Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Matt Carson - Saison 2 Episode 14

Matt Carson - Saison 2 Episode 14

Je tente de calmer Mary. Elle est hystérique, veut aller voir dans la cave si Kirian n’y a pas enfermé Charmaine. Puis elle veut monter à l’étage, toujours en pensant que sa petite fille pourrait être retenue prisonnière dans un placard de la chambre du jeune Cross.

Je dois finalement élever la voix pour que Mary se calme. Je la fais asseoir dans le canapé et commande à Joey un whisky pour calmer la mère éplorée. 

Mary boit une gorgée de la boisson avec une grimace. Cette fois, elle est calmée et je peux commencer mon interrogatoire.

- Mary, expliquez-moi clairement ce qui se passe.

- Ma petite fille a disparu. Je suis sûre que c’est le jeune Cross qui l’a enlevée.

- Pourquoi ?

- Parce qu’il est impliqué dans la disparition de Lili Metcalfe, voilà pourquoi ! Ce garçon est un pervers. 

Les traits de Joey s’assombrissent.

- Je vous interdis de parler de mon garçon de la sorte ! 

Je demande à Joey de se calmer. On n’y arrivera pas, sinon. 

- Mary, depuis quand Charmaine a-t-elle disparu ?

- Tôt ce matin. Elle a pris le bus pour aller à l’école. C’est la dernière fois que je l’ai vue. Lorsque le bus est revenu avec tous les gosses en fin d’après-midi, elle n’était pas avec les autres. J’ai tout de suite appelé l’école et ils m’ont dit qu’elle n’y était pas allée de la journée. 

Voilà qui est inquiétant, je songe.

- Avez-vous prévenu la police ? 

- Bien sûr !

Ce qui explique leur retard pour la perquisition chez les Cross. Ils sont en manque d’effectifs et cette histoire leur tombe dessus…

- Mary, Kirian n’y est pour rien. Il n’a pas pu enlever Charmaine. Il est au poste de police depuis 6 h 30 ce matin. 

Elle met un certain temps avant d’ingérer l’information, me regardant avec ses grands yeux qui expriment la peur et l’angoisse. 

- Mais… mais qui… a…, bredouille-t-elle.

- La même personne qui a enlevé Lili et qui en veut à mon fils au point qu’il est en ce moment au poste pour un crime qu’il n’a pas commis.

Tous ces événements me dépassent. Je me dis qu’il faut un cahier 196 pages pour regrouper toutes les informations et les analyser tant la liste est longue. 

Je raccompagne Mary chez elle puisque nous sommes voisins. Dans la voiture, elle ne dit rien. Elle se contente de regarder par la fenêtre, se mouchant de temps en temps. 

- On va la retrouver, votre petite Charmaine. 

Elle se tourne vers moi et essaie de sourire, me faisant comprendre que mes paroles ne l’apaisent pas, mais qu’elle me remercie d’avoir essayé. 

Je me gare devant chez les Grainger. Seth et Jim ayant vu ma voiture arriver, se plantent tous deux devant la porte, attendant Mary. Avant de rentrer chez elle, elle me dit : 

- Je vous préviens si j’ai des nouvelles. Merci, Matt. 

Tandis que je fais le chemin à pieds jusque chez moi, je songe à Mary et sa personnalité complexe. Elle peut devenir hystérique à un moment, et virer au calme plat l’instant d’après, tout ceci avec une rapidité déconcertante. 

Notre maison est vide. Chris et Allie ne sont pas là. Mon cœur se serre. Dans ces instants tragiques, j’ai besoin d’une épaule sur laquelle me reposer, et j’ai besoin de voir ma petite fille rire et jouer avec son doudou. 

Chris a laissé un mot dans la cuisine. Il a rejoint l’équipe chargée de ratisser les alentours pour retrouver Charmaine. Il a confié Allie à Linda, la femme de Brian. 

Je soupire en allant dans le salon me servir un scotch avec trois glaçons. Muni de mon verre à la main, je regarde par la fenêtre la tranquille rue dans laquelle nous habitons. La journée commence à s’assombrir. D’ici une petite heure, la nuit viendra envelopper la petite ville… et Charmaine. Et je sais que lorsque quelqu’un disparaît, la nuit est un ennemi pour tous ceux qui espèrent. 

Je décide d’aller rejoindre un peu plus tard le groupe de recherche. J’ai d’abord deux choses à faire.

La première est d’appeler Brian. Il est encore au poste de police et me répond au bout de la troisième sonnerie.

Je lui demande immédiatement :

- Des nouvelles de la petite Charmaine ?

- Non. Nous avons encore deux bonnes heures devant nous avant de suspendre les recherches pour la journée. J’espère qu’on la retrouvera avant.

