Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 920 - Terrain d'entente

Episode 920 - Terrain d'entente

Gloria Emmerson et son assistant Barry Thorpe sortirent de la somptueuse limousine et se retrouvèrent devant l’imposant Peyton Professional.

Gloria fut immédiatement étonnée de voir des tentes dressées devant l’entrée du bâtiment.

Une petite tête blonde au visage sale sortit d’une tente et fut tout aussi étonnée de voir une belle limousine devant son habitation de fortune. Le contraste était violent.

- Qu’est-ce que c’est que ça ? demanda Gloria avec dédain.

- Les habitants de Grave Street, répondit Barry.

- De quoi ?

- Grave Street, le quartier de Peyton Place qui fait obstacle à votre projet.

- Et que font-ils ici ?

- Je pense que Mr Peyton pourra nous l’expliquer. Mais j’ai ma petite idée.

- Ils doivent être du genre coriace, ces gens-là.

- J’ai l’impression, Madame.

Ils voulurent entrer par l’entrée principale du bâtiment, mais un vieil homme édenté leur barra le passage.

- Z’avez  pas une pièce, M’am ?

L’homme était sale, sa veste trouée à plusieurs endroits et son sourire ressemblait plus à une grimace.

Gloria s’approcha de lui.

- Regardez-moi bien ! Est-ce que j’ai l’air de quelqu’un qui a une pièce dans son portemonnaie ?

Le sourire de l’homme disparu. Il réfléchit un instant, puis dit :

- Non, M’am, vous avez l’air d’une femme qui a une fortune en billet dans votre portemonnaie.

Gloria le toisa du regard.

- Je préfère ça ! Barry, donnez à tout le monde un billet de dix dollars, voulez-vous ?

Il n’en fallut pas plus à Barry pour paniquer. Il se mit à compter mentalement le nombre de personnes campant devant l’entrée.

- Eh bien, que se passe-t-il ? demanda Gloria voyant que Barry ne bougeait pas.

- J’ai bien peur de ne pas avoir autant d’argent.

Gloria soupira.

- Barry, vous avez entendu ce Monsieur. Faites-en sorte de garder intact ma réputation de femme riche. En attendant, je monte.

La panique de Barry se mua en peur.

- Mais… mais vous n’allez pas me laisser seul avec…

- Barry, agissez comme un homme pour une fois et débrouillez-vous !

Elle laissa Barry devant le Peyton Professional et entra dans le bâtiment.

 

Gloria rejoignit Jack Peyton dans le bureau de ce dernier. Il était avec un homme qu’elle ne connaissait pas et que Jack lui présenta comme étant son assistant, Alex Brown.

- J’ai chargé Alex de s’occuper de trouver une solution pour les habitants de Grave Street.

- S’il est pareil que mon assistant, ce n’est pas gagné ! Comment vas-tu, Jack chéri ?

Gêné par la familiarité de Gloria, Jack toussota.

- Bien je te remercie. Je pense que tu as vu les habitants de Grave Street en bas. Ils campent devant l’entrée depuis quelques jours maintenant.

- J’ai eu un aperçu de la situation, en effet. (Elle se tourna vers Alex) Mr Brown, qu’avez-vous à sortir de votre chapeau magique pour résoudre ce problème ?

Alex déplia avec agilité un plan sur la table de Jack. Gloria s’approcha. Sur le plan, on pouvait voir à gauche la ville de Peyton Place, sur la droite Grave Street et, au milieu, la forêt où le projet devrait voir le jour.

Alex se racla la gorge avant de commencer :

- Nous avons suffisamment d’hectares pour faire un grand complexe dédié à la nature, en construisant des bungalows en bois et un bungalow qui abritera les bureaux de Peyton Global ainsi que l’accueil au public. Ici, nous construirons un parc dédié aux activités sportives : marche à pied, parcours de santé etc.

Gloria l’interrompit.

- Attendez, je ne suis pas venue ici pour débattre du projet, mais des obstacles à ce projet.

- Vous ne pouvez pas raser Grave Street ! dit soudain Alex.

- Comment ça on ne peut pas ! s’écria Gloria.

- Je suis allé à la mairie pour consulter le cadastre. Grave Street n’y figure pas.

Jack acquiesça :

- C’est exact. A l’époque de Martin Peyton, des travailleurs clandestins sont venus s’installer derrière la forêt sans permission.

Gloria leva les bras au ciel.

- Alors, l’affaire est réglée. Ce quartier n’existe pas, donc on peut le raser.

