Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 935

Episode 935

Betty rentre chez elle. Elle gare sa voiture devant son palier, puis va chez les Hayes pour récupérer Brian. Les problèmes de Paula ont réussi à lui faire penser à autre chose que Manuel et… ce qu’ils ont fait dans la forêt. Elle songe à l’histoire bizarre de son amie et de ce jeune garçon qui prétend être son fils, tandis qu’elle se rend dans le jardin des Hayes.

Harry fait un bonhomme de neige. Il est tout seul.

BETTY : Salut bonhomme. Où est Brian ?

HARRY : Il est pas là.

Le cœur de Betty s’emballe. Où est Brian ?

BETTY : Mais pourtant il devait venir jouer avec toi. Où est ton frère ?

HARRY : Dans la maison.

BETTY : Et Brian ?

HARRY : Son oncle est venu le chercher.

Betty prend peur. Son oncle ? Brian n’a pas d’oncle ! Elle s’approche d’Harry et s’agenouille près de lui.

BETTY : Tu connais cet homme ?

HARRY : Oui, c’est celui qui habite à la place de Paula.

Manuel ! Betty est soulagée.

BETTY : Ce n’est pas son oncle.

Harry hausse les épaules en posant la carotte qui sert de nez au bonhomme de neige.

HARRY : Ben c’est ce qu’il a dit pourtant.

Betty remercie Harry et se précipite chez Manuel. Brian répond à la porte et se jette dans ses bras.

BRIAN : Maman !

Manuel apparaît juste derrière, un grand sourire aux lèvres.

MANUEL : Bonjour Betty. J’ai vu Brian dans la cour des Hayes et je lui ai proposé de venir regarder un vieux match des Red Sox à la télé. J’espère que ça ne te dérange pas.

Si, ça la dérange, mais elle ne veut rien dire devant l’enthousiasme de Brian.

BRIAN : T’aurais dû voir ça, Maman. Comment les Red Sox ont gagné ! Carl Yastrzemski a été génial ! C’est vraiment le meilleur frappeur de tous les temps !

BETTY : Pourquoi n’irais-tu pas aider Harry à faire son bonhomme de neige ? je crois qu’il a quelques difficultés.

Brian hausse les épaules.

BRIAN : Ça ne m’étonne pas, il n’est pas très doué de ses mains.

Avant de partir, et pour remercier Manuel, il l’enlace très fort.

Cela gêne Betty qui pense que le gamin s’attache trop à Manuel. Seule avec Manuel, elle compte mettre les choses au point. Elle entre dans le salon. Aussitôt, Manuel veut l’embrasser. Elle se dégage.

MANUEL : Tu es fâchée parce que j’ai pris Brian chez moi ?

BETTY : J’aurais aimé être avertie avant. J’étais morte d’inquiétude lorsqu’Harry m’a dit qu’il était avec son oncle.

MANUEL : Oui, je sais que Brian n’a pas d’oncle, alors je me suis dit que ce serait bien si je jouais ce rôle. Visiblement ça ne te plaît pas.

BETTY : J’ai peur que Brian ne s’attache trop à toi et voit en toi comme un père.

MANUEL : Betty, c’est ridicule. On est copain tous les deux, c’est tout. Arrête de te faire un film et viens plutôt ici.

Il essaie de nouveau de l’enlacer, mais elle se dégage.

Manuel secoue la tête. Son sourire s’efface.

MANUEL : Que se passe-t-il ?

Il est temps pour Betty de mettre les choses au point. Elle ne peut pas continuer comme ça.

BETTY : J’ai… écoute, nous deux c’était une erreur. Une grosse erreur.

MANUEL : Betty, s’il te plaît. On est bien ensemble !

BETTY : Mais je suis une femme mariée et j’ai presque deux fois ton âge.

MANUEL : Tu exagères !

BETTY : Manuel, je ne plaisante pas. On ne peut pas continuer. C’est mal.

MANUEL : Il n’y a rien de mal à ce que deux personnes s’aiment d’un amour profond.

Betty se sent soudain fondre devant les yeux de Manuel. De nouveau, elle ressent le besoin d’être dans ses bras, de l’embrasser, de faire l’amour avec lui. Finalement, elle succombe et ils font l’amour sur le canapé.

 

Plus tard, Betty se lève. Manuel s’est endormi sur le canapé. Elle remet son chemisier et regarde Manuel dormir. A nouveau, après la passion, elle ressent de la culpabilité. Elle se sent si mal !

Elle saisit son manteau et au moment où elle ouvre la porte d’entrée, elle tombe nez à nez sur Sutton, qui s’apprêtait à frapper à la porte.

Sutton est bien évidemment très surprise de la trouver ici.

SUTTON : Mme Cord ?

Betty est terriblement embarrassée. Sutton fixe un point sur elle et Betty s’aperçoit que la jeune fille voit son chemisier dépasser de sa jupe. De plus, elle doit avoir les cheveux en bataille. Elle se sent rougir.

SUTTON : Je viens faire le ménage.

BETTY : Ici ?

SUTTON : J’ai été embauchée le temps que Mme Amos revienne.

Betty parle fort en espérant que Manuel se réveille.

BETTY : Monsieur Amos est dans le salon.

Manuel se réveille et, comprenant la situation, se rhabille en vitesse.

SUTTON : Pas la peine de parler si fort, je ne suis pas sourde.

Silence, puis Sutton hausse les épaules.

SUTTON : Alors ?

BETTY : Alors quoi ?

SUTTON : Je peux entrer ?

Betty est déstabilisée par la situation.

BETTY : Oui, oui, bien sûr.

Elle fait entrer Sutton. Celle-ci regarde Manuel d’un drôle d’air.

BETTY : Eh bien, j’y vais. Merci encore de m’avoir dépannée, Mr Amos. A bientôt.

Elle s’en va, persuadée que Sutton, qui n’est pas née de la dernière pluie, a tout compris.

 

A suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 18/12/2017 09:29

Et ben, avec toutes ces émotions Betty n’a pas de soucis à se faire pour son coeur, il a fait son entraînement hebdomadaire ^_^

Mr. Peyton 19/12/2017 07:01

Eh bien crois-moi, Betty n'a pas fini d'entretenir son coeur...