Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 974

Episode 974

Carolyn et Ellen arrivent au centre pour les sans-abris.

L’endroit est gris, froid et sans âme. La façade du bâtiment – un long bloc rectangulaire en béton – aurait bien besoin d’une réfection. Des tags – parfois douteux – s’étalent sur les murs dont la peinture s’écaille.

L’intérieur n’a rien à envier à l’extérieur. Les murs blancs, jaunis par la fumée de cigarettes, sont nus. C’est comme si la vie vous quittait lorsque vous pénétrez dans cette enceinte.

Carolyn et Ellen sont reçues par une personne qui n’est pas très avenante et dont le prénom est inscrit sur son badge : Jenny. 

Carolyn regarde autour d’elle et son cœur se serre. Une ambiance morne, triste, à l’image de ces SDF blottis dans une salle, dormant sur des matelas parce que la ville n’a pas assez d’argent pour leur procurer de vrais lits. 

Jenny semble percevoir le malaise de Carolyn.

JENNY : C’est l’œuvre du gouvernement et de la ville de Sacramento. Les sommes qu’ils nous allouent sont dérisoires. On aurait besoin de beaucoup plus d’argent pour pouvoir acheter des lits, refaire la déco. Et pendant ce temps, à l’extérieur de la ville, tout est propre.

Elle regarde sa liste.

JENNY : J’ai bien une Marisa Hayes qui est ici.  

Elle fait attendre les filles dans une pièce là aussi sans âme, le bureau de la directrice. 

Pendant qu’elles attendent Marisa, Ellen est de plus en plus nerveuse. Cette fois, Carolyn lui prend la main.

CAROLYN : Tout va bien se passer. 

ELLEN : J’ai peur, Carolyn. 

CAROLYN : Tu n’as rien à craindre.

La directrice, une femme de taille moyenne avec un petit nez retroussé et des lunettes plus grandes que son visage, entre accompagnée de Marisa. 

Le cœur d’Ellen fait un bon dans la poitrine lorsqu’elle observe sa mère. 

Comme elle a changé ! Ellen se dit qu’elle a pris dix ans en quelques mois. Elle se lève, Marisa la reconnaît et se jette dans ses bras.

MARISA : Ma toute douce… ma petite fille. 

Ellen pleure doucement dans les bras de sa mère. 

ELLEN : Maman, pourquoi n’as-tu rien dit ? Pourquoi rester dans ce centre sans donner de nouvelles ? Pourquoi tu ne m’as pas appelée ? Je serai venu te chercher ?

Marisa pose les paumes de ses mains sur les joues de sa fille et lui sourit.

MARISA : Comment va la petite Clara ?

Et soudain, toute compassion part en fumée. Ellen se rappelle les durs moments vécus depuis que sa mère est partie, et plus particulièrement depuis que cette dernière l’a lestée d’une petite sœur supplémentaire. Son regard se durcit.

ELLEN : La dernière fille en date que tu as abandonnée ? Elle va bien !

Carolyn reste en retrait, préférant ne pas s’interposer entre la mère et la fille et estimant surtout que cela ne la regarde pas. 

Marisa s’assoit. Carolyn note que ses cheveux cendrés sont poisseux, que sa veste en laine est déchirée et qu’elle aurait besoin d’une bonne douche et de vêtements neufs.

MARISA : Je comprends que tu puisses m’en vouloir. 

ELLEN : Maman, tu es revenue à Peyton Place uniquement pour abandonner ton enfant et repartir, sans même nous voir. 

MARISA : Non, ma chérie, tu n’y es pas. C’est Jed qui l’a emmenée. Moi je suis restée ici.

ELLEN : Jed ? C’est celui avec qui tu es partie il y a quelques mois ?

Les yeux de Marisa s’animent de passion.

MARISA : Oui, c’est un producteur télé. 

Exaspérée, Ellen soupire. 

ELLEN : Maman, tu as laissé un étranger s’occuper de Clara, tu as laissé ta petite fille de quelques mois aux mains d’un homme que tu connais à peine ?!

Mais Marisa ne se démonte pas devant les reproches de sa fille.

