Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 951

Episode 951

Carolyn Russell s’était proposée pour aller chercher de quoi nourrir l’enfant pendant qu’Ellen s’occupait d’elle. Elle se rend donc au magasin général.

Là-bas, Maggie Carson lui procure tout ce dont un bébé a besoin : langes, lait, talc et un un petit ours en caoutchouc qui fait du bruit quand on appuie sur son ventre.

Heureusement que Maggie est là pour la conseiller, Carolyn n’ayant aucun repère dans ce domaine.

Munie de ses achats, elle va sonner chez les Hayes. Elle entend Ellen crier « Entrez » depuis la cuisine. 

Elle entre et dépose les affaires pour le bébé sur la table. 

Elle trouve Ellen dans la cuisine, elle semble sur le point de craquer. L’enfant est dans son couffin, il pleure à vous déchirer les tympans. Ellen est appuyée contre le réfrigérateur et sanglote.

Carolyn se précipite vers le couffin et parvient à calmer l’enfant. Elle le prend doucement dans ses bras et le berce. 

Malgré le manque de pratique, Carolyn s’en sort bien. Elle regarde le visage de la petite Clara. C’est un magnifique bébé. 

Ellen se reprend.

ELLEN : Merci, je crois que j’aurais fini par faire une crise de nerfs si elle avait continué à hurler ainsi.

CAROLYN : A leur âge, les bébés ont des poumons bien solide..

Ellen avise les achats de Carolyn sur la table.

ELLEN : Merci pour les achats. Vous me direz combien je vous dois.

CAROLYN : Ellen, j’ai pris un grand plaisir à faire ces courses pour le bébé. Ne gâchez pas tout en parlant argent.

ELLEN : Mais…

CAROLYN : Il n’y a pas de mais… J’ai découvert Clara en même temps que vous, et quelque part je me sens un peu responsable d’elle. 

Ellen lui sourit.

ELLEN : Vous êtes une sainte, Carolyn ! Merci.

Ellen s’appuie de nouveau contre le réfrigérateur en soupirant.

ELLEN : Je ne me sens pas capable d’élever un nourrisson, c’est au-dessus de mes forces. 

Carolyn continue de bercer l’enfant.

CAROLYN : Que dit la lettre ? 

ELLEN : C’est une lettre de ma mère. Elle dit simplement qu’elle a accouché de Clara il y a trois semaines et qu’elle me la confie pour l’instant. Elle précise qu’elle va revenir et la reprendre, il lui faut juste le temps de s’installer dans sa nouvelle vie. Ce sont des foutaises, bien sûr. Je le sais bien. Ma mère a tout simplement abandonné son bébé, comme elle nous a abandonné, nous. 

CAROLYN : Que comptez-vous faire de l’enfant ?

Ellen hausse les épaules. Des cernes de fatigue encerclent ses yeux. 

ELLEN : Je n’en sais rien. Je ne sais même pas comment vont réagir Scott, Sutton et Harry à cette nouvelle. On n’arrive déjà pas à joindre les deux bouts, comment est-ce qu’on va pouvoir nourrir une bouche supplémentaire, si petite soit-elle ? 

Clara s’est endormie dans les bras de Carolyn. Elle le repose dans le couffin. 

CAROLYN : Vous devez avant tout prendre les choses dans l’ordre et ne pas vous laisser submerger par des émotions contradictoires.

ELLEN : C’est facile à dire, c’est pas vous qui allez devoir la nourrir, cette petite.

Ellen regrette immédiatement ses paroles.

ELLEN : Je suis désolée, Carolyn. Vous essayez de m’aider, je le sais et je vous en suis reconnaissante. Et puis, ce que vous avez acheté…

CAROLYN : Arrêtez de me dire que vous ne faites pas la charité. Je connais la musique. Je suis avocate et croyez-moi j’ai de quoi payer pour la petite. 

Carolyn se demande comment une mère peut abandonner son enfant à sa fille. Mais elle préfère ne rien dire et passer aux choses pratiques. 

CAROLYN : Je vais parler en tant qu’avocate maintenant. Vous n’êtes pas tenue légalement de garder l’enfant, vous n’avez pas d’obligation envers la petite et vous pouvez faire appel à une assistante sociale qui prendra en charge le bébé.

Carolyn s’appuie contre le comptoir séparant la cuisine de la salle à manger et continue : 

CAROLYN : Ensuite, il faudrait s’assurer que l’enfant est bien celui de Marisa. Après tout, une lettre d’abandon ne suffit pas. Depuis quand votre mère est partie de la maison ?

ELLEN : Environ sept mois.

CAROLYN : Ce qui veut dire qu’à moins qu’elle ait accouché prématurément ce qui est fort peu probable car l’enfant serait en couveuse, le bébé a été conçu deux mois avant qu’elle ne quitte la ville. Ce qui implique que le père du bébé est de la région, voire de Peyton Place si elle ne quittait pas la ville. 

Ellen secoue la tête.

ELLEN : Je me demande si elle était au courant de sa grossesse au moment où elle est partie d’ici...

CAROLYN : Il faut se focaliser sur le père. Nous devons le retrouver. Est-ce que votre mère voyait quelqu’un régulièrement ?

ELLEN : Non, elle travaillait beaucoup et, le soir, elle était toujours plongée dans ses romans à l’eau de rose. Elle n’avait pas vraiment de vie sociale. Sa vie était de vivre dans un rêve, de se croire une star d’Hollywood. 

CAROLYN : L’homme avec qui elle est partie en Californie, elle le connaissait avant ?

ELLEN : Non, je ne l’avais jamais vu avant ce jour où elle est partie, et elle m’a dit qu’elle venait de le rencontrer.

CAROLYN : Que faisait-elle comme travail ?

ELLEN : Elle était femme de ménage au Colonial Post Inn.

Carolyn réfléchit rapidement, son métier d’avocat reprenant le dessus.

CAROLYN : Elle a donc pu y rencontrer un client… Voulez-vous que je fasse une petite enquête ?

Ellen sourit.

ELLEN : C’est moi la flic, vous l’oubliez ?

CAROLYN : Oui c’est vrai. Ecoutez, je dois aller plaider cet après-midi, mais je peux repasser ce soir pour voir si ça va.

ELLEN : Pourquoi feriez-vous ça, Maitre Russell ?

CAROLYN : Il faudrait vous habituer un jour à m’appeler Carolyn. Je fais ça parce que je vous aime bien et que j’ai envie de vous aider. Me permettez-vous de vous aider ?

Soudain, et sans que Carolyn ne puisse le prévoir, Ellen éclate en sanglot.

ELLEN : Merci. Sans vous je n’aurais jamais pu supporter cette nouvelle épreuve. 

Dans un élan spontané, Ellen étreint l’avocate. 

 

A suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MarIe A 07/07/2018 20:58

Que voilà un épisode qui nous réconcilie avec la population de cette ville :-D

Mr. Peyton 08/07/2018 14:36

En effet, un bel élan de solidarité, ça fait vraiment du bien :-)