Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 908 - Confrontation

Saison 7 - Episode 43

- J’ai une parfaite explication à te donner !

Lisa Peyton suit Betty Cord et Manuel Amos dans le salon de Betty. Son visage est encore rouge et son cœur bat toujours aussi vite qu’au moment où la « patrouille » de voisins a pointé sa lampe torche sur elle.

Betty aussi a les joues rouges, mais l’émotion est tout autre. Elle est en colère.

- Je te préviens, Lisa. Je veux la vérité et rien d’autre. Si je vois que tu me mens, j’appelle immédiatement la police !

Lisa tente de maîtriser la peur qui lui serre les entrailles et bloque sa respiration.

- Tu n’auras pas à le faire.

Betty croise les bras.

- Très bien, alors je t’écoute.

Lisa hésite. Par où commencer ? Et que dire ?...

- Je peux avoir un verre d’eau av…

- Non ! l’interrompt sèchement Betty.

Lisa s’assoit sur le canapé. Elle retrouve une certaine contenance… et une histoire à raconter.

- Très bien. Il se trouve que je suis allée faire un tour au square histoire de me changer les idées. J’ai vu le sac rempli d’argent près d’un arbre. Je me suis dit…

Elle n’a pas besoin de continuer davantage. Betty saisit immédiatement le téléphone.

Lisa comprend et son visage devient livide.

- Non, ne fais pas ça !

Betty soupire.

- Je n’arriverais jamais à te faire confiance, Lisa.

- Laisse-moi une dernière chance, tu veux ? Tu me connais, tu sais très bien que ce n’est pas moi qui aie volé l’argent.

Lisa se lève et arpente nerveusement la pièce.

Donner le change, voilà ce qu’elle doit faire. Elle se tourne vers Betty et la regarde droit dans les yeux.

- Tout ça c’est ta faute ! vocifère-t-elle.

Betty n’en revient pas. Elle est tellement éberluée par ce qu’elle entend que machinalement, elle laisse retomber le combiné du téléphone.

- Ma… quoi ? Qu’est-ce que tu racontes encore comme idiotie !

Lisa ne perd pas contenance. Elle a choisi Betty comme bouc émissaire pour essayer de mieux faire passer la pilule, sans pour l’instant savoir si ce choix allait être payant.

- C’est la vérité. J’ai voulu venir te voir pour te demander d’investir dans mon nouveau projet. Mais vu la façon dont ça s’est passé la dernière fois…

Betty fronce les sourcils.

- Mais de quoi tu parles ?

- Je… je…

Et soudain, les genoux de Lisa fléchissent, son estomac se dénoue, son front se plisse. Elle craque et se met à pleurer sans pouvoir continuer sa phrase.

Betty voit qu’il ne s’agit pas de comédie. Elle connait trop bien Lisa pour savoir quand elle joue un rôle et quand elle est sincère.

- Lisa, tu ferais mieux de m’expliquer ce qui se passe dans ta vie actuellement.

Lisa se rassoit sur le canapé.

- J’ai… pour une fois dans ma vie, je fais une chose que j’aime faire. Je crée des produits cosmétiques avec des matières naturelles. C’est un peu une façon de me racheter du fiasco de Glamazing. Ce projet, je veux le mener à bien. Et pour cela, il me faut de l’argent.

Betty secoue la tête, l’air réprobateur.

- Et pour ça, tu cambrioles des maisons !

- Non, tu n’y es pas. Ce n’est pas moi qui aie commis ces cambriolages.

- Alors c’est qui ?

- Quelqu’un qui a cru m’aider.

- Qui ? insiste Betty.

- Il voulait me voir heureuse, il voulait que j’arrive à mes fins, que je réalise mon rêve.

Betty élève la voix :

- Lisa… Qui ?!

- Je ne peux pas te le dire. Tout ce que je veux, c’est que l’argent revienne à leurs propriétaires.

Betty lève les bras au ciel.

- Mais Lisa, tu es en train de couvrir un criminel !

- Il n’est pas méchant, se défend Lisa. Il a simplement voulu m’aider.

- Pas méchant ? Voler des milliers de dollars !

Lisa renifle.

- Ecoute, Betty. Le principal est de rendre l’argent aux victimes. L’homme qui a volé cet argent l’a fait pour moi et je ne veux pas le dénoncer.

- Lisa, tu ne vois pas la situation dans laquelle tu me mets. Si je ne préviens pas la police, je deviens complice ! Et Manuel aussi !

Jusqu’à présent, Manuel n’avait pas dit un mot. Adossé au mur opposé, il se contente d’écouter la conversation.

Lisa se tourne vers lui.

- Je vous en prie…

Betty cherche dans le regard de Manuel une aide, mais le jeune homme ne dit rien.

Lisa capitule.

- Très bien, alors appelez la police. Je dirais que c’est moi qui aie volé cet argent et que, prise de remords, j’ai décidé de leur rendre.

- Tu serais prête à faire ça ? A te sacrifier à la place d’un voleur ?

- Ce n’est pas un voleur. Il n’avait jamais cambriolé de maison avant.

Cette fois, Manuel croit bon d’intervenir.

- Excusez-moi, mais selon la police, le procédé utilisé par le ou les cambrioleurs semble penser qu’il s’agit de professionnels.

Betty se tourne vers Lisa.

- Lisa, tu nous mets dans une situation pas possible.

Manuel s’approche d’elles.

- Je vais prendre une décision à votre place, Betty. Laissons Mme Peyton remettre l’argent aux victimes comme elle avait prévu de le faire.

Lisa offre à Manuel un regard de soulagement mêlé à de la gratitude.

- Merci !

Betty se tourne vers le jeune homme.

- Vous êtes sûr ?

Manuel acquiesce.

- En théorie, Mme Peyton n’est coupable de rien. Si elle décide de se mettre sur le dos un cambriolage qu’elle n’a pas commis, ça m’embêterait.

Betty réfléchit un instant. Puis elle prend le sac de billets et le tend à Lisa.

- Tu as vraiment de très mauvaises fréquentations !

Lisa saisit le sac.

- Merci.

Elle tourne les talons et se précipite à l’extérieur, de peur qu’ils ne changent d’avis.

Betty la regarde partir.

- J’espère que je ne viens pas de faire une bêtise.

Manuel l’observe et lui fait un clin d’œil.

- Nous voilà maintenant détenteurs d’un secret commun.

 

A suivre...

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 01/07/2017 09:35

Étrange, cette capitulation rapide de Manuel... o_O On se serait attendu à un peu plus d'arguments, ou au moins à des conditions pour laisser partir Lisa. Mais non, ce serait juste pour partager un secret avec Betty ??? Hem...

Mr. Peyton 01/07/2017 18:04

Peut-être que Manuel a trop de choses qui trottent dans sa tête pour s'occuper de Lisa et de ses problèmes... J'dis ça...