Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 939

Episode 939

Dans la cuisine chaude et accueillante de sa petite maison blanche aux volets verts, Julie Anderson versa le thé dans les tasses en tremblant. La venue de Betty aurait dû être une grande joie pour elle, mais cela ne lui apportait que tristesse. 

Elle parvint à se forger un sourire sur son visage défait et ridé, prit le plateau avec le thé et les cookies et alla le poser sur la grande table de la véranda (fermée par des parois vitrées en cette période hivernale). La véranda donnait aux yeux de ceux qui s’y trouvaient une vue merveilleuse et imprenable d’une forêt dense et recouverte de neige. 

Julie s’assit sur le confortable canapé en cuir, juste à côté de sa fille qui avait un regard perdu vers la forêt. 

- J’aimerais pouvoir être un animal et vivre dans la nature, dans l’espace, loin de la civilisation, dit Betty.

Julie posa une main sur celle de sa fille.

-  Chérie, ça fait maintenant une semaine que tu es ici. Steven a encore appelé ce matin, je ne vais pas pouvoir lui mentir plus longtemps.

-  Je sais que je t’en demande beaucoup, maman. Mais je ne peux pas encore retourner à Peyton Place.

-  Brian attend aussi de tes nouvelles, tu sais. 

Julie soupira et reprit : 

- Chérie, dis-moi ce qui ne va pas. J’ai été patiente jusqu’à présent. Je pensais que toi et Steven vous étiez disputés, mais je sens que c’est beaucoup plus grave que ça.

Betty planta ses yeux dans ceux de sa mère. Une larme coula sur ses joues.

- Tu n’as pas idée à quel point, Maman.

- Si tu ne me dis rien, je ne pourrais pas savoir à quel point tu souffres. 

- Veux-tu vraiment savoir ?

- Je suis ta mère. Je pourrai t’aider.

- Une fois que je t’aurais tout raconté, tu vas me détester. 

- Une mère ne détestera jamais sa fille. Est-ce que… est-ce que tu as trompé Steven pendant son absence ? 

Betty renifla, elle avait du mal à respirer tellement elle se sentait coupable. Elle sentit alors que l’heure était venue de dire à la vérité à sa mère. 

- Oui. 

- Alors il faut que tu lui en parles. Chérie, toi et Steven étiez séparés, il comprendra. 

- C’est bien plus grave que ça, Maman. 

- Est-ce que… tu aimes cet homme ? Celui avec qui tu…

 - Non ! Enfin, je ne crois pas. J’étais bien avec lui, il m’apportait beaucoup, mais c’est Steven que j’ai toujours aimé. Et aujourd’hui, je m’en veux de l’avoir trompé. 

- Chérie, tu dois dire à Steven ce que tu ressens. 

Betty se leva brutalement. 

- Tu ne comprends pas. Il y a plus grave… 

Soudain, Julie pâlit. Elle avait peur d’avoir compris. Et elle sut qu’elle avait compris lorsque Betty regarda son ventre.

- Oh mon dieu ! 

Cette fois, Betty se mit à pleurer à chaudes larmes. C’était la première fois qu’elle se confessait. Enfin maintenant, elle ne portait plus ce fardeau. Le fait que Julie soit au courant la déprima davantage, car tout cela devenait tellement réel !

- Je suis un monstre ! s’écria Betty entre deux sanglots. Comment est-ce que j’ai pu…

Julie l’interrompit. 

- Ça fait combien de temps ?

Mais Betty semblait ne pas écouter. 

- J’ai été stupide !

Julie se leva à son tour et se précipita vers sa fille. Elle avait comme un sentiment d’urgence qui lui serrait le cœur et elle sentit qu’elle devait tout faire pour protéger Betty.

- Betty ! Combien de temps !

- Deux mois environ.

Julie arpenta la pièce nerveusement, une idée germait dans son esprit. 

- Il n’est pas trop tard…, finit-elle par dire.

- Trop tard pour quoi ?

Julie regarda sa fille avec insistance. Et Betty comprit rapidement. Elle détourna le regard. Julie lui prit les deux mains dans les siennes. 

- Tu peux avouer à Steven ta liaison avec ce jeune homme, il pourra te pardonner. Mais que va-t-il se passer si tu gardes le bébé ? Quel avenir aura cet enfant né d’une liaison adultère ? 

Betty ne dit toujours rien. Julie insista.

- Est-ce que tu croies que Steven va accueillir cet enfant à bras ouverts ? Il risque de te quitter et toi, tu risques de devenir mère célibataire. Dans une petite ville comme Peyton Place, ça ne passe pas Betty. Tu le sais aussi bien que moi. Ils vont tous te regarder comme si tu débarquais de la planète Mars. Plus personne ne voudra te parler, tu deviendras un paria. Ce n’est pas ce que tu veux, n’est-ce pas ?

Betty continuait de pleurer à chaudes larmes, d’évacuer ce torrent de tragédie. Elle fit non de la tête.

- Tu me demande de…

Julie, quant à elle, gardait la tête froide. 

- Je te demande de réfléchir. De peser le pour et le contre. Et lorsque tu auras bien réfléchi, nous en reparlerons. 

Julie avait envie de prendre Betty dans ses bras. Mais elle n’arrivait simplement pas à s’y résoudre. Elle posa alors une main amicale sur son épaule et s’en retourna dans la cuisine.

 

A suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MarIe A 27/05/2018 21:08

Bien tristement, la position de Julie est la plus raisonnable étant donnés le pays et l'époque... et le caractère de la future maman...
Mais qu'est-ce qu'on aimerait que le dialogue puisse avoir lieu avec Steven, et que ce petit bout ait au moins une chance ! Enfin, on peut rêver, non ?

Mr. Peyton 27/05/2018 21:43

Rêver, c'est espérer... Espérer, c'est vivre... peut-être qu'avec un peu d'espoir, Betty finira par l'avoir avec Steven, cette conversation... ou peut-être pas.