Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 943

Episode 943

Les branches mortes craquaient sous les pas de Jack Peyton. Doucement, l’homme marchait vers ce qui serait bientôt l’œuvre de sa vie. Il posait ses pieds avec précaution sur le sol gelé et inégal afin de ne pas trop solliciter sa demi jambe artificielle. 

Jack avait garé sa voiture à l’orée de la forêt de Peyton Place. Il devait ensuite emprunter un petit sentier à pied pour pouvoir se retrouver dans ce qui allait être le grand centre de villégiature de Peyton Place. 

On avait pour cela dû détruire Grave Street, occupée par la population la plus pauvre de la ville, ainsi que quelques hectares de forêt. Le bois de la forêt servira en grande partie à construire les bungalows. 

Jack s’arrêta devant le grand panneau annonçant les travaux, planté devant le grand espace vide. 

L’hiver était encore timide et la neige ne recouvrait pas encore le sol, laissant seulement quelques traces blanches sur les branches des quelques arbres restant à abattre et sur le sol.

Jack imagina devant lui le centre de Villégiature. Il pouvait voir l’animation qui y régnera, les bungalows en bois, le pont surplombant le petit ruisseau, l’entrée du centre…

Il respira à fond. Ce centre sera l’aboutissement de ses rêves. 

Il fronça soudain les sourcils. Un bruit, plus précisément un craquement de branches, perturba la douce quiétude de l’endroit. Jack se retourna et avec étonnement vit Steven arriver à ses côtés. 

Steven était vêtu d’un costume sombre et il portait un attache case, pas vraiment le genre d’accessoire pour une randonnée en forêt. Il s’approcha de Jack.

- Je suis venu te faire signer quelques papiers. 

- Ca ne pouvait pas attendre ?

- Jack, tu n’es jamais à ton bureau en ce moment. Tu passes les trois quarts de ton temps sur ce terrain. A force, les documents à signer s’accumulent. 

Steven observa l’espace absent de tout arbre.

- C’est la première fois que je te vois ici, constata Jack.

- Tu sais ce que je pense de ce projet. Pour moi c’est une insulte à la nature et ça ne fait que développer ta mégalomanie. 

Malgré lui, Jack ne put s’empêcher de rire.

- Voilà qui est dit. Mais si tu laissais un peu de côté ton aversion à mon égard, tu pourrais voir les centaines d’emplois que Peyton Global va générer, les bénéfices pour la ville sans compter la destruction de Grave Street, la poubelle de notre ville. 

- Inutile d’en parler davantage, Jack. Nous n’arriverons pas à être d’accord. 

Tandis que Jack signe les papiers que lui présente Steven, l’avocat lui demanda l’air de rien :

- Il paraît que tu as engagé le fils d’Amos comme chef d’équipe à la Fabrique. Ça doit te faire drôle d’avoir comme employé le fils de l’homme qui est mort sur ton terrain…

- Manuel Amos est un gars bien.

- Vraiment… Et c’est aussi notre voisin. Est-ce que ça n’a pas posé de problème à Betty de savoir que le fils de l’homme qui a tenté de la tuer se retrouve si près d’elle ?

- Si tu avais été plus présent, tu l’aurais su. Et puis, tu n’as qu’à poser la question à Betty. 

- Est-ce qu’elle te parle de lui ? 

L’air de rien de Steven s’était soudain mué en air suspicieux. Jack regarda Steven dans les yeux, surpris. 

- Tu penses que Betty te trompe avec ce jeune homme ?

- Je n’ai pas dit ça, s’empressa de répondre un Steven soudain excédé. 

- Pose la question à Betty. Dis-lui ce qui semble tant te tracasser.

Steven baissa la tête et chassa une feuille morte de sa chaussure. 

- Elle n’est pas là pour l’instant.

- J’en conclue que ton retour ne l’a pas vraiment enchanté, n’est-ce pas ?

- J’aimerais juste que tu me dises si Betty avait des problèmes avant mon retour. 

- Je n’en sais rien. Je ne la vois pas souvent, tu sais. Elle devait se débrouiller seule en ton absence. Ça devait lui peser. Et puis, Manuel devait être là pour l’aider dans des problèmes domestiques, comme par exemple fixer réparer la plomberie, ce genre de choses que les maris intentionnés font.

- Tu ne peux pas t’empêcher de lancer des pics à longueur de temps…

Jack se tourna vers Steven et lui rendit les papiers signés.

- Ecoute, Manuel est un type bien, c’est un grand bosseur, il est intelligent et il sait mener de main de maître les équipes de la Fabrique. Si tu veux tout savoir, je songe d’ailleurs à lui proposer dans quelques mois le poste de Directeur de la Fabrique.

- Le jeune homme idéal, quoi ! railla Steven.

- Tu veux savoir s’il a des cadavres dans le placard ? A part son père, qui était un salaud de la pire espèce, la réponse est non. Ce jeune homme est clean.

C’était tout ce que Steven n’avait pas envie de savoir. Jack en rajouta une couche. 

- Une fois, Manuel et sa mère nous ont invités, moi et Betty, à un barbecue. Manuel a été formidable avec Brian. Pour la première fois de ma vie, j’avais l’impression de faire partie d’une famille. 

Steven ne voulait pas en écouter davantage. Il tourna les talons et retourna à sa voiture. 

En chemin, il passa prendre Harry Hayes et Brian à l’école. 

Sur la banquette arrière de la voiture, Steven pouvait voir la mine défaite de Brian par le rétroviseur central. 

- Quelque chose ne va pas, fiston ? 

Il vit Brian secouer les épaules et se renfrogner davantage. 

- Brian est pas bien parce que sa mère est partie, dit de but en blanc le petit Harry.

- Arrête ! hurla Brian à l’adresse de son camarade.

- Il aime pas qu’on parle de sa mère, parce qu’elle est partie, rajouta Harry.

La voiture tourna pour entrer dans Chesnut Street. Brian donne un coup de poing dans le bras d’Harry. Un acte que Steven ne pouvait pas laisser passer. 

- Brian ! Tu n’as pas à frapper Harry. 

- Alors il a qu’à se taire !

Et d’un coup d’un seul, le visage de Brian changea de couleur. Son regard s’illumina et un large sourire se dessina sur ses lèvres. 

- Maman est revenue ! cria-t-il. 

Steven arriva près de la maison. Brian avait vu juste. Betty se tenait dans le jardin de la maison. Elle était avec Manuel Amos. Celui-ci lui agrippait le bras comme s’il ne voulait pas qu’elle s’en aille. 

La voiture stoppa et Brian courut embrasser sa mère, tandis qu’Harry partait chez lui. 

Assis dans sa voiture, Steven observa Betty. Il se passa une main dans les cheveux. Que devait-il penser de tout ceci ? 

 

A suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MarIe A 10/06/2018 21:19

Et ben, c'est ce qui s'appelle être dédié à son travail, que de suivre son client dans les bois pour lui faire signer quelques papiers ! Bon, il a quand même raison de s'adresser à Jack pour ses problèmes de couple, il est de bon conseil, le maire :-D

Mr. Peyton 11/06/2018 07:13

A mon avis, s'il a suivi Jack jusque là-bas, les signatures sur le papier c'était juste un prétexte pour le cuisiner sur Betty et son jeune voisin ;-)