Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 917 - L'attente

Episode 917 - L'attente

Billy Chambers et Ellen Hayes empruntèrent l’aile ouest de l’hôpital de Peyton Place. Billy salua brièvement le docteur Stewart qui croisait leur route.

La thérapie de Billy était terminée. Il savait qu’il avait fait beaucoup de progrès grâce à elle. Il devait maintenant se reconstruire, se bâtir une vie stable. Bannir les crises de jalousie intempestives et rebâtir une relation sur des bases solides qui incluent, bien évidemment, la confiance.

Peut-être avec Carolyn ? Billy en doutait de plus en plus. Il l’aimait toujours, mais il sentait que la jeune femme lui échappait. Elle semblait fermée à toute proposition de sortir de nouveau avec lui.

Avec ce que Billy lui avait fait subir à New York, il ne pouvait que la comprendre.

Billy et Ellen pénétrèrent dans la salle d’attente pour surprendre une dispute entre Colleen Peyton et son oncle Jack. Colleen reprochait à Jack de ne pas avoir averti Gary de la situation. Ils étaient avec James Peyton.

- Je voulais attendre l’avis du médecin, se défendit Jack. Je ne veux pas l’alarmer pour rien.

- Et si maman ne s’en sort pas ?

James se leva de son siège et se dirigea vers sa sœur.

- Ne dis pas ça, Colleen.

- On ne sait même pas ce qu’elle a !

- Raison de plus pour ne pas alerter ton frère, reprit Jack. C’est sa dernière année avant le diplôme et je ne veux pas le perturber pour rien.

Colleen secoua la tête. Elle avait les joues rouges de colère.

- Rien ? C’est comme ça que tu traites maman !

- Je n’ai pas voulu dire ça et tu le…

- Je te rappelle que moi aussi je suis en dernière année. Je suis le même cursus que mon frère, mais ça ne semble pas t’intéresser. C’est parce que je suis une fille, c’est ça ?

Il semblait à Billy que la jeune Colleen s’égarait dans ses propos. James mit un frein à la discussion.

- Ca suffit vous deux ! Attendons le médecin et gardons notre calme.

Billy et Ellen attendaient à l’autre bout de la pièce. Inutile d’aller s’immiscer dans la petite querelle familiale.

Le docteur Michael Rossi entra alors dans la pièce, avec un dossier dans la main. Les Peyton se précipitèrent vers lui.

Mike s’adressa à Colleen et James.

- Votre mère est en soin intensif.

- Qu’est-ce qu’elle a ? demanda Colleen. Que s’est-il passé ?

- Le cerveau de Lisa a été privé d’oxygène pendant un certain laps de temps.

- Sait-on pourquoi ? demanda Jack.

Mike hocha la tête.

- Eh bien…

Mike hésita un instant. Il se tourna vers Billy et Ellen, restés dans le coin de pièce. Billy lui fit un signe d’assentiment de la tête.

Mike reprit :

- Quelqu’un a essayé de l’étrangler.

James pâlit sous le coup de la surprise.

- Quoi ?! Mais qui ?

Colleen secoua la tête.

- Je me fiche de savoir qui. Je veux savoir pour Maman.

- Comme je l’ai dit, son cerveau a été privé d’oxygène, mais pas suffisamment pour laisser des séquelles. Elle va bien. Nous la gardons en observation cette nuit, puis elle pourra rentrer chez elle demain.

Le médecin aurait peut-être dû commencer par cela, se dit Billy.

Le clan Peyton est maintenant soulagé.

- Est-ce qu’on peut la voir, s’enquit Colleen ?

C’était le bon moment pour Billy d’intervenir. Il fit quelques pas vers eux.

- Désolé, mais pour les besoins de l’enquête, nous aimerions l’interroger en premier.

- Ca ne peut pas attendre ? soupira Jack.

Ellen intervint :

- Nous n’en aurons pas pour longtemps, Mr Peyton.

- Très bien. Faites ce que vous avez à faire.

En sortant de la pièce, Billy entendit Colleen faire ses excuses à son oncle Jack.

