Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 914 - Le Placard

Ils reviennent !! Ils reviennent !! Faites passer le mot. 24 épisodes supplémentaires des Plaisirs de l'Enfer pour terminer l'année 2017 et la saison 7. Désolé d'avoir laisser cette pauvre Lisa aussi longtemps dans un placard. Va-t-elle enfin en sortir ??

Episode 914 - Le Placard

Le silence était oppressant, insoutenable.

Tapis au fond du placard, Lisa tremblait de tous ses membres. Elle se demandait si tous ceux qui étaient nés sourds et aveugles ressentaient ce qu’elle ressentait en cet instant.

Le silence…

Le noir…

La mort…

Elle avait envie de hurler, de déchirer l’air irrespirable par un cri de délivrance narguant l’étouffant mutisme de cet endroit.

Il lui fallait un bruit, quelque chose qui pouvait lui dire qu’il était en vie, que Richard allait bien.

Car le dernier bruit qu’elle avait entendu était un coup de feu, puis la chute d’un corps.

Mais quel corps ? Qui a été touché ? Qui était en train de baigner dans son sang ? Jalisse ou Richard ?

Elle voulait tellement pouvoir sortir de ce placard qui ressemblait à un cercueil posé à la verticale. Mais si jamais c’était Richard qui avait été touché, alors elle se retrouverait nez-à-nez avec Jalisse le tueur.

Jalisse ne savait pas qu’elle était ici. Il ne la connaissait même pas. C’était son avantage. Il ne fallait pas qu’elle le perde en faisant n’importe quoi.

Elle attendit donc, terrifiée, dans le silence et le noir absolu, priant pour que ce ne soit pas Richard qui ait été abattu.

Enfin un bruit. Des pas qui se rapprochent. Qui entre dans la chambre où se trouve Lisa. L’homme allume la lumière. Un rayon lumineux traverse la fente au milieu des deux battants de la porte.

Richard ? Il ouvre la porte de l’armoire, laissant enfin Lisa baigner dans la lumière. Il lui sourit, il…

Si seulement ! Si seulement cela avait pu se passer ainsi.

Mais rien de cela ne s’est passé. La porte de l’armoire ne s’est pas ouverte. Lisa approcha un œil de la fente et pu voir un homme vêtu d’un pantalon mauve. Richard portait un jean bleu.

Jalisse ! C’était lui qui avait eu le dessus lors de la bagarre. C’était lui qui avait abattu Richard.

Lisa réprima un sanglot. Des larmes coulaient sur ses joues, mais elle ne devait surtout pas faire de bruit. Le silence : son ennemi de tout à l’heure devint désormais son meilleur allié. Si un bruit se faisait entendre du placard, elle était fichue.

Elle observa Jalisse en train de fouiller dans la commode. Il était à la recherche du butin de cambriolage. Butin qu’il ne trouvera pas puisque Lisa l’avait rendu.

Elle se rendit compte seulement maintenant que tout était sa faute. Si elle n’avait pas rendu les objets et l’argent volés, Jalisse n’aurait jamais tué Richard.

Puis une autre pensée lui vint, pire encore. Puisque Jalisse ne trouvera pas le butin dans la commode, il viendra forcément fouiller dans le placard où elle se cache.

Elle ferma les yeux. Elle était bel et bien fichue.

Elle vit sa vie défiler pendant que Jalisse fouillait sous le lit, puis dans la table de chevet. Elle pensa à Colleen, Gary, James, ses enfants merveilleux dont elle était tellement fière.

Elle pensa aussi à Linden, aux bons moments qu’ils avaient passés ensemble. Alors lui revint en mémoire le dialogue d’Henry Fonda dans « Les raisins de la colère ». Un dialogue qu’elle connaissait par cœur. Elle le récita mentalement :

"Je serai partout dans l'ombre. Je serai partout où tu pourras me voir.

Là où on se bat pour que des gens qui ont faim puissent manger, je serai là.

Là où un policier frappe un type, je serai là.

Je serai dans les hurlements de ceux qui crient lorsqu'ils sont fous.

Je serai dans les rires des enfants lorsqu'ils ont faim et qu'ils découvrent que le repas est prêt.

Je serai là lorsque les gens mangent ce qu'ils ont fait pousser et vivent dans les maisons qu'ils ont construites"

Lisa n’était pas croyante. Ce dialogue représentait pour elle une prière qu’elle récitait les jours où elle n’avait pas le moral. Elle l’avait fait tous les jours pendant les années où elle était en prison.

Elle se recroquevilla dans sa cellule, plus petite et plus terrifiante que celle de la prison. Sa dernière demeure.

Instinctivement, elle plia les genoux se mit en position de fœtus. C’est alors qu’une de ses mains toucha ses pieds. Et plus précisément sa chaussure.

