Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 926 - Une épaule sur laquelle se reposer

Episode 926 - Une épaule sur laquelle se reposer

Betty observe les ouvriers qui font les travaux. Elle a décidé de supprimer la cloison séparant la cuisine de la salle à manger afin de faire une pièce ouverte. Elle n’avait rien dit à Steven. A quoi bon ? Ils ne se parlent plus de toute façon.

Pour elle, ces travaux sont censés lui faire oublier Manuel. Elle ne pense qu’à lui ces derniers temps et elle sait que c’est mal. Elle n’en a même pas parlé à Paula tant elle a honte. Mais Betty est aussi une femme, avec ses envies…

On sonne à la porte d’entrée. Elle va ouvrir et trouve justement devant elle celui qu’elle ne voulait pas voir.

Aussitôt, son cœur se met à battre la chamade, mais elle décide d’être forte et de ne pas se laisser aller à ses sentiments.

BETTY : Manuel, je suis occupée. Je fais des travaux importants et…

Les yeux de Manuel brillent d’un éclat particulier. On dirait qu’ils supplient.

MANUEL : Betty, j’ai besoin de vous parler, s’il vous plaît.

Betty peut voir sur le visage de Manuel qu’il est contrarié, elle meurt d’envie de lui demander ce qui ne va pas mais elle tient bon.

BETTY : Manuel, je vais être franche, j’aimerais qu’on arrête de se voir.

MANUEL : Nous sommes voisins Betty…

BETTY : Vous savez très bien ce que je veux dire.

MANUEL : Non, je ne sais pas. Tout ce que je sais c’est que j’ai besoin de parler à une amie. Je… je suis désemparé. S’il vous plait ne me rejetez pas !

Le ton de la voix de Manuel déchire le cœur de Betty. Elle sait qu’il doit avoir des problèmes, et qu’il a besoin de parler. Mais si elle le laisse faire, si elle le laisse de nouveau rentrer dans sa vie, que va-t-il se passer ? Elle doit tenir bon.

BETTY : Rentrez chez vous, allez fréquentez des gens de votre âge.

Manuel pousse un soupir de désespoir.

MANUEL : Mais c’est avec vous que je veux être. Betty, je vous aime.

Le mot est donc lâché. Betty ne peut pas continuer cette conversation. Elle n’a aucune réponse. Tout ce qu’elle veut, c’est fermer cette porte et retrouver les ouvriers pour parler de la cloison à enlever.

Après un instant de silence, Manuel reprend :

MANUEL : Et vous m’aimez aussi, il suffit de voir vos yeux, comme ils brillent.

Betty secoue la tête, empreint à des émotions contradictoires.

BETTY : Manuel, partez !

MANUEL : Dites-moi que vous ne m’aimez pas, et je partirais.

BETTY : Arrêtez de vous comporter comme un enfant.

MANUEL : Betty, s’il vous plaît !

Betty déglutit. Elle prend sur elle pour lui dire :

BETTY : Je ne vous aime pas. Je suis désolée, mais je ne vous aime pas.

C’était assez convaincant. Peut-être même que c’était vrai. Steven parti depuis des semaines, Betty n’a plus eu de relation physique depuis longtemps. Et lorsque Steven revient de temps en temps le weekend, il passe tout son temps avec Brian. Manuel n’est qu’un simple fantasme, une envie de se retrouver de nouveau femme et d’être aimée.

Manuel, de son côté, est choqué par sa déclaration.

MANUEL : J’ai eu de gros problèmes à la Fabrique, et je pense que Jack Peyton est sur le point de me renvoyer. J’avais vraiment besoin d’une épaule sur laquelle me reposer, parce que je sens que je vais craquer. Betty… je vais craquer…

Et alors se passe quelque chose que Betty n’avait absolument pas prévu : Manuel se met à sangloter. Betty reste pétrifiée, ne sachant que faire. Puis Manu fait demi-tour et s’en va en courant. Soudain, Betty a peur qu’il ne fasse une bêtise et veut le rattraper.

BETTY : Manuel, attendez !...

Mais il s’engouffre dans la voiture, la démarre en trombe et roule très vite dans Chesnut Street. Betty se précipite vers l’entrée de son jardin. Sutton, surprise par tout ce vacarme, rejoint Betty et regardant Manuel rouler à toute allure.

SUTTON : Qu’est-ce qu’il lui prend ? Il va renverser quelqu’un s’il continue ! Qu’est-ce qui se passe, Mme Cord ?

Impuissante, Betty regarde la voiture tourner à droite et quitter Chesnut Street.

BETTY : Je dois y aller. Rends-moi service Sutton, surveille les ouvriers pour moi, tu veux ? Je ne serais pas longue.

Avant que Sutton ait pu protesté, Betty s’engouffre dans sa voiture et part à la recherche de Manuel. Sutton se mords les lèvres en voyant partir Betty. Ellen n’appréciera pas.

 

A suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 14/11/2017 09:02

Vraiment Betty ?!? Demander à Sutton de surveiller le chantier 0_o ?
Enfin bon, c’est du Betty. Tout comme sa faculté à faire et dire exactement le contraire de ce qu’il faudrait. Pauvre Manuel...

Mr. Peyton 14/11/2017 18:31

J'aurais bien envie de te dire qu'en ce qui concerne Betty, tu n'as encore rien vu et que le pire reste à venir... sans vouloir spolier l'histoire ;-)