 

Lisa était malheureuse. Elle avait pourtant de quoi se réjouir : elle était en vie alors que la Grande Faucheuse n’était pas passée loin.

Couchée dans son lit, elle posa sa main sur son cou meurtri. Pendant que Jalisse appuyait de toutes ses forces, elle avait senti la vie la quitter. Elle avait aussi passé en revue toutes ses erreurs : Linden, le docteur Elby…

Avait-elle été une bonne personne ? La réponse était claire. Elle n’avait jamais pensé qu’à elle. A son bien-être. Elle voulait devenir quelqu’un de riche, de respecté. Elle voulait régner sur un empire en créant une société de cosmétiques. Et voilà le résultat : Richard McCormick était mort et elle, elle l’était à moitié.

Quel beau gâchis !

Richard…

Les larmes pointèrent sur ses yeux. Elle tourna la tête vers la fenêtre, vers la lumière… sachant qu’elle ne verrait dorénavant plus que les ténèbres dans son esprit.

Elle n’entendit même pas frapper de légers coups à la porte de la chambre. Elle entendit juste la voix d’Ellen Hayes.

- Madame Peyton ?...

Lisa ne se tourna pas vers elle. Elle entendit les bruits de pas et présuma que Chambers était également dans la pièce avec Ellen.

- Partez, s’il vous plaît !

- Pas avant d’avoir des réponses à nos questions, Madame.

C’était la voix de Billy Chambers.

- Je n’ai rien à vous dire.

Une phrase qui n’intimida pas Billy.

- Je crois que si, fit-il. Vous étiez dans l’appartement de Richard MacCormick, un voisin à lui a entendu un coup de feu et a prévenu la police. A l’arrivée de la police, MacCormick gisait dans son sang, un dénommé Jalisse était couché sur vous qui étiez inconsciente. Alors, je pense que des explications seraient les bienvenues.

Lisa inspira profondément.

- Cet homme, ce Jalisse. Il a voulu m’étrangler.

Les policiers attendaient sans doute la suite, mais elle ne vint pas.

- Et …? l’encouragea Billy.

- Et c’est tout, finit par dire Lisa d’une voix roque.

- On aimerait savoir ce que vous faisiez dans l’appartement de MacCormick, reprit Ellen.

- Quelle importance ! Plus rien n’a d’importance, maintenant. Richard est mort. Il m’aimait vous savez. Il m’aimait énormément. Et moi, je ne faisais que le repousser, il a fait tellement pour moi. Et maintenant, il est mort à cause de moi.

Ellen s’apprêta à parler lorsque Billy lui mit une main sur le bras pour l’empêcher de le faire.

- Il faut nous dire ce qu’il s’est passé. Sans quoi Jalisse sera relâché rapidement.

Cette fois, Lisa se tourna vers eux.

- Vous voulez dire… qu’il n’est pas mort ? Jalisse n’est pas mort !

- Non madame, répondit Ellen. Il est à l’hôpital sous haute surveillance. Il a été touché à l’épaule. Il devrait s’en remettre.

Une peur panique s’empara de Lisa.

Jalisse est en vie !

Ce type était l’un des hommes les plus dangereux auquel elle a fait face. Il pourrait vouloir terminer le travail, la tuer ou même s’en prendre à ses enfants.

Cette histoire avait assez durée. Il était temps pour Lisa de dire toute la vérité.

- J’espère que vous avez un carnet de notes imposant !

Et elle raconta tout, sans rien omettre. Depuis l’arnaque Glamazing où elle a fait la connaissance de Richard jusqu’à l’épisode final où elle a failli mourir.

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 13/10/2017 09:22

Il n’est jamais trop tard pour essayer de changer, Lisa :-) Dommage que dans ce cas, il ait fallu la mort d’un homme pour lui ouvrir les yeux.

Mr. Peyton 13/10/2017 18:12

Oui, à la mort d'une personne plus ou moins proche, on a toujours tendance à faire son examen de conscience. Reste à savoir ce qu'il va lui arriver, parce que là, ben la pauvre elle risque de faire de nouveau de la prison :-(