MARISA : Je le connais, ma chérie. Jed est quelqu’un de formidable, tu sais. Il m’a dit que pour ma carrière, ce serait bien que la petite aille vivre avec vous. Il vous l’a ramenée. 

ELLEN : Et ou est-il maintenant ? 

Le visage de Marisa s’éteint.

MARISA : Mort. Il est mort. Il a eu un accident de voiture au retour. Il devait me faire jouer dans sa nouvelle série. 

Marisa se met à pleurer. 

La première réaction d’Ellen est d’être contente qu’il ait eu son accident au retour et non pas à aller alors qu’il avait la petite dans la voiture. 

Ellen ne sait pas quoi faire. Prendre sa mère dans ses bras pour la consoler ? Non ! Elle n’en a pas envie. 

Et pourtant, la naïveté de Marisa la touche au plus profond d’elle-même. Ellen doit s’y faire : sa mère est une personne perdue dans ses rêves, incapable de faire la part entre fiction et réalité. 

Marisa poursuit :

MARISA : Du jour au lendemain, je me suis retrouvée sans rien. A la rue. Nous vivions dans une petite caravane non loin d’ici. Nous étions bien tous les deux. 

Ellen lui répond en essayant de lui parler le plus calmement possible.

ELLEN : Maman, est-ce que tu crois vraiment que les producteurs de télé vivent dans des caravanes ? Et qui plus est loin de Hollywood ?

Marisa hoche la tête.

MARISA : Oh oui. Elle était confortable cette caravane. Et nous étions à Sacramento parce que les extérieurs de la nouvelle série de Jed se tournent ici. Voilà pourquoi !

ELLEN : Tu as déjà été sur le plateau ? 

MARISA : Le plateau de quoi ? 

Ellen n’insiste pas. Marisa est perturbée et incapable de faire face à la réalité des choses.

ELLEN : Pourquoi ne m’as-tu pas appelée ? 

MARISA : Je ne voulais pas t’embêter davantage ma chérie. Et puis, j’avais dans l’idée de rencontrer le nouveau producteur du show, afin qu’il me donne le rôle que Jed m’avait attribué.

Impuissante, Ellen tourne un regard vers Carolyn et secoue la tête. Inutile de lui dire qu’il n’y avait ni série, ni rôle pour elle. En tout cas pas maintenant, car Marisa n’est pas prête à l’entendre.

ELLEN : Maman, je te présente Carolyn Russell.

MARISA : Vous êtes la fille de celle qui a tué son ex-mari.

Ellen baisse la tête, gênée par la réponse bien trop abrupt de Marisa. Elle voulait faire un reproche à Marisa, mais d’un regard, Carolyn l’en défend.

L’avocate a vu à quel point Marisa est perturbée et ne lui en tient pas rigueur. Carolyn sourit.

CAROLYN : On peut voir les choses comme ça. 

ELLEN : Maman, tu vas revenir avec nous, à Peyton Place. Auprès de ta famille, d’accord ?

Marisa se met à pleurer.

MARISA : Est-ce que vous voulez encore de moi, après tout ce que j’ai fait ? 

Ellen pense à la réaction que va avoir sa famille. Scott sera sans doute content, Harry aussi. Mais le problème, c’est Sutton. 

ELLEN : Ca ne sera pas facile, mais il faut que tu reviennes t’occuper de Clara. 

Marisa fait oui de la tête.

MARISA : Je te demande pardon, ma fille. Pardon pour tout. 

Ellen sent pour la première fois sa mère vulnérable et la serre dans ses bras. C’est comme si un mur venait de tomber entre la mère et la fille.

A suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MarIe A 16/11/2018 21:58

A ce point-là, ça relève de l'HP (et ce n'est pas Harry Potter) ! Comment Ellen peut-elle même songer à laisser Marisa s'approcher de Clara ?

Mr Peyton 17/11/2018 08:29

Eh bien, en tant que fille, Ellen a toujours l'espoir que sa mère se comporte en mère... Et puis, elle ne pouvait pas laisser sa mère seule à l'autre bout du pays.