Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 960

Episode 960

Barry, le fidèle assistant de Gloria Emmerson, a troqué sa tenue excentrique par un strict deux-pièces noir. On dit de cet homme que c’est un véritable caméléon et que c’est pour ça qu’il faut se méfier de lui. 

Cette fois, Barry passe de l’assistant efféminé et effronté à un parfait gentleman.

Il est content de lui. L’enquête sur Manuel Amos que Gloria lui a commandé s’est avérée fructueuse. Fils d’un grand magnat mort récemment, Manuel est maintenant Chef d’Equipe à la Fabrique. Il est brillant, bel homme, gentil et il ne traine aucune casserole derrière lui. Or, Barry sait par expérience que le plus maculé des êtres humains cache forcément quelque chose.

Il a appris que la jeune Sutton Hayes, une collégienne pas vraiment au top niveau études, faisait le ménage chez lui trois fois par semaine. Barry a tout de suite pensé qu’elle pourrait être une source précieuse pour les informations qu’il recherche. Il sait par expérience qu’une femme de ménage a aussi des oreilles, et qu’elle sait très bien s’en servir. Il a aussi appris que les Hayes avaient besoin d’argent. Or, quand on a besoin d’argent, on est prêt à tout. 

Il aborde Sutton qui, dans un premier temps, l’envoie paître.

SUTTON : Je n’ai ni besoin d’un nouveau tapis pour mon salon, ni de quelqu’un qui prêche la bonne parole. Et comme je pense que vous trempez dans l’une de ces deux catégories, je vous demanderai de passer votre chemin.

Barry sourit. Elle a du répondant, la petite. 

BARRY : Je sais parfaitement ce dont tu as besoin. 

SUTTON : Oui, moi aussi : Qu’on me fiche la paix !

La petite est coriace. Barry emploie les grands moyens et sort de la poche de son veston une liasse de billets de cent dollars.

Sutton regarde l’argent avec envie. Ellen n’aurait plus à se préoccuper sur les factures non payées…

Sutton secoue la tête énergiquement.

SUTTON : Si c’est pour faire des trucs dégoûtants, c’est pas la peine.

BARRY : Tu n’y es pas. Ce sont des renseignements que je veux. Si j’arrive à les obtenir de ta part, je double la somme et tu auras mille dollars.

Il sent Sutton très intéressée. Pourtant la jeune fille lui tient tête. 

SUTTON : Et si vous ne les obtenez pas ?

BARRY : Tu gardes les cinq cents. Je te demande simplement une chose : la discrétion la plus absolue. Tu ne m’as pas vu, tu ne me connais pas, et la conversation qu’on va avoir, il faudra l’oublier.

La proposition est alléchante, Barry le sait. Sutton ne pourra pas refuser.

SUTTON : Qu’est-ce que vous voulez au juste ?

BARRY : Des renseignements sur Manuel Amos.

A l’expression de Sutton, Barry sait qu’il a tapé dans le mille. Une lueur se met à briller dans les yeux de la jeune fille. C’est clair, cette môme et amoureuse d’Amos. Normal, lui-même l’a aperçu dans le cadre de son enquête et il en aurait bien fait son dîner. 

Sutton essaie de prendre une voix assurée.

SUTTON : Pourquoi est-ce qu’il vous intéresse ?

BARRY : Tu prends l’argent et tu ne poses pas de question. C’est le deal. 

SUTTON : Je ne veux pas qu’on lui fasse de mal. 

BARRY : Tu en pinces pour ce type, hein !

Sutton hausse les épaules.

SUTTON : Quand bien même ça serait vrai, ce n’est plus important. Il m’a jetée comme une malpropre hier soir.

BARRY : On pourrait peut-être en parler autour d’un verre... 

Sutton ne sait pas si elle doit faire confiance à l’homme. Après tout, qui ne dit qu’elle ne va pas tomber dans un piège ? Et puis, pourquoi est-ce qu’il veut savoir des trucs sur Manuel ?

Mais Sutton sait que les mille dollars, elle en a vraiment besoin. Avec cet argent, c’est plusieurs mois de loyers qui vont pouvoir être payés. Ellen sera fière d’elle. 

Et puis, Manuel n’a qu’à aller au diable. Il ne s’est pas soucié de son manque d’argent quand il l’a licenciée.

Voyant Sutton hésiter, Barry reprend :  

BARRY : En fait, ce qui m’intéresse, c’est la relation qu’il existe entre Amos et ses voisins, les Cord. 

SUTTON : C’est tout ce que vous voulez savoir ? 

BARRY : C’est tout. 

SUTTON : Alors c’est d’accord pour 1500 dollars.

Barry sort les billets.

BARRY : Tu es dure en affaire.

 

A suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MarIe A 02/10/2018 21:04

Certes, Sutton ne s'en laisse pas compter, mais tout de même... c'est une adolescente/amoureuse éconduite, il faut se méfier :-O

Mr Peyton 04/10/2018 06:46

Reste à savoir ce qu'elle va lui révéler et quelles conséquences cela risque d'avoir...