre « d’accord » lorsqu’un crissement de pneus déchire mes tympans. La voiture de police, garée devant le poste non loin de nous, démarre à toute vitesse et quitte la zone du square. Je reconnais Brian au volant, l’air préoccupé. 

- Qu’est-ce qui se passe ? je murmure.

- Tu veux le savoir ? me répond Jen. Attends-moi ici , j’en ai pour quelques minutes. 

Elle tourne les talons et court vers le poste de police.

- Jen ! Qu’est-ce que tu fais ?

Elle ne répond pas et je la vois pénétrer dans l’établissement. 

Je continue à savourer mon Hot Dog et me tourne vers Moses. 

- Deux cents dollars, je lui dis. Deux cents dollars et tu me dis quelle est cette épice magique que tu mets dans tes sandwiches.

Moses secoue la tête en souriant.

- Désolé Matt. Mes secrets ne sont pas à vendre.

- Même pour un ami comme moi ?...

- Même pour un ami comme toi. Allez, je t’offre le café.

Il me prépare un café dans un gobelet blanc. On peut dire que le breuvage de Moses n’est pas ce qu’il fait de mieux. Mais le liquide réchauffe mon corps et me fait du bien.

Jen revient vers moi en courant. Elle a le visage blême.

- Jen, mais où est-ce que tu étais passée ?

- Je connais la fliquette qui est à l’accueil au poste de police.

- Alors, qu’est-ce que Brian avait de si urgent à faire ?

- Ils ont trouvé quelque chose dans les bois jouxtants Peyton Place et White River.

Me cœur se soulève dans ma poitrine. Je pose mon gobelet contre le petit comptoir de fortune installé par Moses.

- Lili ?

- Pas elle, mais quelque chose qui est en rapport avec sa disparition ! 

- Quoi ?

- Je n’en sais rien. La fliquette n’en savait pas plus. Mais ça sent mauvais, Matt.

- Pourquoi ?

- D’après elle, ils auraient parlé d’un objet recouvert de sang et qui appartiendrait à Lili.

Jen a raison, ça sent mauvais. Elle tourne les talons pour partir.

- Où est-ce que tu vas ?

- À la pêche aux infos, me répond-elle.

- Fais attention à toi !

Je retourne au bureau. Dans la voiture, j’appelle Brian Cord. Il est sur messagerie, comme je le pensais. Je lui laisse un message et lui demande de me rappeler. 

L’après-midi se déroule dans le calme. Je n’ai pas à plaider au tribunal. J’en profite donc pour mettre mes dossiers à jour sans trop penser à Lili Metcalfe. 

À seize heures, Brian rappelle enfin. Je décroche et dis immédiatement.

- Brian, j’ai essayé de te joindre, je…

- Matt, écoute-moi.

Mais je n’écoute pas.

- Est-ce que vous avez du nouveau ? Vous avez retrouvé Lili ?

- Non, mais on a effectivement du nouveau. Je ne peux pas t’en parler pour l’instant. 

Si Brian ne peut pas me parler de l’affaire pour l’instant, pourquoi appelle-t-il ? Il me donne la réponse immédiatement. 

- Ta collègue, la jeune intrépide que tu emploies comme stagiaire.

- Jen ?

- Oui, j’ai été obligé de la boucler. Elle dans une cellule de la prison. Tu ferais mieux de venir. 

 

A suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article