Jack contourna la table pour s’approcher de Gloria.

- Ce n’est pas aussi simple, Gloria.

- Au contraire, c’est très simple ! Tu l’as dit toi-même. Ils sont là sans permission. Ça veut dire que vous pouvez les faire déguerpir du jour au lendemain.

- Regarde déjà les problèmes que ça cause maintenant. Imagine le marasme lorsqu’on les délogera.

- Il y a une autre solution, intervint Alex.

Il pointa un doigt vers le nord du plan. Un point éloigné du projet.

- Près du centre commercial, il y a un terrain qui n’est pas exploité, dit-il.

- Je voulais m’en servir pour agrandir le centre commercial, ajouta Jack.

Alex haussa les épaules.

- C’est à vous de voir, Jack. Mais nous procurons aux habitants des caravanes, que l’on plante au milieu de ce champ, et votre problème est résolu. Mettre l’électricité et l’eau courante sera un jeu d’enfant, et tout le monde sera content. Vous parce que vous avez le champ libre pour Peyton Global, et les habitants de Grave Street qui auront un luxe qu’ils n’ont jamais connu.

Jack fit une grimace.

- Tout ça aux frais du contribuable. Ça ne va pas ravir les habitants de Peyton Place.

- Jack, si tu ne veux pas mettre ces gens à la porte, tu n’as pas d’autre choix. L’idée de ton assistant est bonne.

Jack réfléchit un instant, puis dit :

- Il faut que j’en parle à Selena.

- C’est déjà fait, dit Alex en repliant le plan. Je suis allé lui parler. L’idée des caravanes et de l’eau courante, c’est d’elle.

Jack ne put s’empêcher de sourire.

- Ca ne m’étonne pas d’elle.

- Qui est cette femme ? demanda Gloria.

- C’est une jeune fille. Elle est en dernière année de collège.

Gloria n’en revenait pas.

- Vous… demandez conseil à une collégienne ?

C’est Alex qui répondit :

- Selena n’est pas une collégienne comme les autres. Elle est plus mature que nous trois réunis.

Gloria émit un petit rire.

- Quelle drôle de petite ville !

 

En sortant du bâtiment, Gloria chercha Barry des yeux. Ne le voyant pas, elle alla directement à la Limousine.

En ouvrant la porte, elle sursauta.

Barry était là.

En slip !

Gloria réprima un rire.

- Que vous est-il arrivé, très cher ?

- Entrez et surtout fermez la porte !

Gloria s’exécuta. Barry était, quant à lui, au bord de l’apoplexie.

- Je vous avais bien dit que je n’avais pas assez d’argent ! Pourquoi faut-il toujours que vous me mettiez dans des situations embarrassantes ? Mon costume valait bien plus qu’un billet de dix dollars.

Cette fois, Gloria ne put s’empêcher de rire. Ce qui excéda davantage Barry.

- Excusez-moi, mais je ne trouve pas ça très drôle. Je ne suis pas très doué en troc.

Le chauffeur se mit en route, tandis que Barry se demandait comment il allait pouvoir sortir du véhicule lorsqu’ils seraient arrivés. Il s’apaisa lorsque Gloria lui dit que le chauffeur irait lui chercher des vêtements et qu’il pourrait s’habiller dans la voiture.

Après quelques minutes du route, Barry demanda :

- Comment s’est passé votre rendez-vous avec Jack Peyton ?

- Ennuyeux, soupira Gloria.

- Le problème de Grave Street est-il résolu ?

- Vous savez bien qu’il n’y a jamais eu de problème avec Grave Street, n’est-ce pas ? Il fallait bien que je montre à Peyton que je n’étais pas prête à signer à n’importe quel prix.

- Donc c’est décidé ? Vous êtes prête à vous associer avec ces bouseux ?

- Evidemment, Barry. C’est prévu depuis le début. Je vais me servir de Jack Peyton pour me venger. La machine est en route, Barry. Et rien ne pourra l’arrêter… Rien !

 

A suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 24/10/2017 09:05

Mais que voilà un chapitre plaisant et surtout amusant... enfin, jusqu’au départ de la limousine. Bien sûr que cette Gloria ne pouvait pas être une rombière sympathique et un peu excentrique. Mais qu’importe les motifs, les habitants de Grave Street s’en sortent bien, et c’est le principal !

Mr. Peyton 24/10/2017 22:17

Eh non, pour la rombière sympathique et un peu excentrique, il faudra repasser... c'est pas encore pour cette année ;-)