Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 919 - Confusion

Episode 919 - Confusion

Lisa était prête à partir. Elle déposa sa chemine de nuit dans la valise et ferma cette dernière en soupirant.

Elle se sentait vide. Sans repère. Sans Richard. Qu’allait-elle devenir maintenant ?

Plus question de produits cosmétiques, l’histoire qu’elle venait de vivre à cause de ça allait la hanter pendant encore de longues années.

Elle frappa un coup dans sa valise, comme si l’objet matérialisait sa triste vie.

Elle devait se rendre à l’évidence : elle était bonne à rien !

Elle prit la valise et sortit de la chambre. James devait venir la chercher dans moins de dix minutes pour l’emmener à la maison.

Elle traversa le couloir et se retrouva près d’une porte où un policier montait la garde. A n’en pas douter, il s’agissait de la chambre de Jalisse.

Ce fou furieux qui a détruit sa vie et tué son ami.

Une infirmière sortit de la chambre et croisa Lisa. Elle lui offrit un joli sourire. Lisa connaissait cette infirmière pour avoir discuté avec elle à la réception, le jour où Colleen avait failli se noyer. Elle s’appelait Ashley Pozzi.

Lisa lui rendit son sourire.

- Comment va-t-il ?

Le visage de l’infirmière Ashley se referma aussitôt.

- Je n’ai pas le droit de vous le dire.

Lisa serra les poings.

- J’espère qu’il est mal en point et qu’il va mourir. C’est tout ce que cette ordure mérite.

Ashley semblait choquée par ses propos.

- Je ne vous trouve pas très chrétienne pour dire une chose pareille !

- Il a failli me tuer. Et il a tué une personne qui m’était chère.

- Je suis désolée, souffla l’infirmière.

Elle s’apprêtait à partir lorsque Lisa lui demanda :

- Pouvez-vous me dire si Mr MacCormick est à la morgue de cet hôpital ? Et si quelqu’un est venu le voir ? Je crains qu’il n’ait aucune famille et…

Ashley fronça les sourcils, elle semblait comme déstabilisée par la demande de Lisa.

- Vous devez faire erreur, Madame, finit-elle par dire.

C’était au tour de Lisa d’être déstabilisée.

- Je vous demande pardon ?

- Il n’y a pas de Mr MacCormick à la morgue. En revanche, il y en a un ici.

Ashley pointa du doigt la chambre gardée par le policier.

Lisa mit un certain temps à comprendre.

- C’est… quoi ?... Vous voulez dire que Richard MacCormick est en vie ! Mais où est Jalisse ?

Ashley fit un geste de la main.

- Oh, lui… Il est en prison. Il est sorti ce matin.

Lisa ressentait à la fois de la colère et une bienheureuse sérénité. Richard était en vie ! Et ce salopard de Chambers lui avait fait croire le contraire uniquement pour avoir ses aveux !

Elle se précipita vers la porte de la chambre, tandis qu’Ashley partait dans l’autre direction prendre soin d’autres malades.

Le policier, debout devant la porte, regarda Lisa dans les yeux sans ciller.

- Laissez-moi le voir ! implora Lisa. S’il vous plaît !

- Je ne peux pas Madame ! Les ordres sont stricts !

Lisa sentit de nouveau la colère monter en elle.

- Qui vous a donné l’ordre ? Billy Chambers ? Ce salopard m’a menti. Il m’a fait croire que l’homme qui est dans cette chambre est mort. Alors si vous ne voulez pas que je porte plainte contre la police pour dissimulation de vérité, je…

Le policier fronça les sourcils :

- Dissimulation de quoi ? Ça n’existe pas !

Lisa monta le ton :

- Votre lieutenant de police est un salaud et…

Lisa n’eut pas le temps de finir sa phrase car le docteur Rossi arrivait par l’escalier.

- Que se passe-t-il ici ? Nous sommes dans un hôpital, pas dans un hippodrome.

Lisa se tourna vers le médecin, les yeux brillants d’un nouvel espoir.

- Dr Rossi, il faut que vous m’aidiez. Je dois aller voir Richard.

- Les ordres sont stricts, répéta le policier. Et…

Lisa se tourna vers lui avec un regard de furie.

- Je me fous des ordres ! Surtout s’ils ont été donnés par votre salopard de lieutenant !

Mike posa une main sur le bras de Lisa.

- Bon, ça suffit ! Monsieur l’agent, si je rentre avec elle dans la chambre, et si vous nous accompagniez, consentez-vous à la faire entrer ?

Le policier hésita un instant. Puis finalement, il ouvrit la porte de la chambre. C’était sa façon à lui de dire « oui ».

Lisa se précipita en pleurant vers Richard. Il était couché dans le lit. Elle ne les vit pas tout de suite. C’est en voulant prendre sa main qu’elle sentit la froideur métallique des menottes sur son poignet.

Richard ouvrit les yeux et murmura :

- Il me semblait bien avoir entendu votre grosse voix colérique qui venait du couloir.

Lisa effaça une larme de sa joue.

- Richard, j’ai eu si peur ! J’ai cru que vous étiez mort !

- Il en faut bien plus à ce brave Richard pour qu’il abandonne la vie, marmonna le patient menotté.

- Comment allez-vous ?

- J’ai reçu une balle dans la poitrine. Mais le docteur ici présent a fait des miracles. Je vais bien. En revanche (il montra ses menottes), je crois que je suis cuit.

Lisa soupira.

- Tout est ma faute. J’ai tout raconté à Chambers. Je vous croyais mort et je voulais protéger ma famille pour que Jalisse aille en prison.

Richard sourit faiblement.

- Ce n’est pas grave.

- Si c’est grave, insista Lisa. C’est ma faute si…

Richard remua et grimaça de douleur.

- Il fallait bien payer un jour. Je n’ai pas été un homme honnête. Depuis que je suis gamin, je suis un chapardeur, un arnaqueur. J’ai ça dans le sang.

- Ne dites pas ça ! Je vais vous sortir de là !

Comment ? Lisa l’ignorait encore, mais elle était sûre d’une chose : elle n’allait pas l’abandonner.

- N’en faites rien, Lisa. Tout ce que vous pouvez faire, c’est m’oublier et vivre votre vie.

- Jamais je ne vous laisserai tomber.

- Il le faut, Lisa. Montez votre société de cosmétiques, vous êtes douée pour ça.

- Pas sans vous !

- Sans moi, justement. Au moins elle sera propre.

- Richard, je vous l’ai dit : je ne vous laisserai pas tomber.

Le policier abrégea la conversation. Mike prit Lisa par le bras et la fit sortir de la chambre.

 

A suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 20/10/2017 08:51

On est tout aussi soulagé que Lisa ! Mine de rien avec son affection (osons-nous dire un peu mal placée) pour elle, il avait fini par nous être sympathique.

Mr. Peyton 20/10/2017 18:39

Oui, il y a parfois certains personnages au départ très douteux qu'on arrive à trouver sympathiques par la suite. C'est la magie de la fiction ;-)