Brian pense comme moi. Il s’imagine le petit corps recroquevillé contre un arbre dans la forêt, grelottant de froid et à l’affût du moindre bruit suspect. Ce doit être horrible.

- Brian, ne crois-tu pas qu’il est temps de relâcher le jeune Cross ? 

- Pourquoi ? Parce que la petite Grainger est portée disparue ?

- Kirian n’y est pour rien dans cette affaire. Il n’a pas pu enlever la petite. Les horaires ne concordent pas.

- Et alors ?... Matt, la disparition de Charmaine n’a peut-être rien à voir avec celle de Lili. 

- Bien sûr que c’est lié, et tu le sais. 

- J’ai ici un suspect avec des preuves tangibles, je dois continuer à l’interroger. 

- Brian, il faut que je te dise quelque chose : j’ai surpris Charmaine en train de dessiner Lili, et lorsque je lui ai parlé de Lili, elle a paru effrayée. Plus tard, j’ai vu un autre dessin de la gamine : il représentait toujours Lili, mais avec une tache rouge sur le visage, comme une tache de sang. 

Je me garde bien de lui dire où j’ai vu ce dessin et comment je m’y suis pris. 

- Bon sang, Matt ! Pourquoi est-ce que tu me dis ça seulement maintenant ? 

- Si je te l’avais dit avant, tu aurais fait quelque chose ? 

Pas de réponse à l’autre bout du fil. Je raccroche et vais de ce pas dans mon bureau, situé à l’arrière du salon. 

J’ai décidé de ne pas parler du téléphone prépayé à Brian. Il ne doit pas encore savoir qu’il appartient à Joey et non à Kirian. Je préfère enquêter de mon côté. 

J’ouvre mon ordinateur portable et me branche sur Word. Je décide alors d’inscrire les faits de ces derniers jours en espérant d’une part, ne rien oublier, et d’autre part en espérant pouvoir recouper quelques informations, histoire de pouvoir construire un début de puzzle. Pour l’instant, aucune des pièces ne s’emboîte. 

Si seulement j’arrivais à trouver un suspect clé dans cette affaire, mais il y a trop de gens qui sont impliqués. 

J’ouvre le fichier de l’enquête de terrain de Jen, mon fichier avec mes notes personnelles et j’entreprends de lister tous les événements par ordre chronologique. J’ai appris que lorsqu’un fait arrive, le facteur temps est souvent primordial. 

Je commence à rédiger, sous forme de liste à puces, les événements qui ont jalonné la vie de Lili Metcalfe avant sa disparition. Je commence par sa relation avec le prof de Maths, puis à leur rupture et au prétendu chantage que Lili exerçait sur l’enseignent pour lui soutirer de bonnes notes.

Je continue et établis une page complète retraçant le parcours de Lili. Je relis mes notes. Puis je secoue la tête. 

Rien ne va ! 

Nous avons ici une pléthore de personnes qui entouraient Lili et dont je n’arrive pas à lier les destins : Standis le prof, les Cross, les Grainger (et en particulier la petite Charmaine)… Trois facteurs, et rien pour les relier. Il doit pourtant y avoir un dénominateur commun entre ces trois facteurs. 

Ce pourrait-il que le dénominateur commun soit le chantage ? Lili me semble une spécialiste de la discipline. Et si Jim Grainger avait lui aussi eu une liaison avec Lili ? Je me rappelle alors les paroles que j’ai surpris de sa femme Mary, le jour où j’étais venu interroger Seth. « Je sais ce que tu as fait avec elle ! Tu me dégoûtes !! ». Ces mots restent gravés dans ma mémoire depuis. 

Qu’entendait Mary par « ce que tu as fait » ? Tuer Lili ? Et Charmaine aurait vu la scène ? Ce qui expliquerait son mutisme et ses dessins. Je songe au pire. Et si Jim avait fait disparaître Charmaine pour ne pas qu’elle parle ?

Bon sang ! Cette histoire me dépasse. Je sais que si j’arrive à trouver un point commun entre Standis, les Cross et les Grainger, j’arriverai sans doute à un début de réponse. 

Je saisis mon portable et appelle Jen. Elle décroche presque tout de suite.

- Jen ? Je suis chez moi. Est-ce que tu peux venir, j’ai un truc à voir avec toi ?

- Je fais partie du groupe de bénévoles qui cherche la gamine. Je peux être là dans…

Je l’interromps. 

- Dis-moi où tu es, c’est moi qui viens. 

Prendre l’air m’aidera à réfléchir, et je serai plus utile à chercher Charmaine qu’à rester enfermé chez moi.

 

suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article