Lisa portait des talons aiguilles. Une arme qui pourrait s’avérer efficace. Et si elle ne mourrait pas aujourd’hui ? Et si elle allait pouvoir retrouver Colleen, James, Gary…

Rapidement, elle retira une de ses chaussures. Puis elle se redressa et la tint fermement des deux mains.

Jalisse avançait vers elle, elle pouvait entendre ses pas se rapprocher.

Il ouvrit la porte de l’armoire. Lisa cligna des yeux, éblouie par la lumière. Elle ne laissa pas le temps à Jalisse de se poser la question de savoir ce qu’une femme faisait dans le placard de Richard McCormick.

Il fallait le prendre par surprise. C’est ce qu’elle fit.

La soif de vivre produisit en elle suffisamment d’adrénaline pour qu’elle plante l’aiguille de sa chaussure sur le front de l’homme en poussant un cri salvateur.

Jalisse hurla de douleur à se tordre en deux. Lisa en profita pour sortir de son cercueil vertical et s’enfuir en direction du couloir.

Puis elle le vit.

Il était allongé devant la porte d’entrée, son corps baignant dans le sang. Elle se pencha vers lui.

- Richard ?

Elle vit qu’il avait reçu la balle en pleine poitrine.

- Richard !

Les yeux embués de larmes, elle observa sa poitrine meurtrie, espérant la voir se soulever à un rythme régulier.

Rien.

Il n’y avait plus de vie dans le corps de Richard.

Elle se releva et se précipita vers la porte de sortie. Avant tout, elle devait se mettre en sécurité et le meilleur moyen était de quitter cet appartement où un tueur enragé avait un talon aiguille planté dans son front.

Au moment où elle voulut ouvrir la porte, un bruit vint siffler dans son oreille droite. Elle tourna la tête et vit qu’un couteau venait d’être planté à quelques centimètres de sa tête.

Elle hurla.

Jalissa, le front en sang, se précipita sur elle. Il la força à se tourner vers lui et Lisa put voir pour la première fois son visage. Un visage allongé, maculé de sang.

- Où est le butin ?

Lisa reprit sa respiration.

- Laissez-moi partir, je vous en supplie. Je ne dirai rien à personne, je vous le jure.

- Où est le butin ? répéta Jalisse.

Lisa sut qu’il ne la lâcherait pas tant qu’il n’aurait pas obtenu de réponse. Elle se résigna à lui dire la vérité.

- Je… il n’est pas ici.

- Où est-il ?

- Je l’ai rendu à ses propriétaires.

Jalisse fut tellement surpris qu’il lâchât un moment Lisa.

- T’as rendu le butin ? Tu te fous de moi ! Dis-moi où il est !

- Je vous jure, j’ai tout rendu. Je ne savais pas que Richard avait cambriolé des maisons. Il l’a fait pour moi. Alors pour ne pas avoir de problème, je l’ai rendu. Vous pouvez écouter les informations locales, ils le disent.

À quoi s’attendait-elle en lui disant qu’elle avait rendu le butin ? A ce qu’il lui réponde : « ah bon ? Dans ce cas désolé de vous avoir dérangé ».

Au lieu de cela, Jalisse entra dans une colère noire. Ses yeux s’agrandirent. Il s’approcha de Lisa, les lèvres pincées. Puis il appliqua ses deux mains sur la gorge de l’infortunée.

Lisa vit sa dernière heure arriver. Pas moyen de desserrer les liens scellés sur son cou. Elle commença à manquer d’air, puis son visage devint bleu.

« C’est fini », pensa-t-elle avant de glisser dans le néant.

Elle n’entendit pas le coup de feu que Richard, dans un effort surhumain après avoir repris connaissance, venait de tirer sur Jalisse.

Pas plus qu’elle ne sentit les mains de l’homme relâcher sa proie.

Finalement, Jalisse s’effondra comme une masse sur le corps de Lisa, tandis que Richard, épuisé par son effort, chuta de nouveau dans le néant.

A suivre...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Betty 03/10/2017 22:46

La reprise, youpi, comme cela fait plaisir...
Enfin pas trop pour notre amie Lisa !!
Quel immense drame pour elle, Richard va t-il survivre à ses blessures, pas sûr !
Retour en fanfare, c'est certain...
Je vais attendre la suite, hum !! quelques jours :)
Alors à bientôt

Mr. Peyton 04/10/2017 06:43

Merci Betty :)
Votre enthousiasme fait plaisir à voir :)

Marie A 03/10/2017 08:55

Yeaaah ! Que ça fait plaisir !
Et c’est un retour en fanfare en plus. Y’a pas à dire, mais ça manquait quand même !

Mr. Peyton 03/10/2017 18:34

En ce qui me concerne, ce sont les commentaires de ma lectrice préférée qui me manquaient ;-)