Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 905 - Plus de doute

Saison 7 - Episode 40

Elle approche son nez de la crème. L’odeur n’est pas assez forte. Elle entreprend donc de rajouter deux milligrammes de substance de fleur d’oranger en chantonnant.

Dans la cuisine de Richard, Lisa est à l’aise. Elle a l’impression d’être Blanche Neige dans le dessin animé de Walt Disney, qui prépare le repas en chantant et en attendant le retour des sept nains.

Elle sait qu’elle a trouvé sa voie. Chaque mixture réalisée lui donne le sentiment d’avoir accompli quelque chose de bien. Et c’est la première fois qu’elle ressent ça de toute sa vie.

Oui, elle peut se le dire à elle-même : Lisa Peyton est devenue une femme heureuse et bien dans sa tête… quoiqu’en pense son entourage.

Depuis la cuisine, elle entend la télévision du salon. Le générique de fin d’une rediffusion de « La croisière s’amuse » fait place à l’info locale de la mi-journée.

Elle délaisse son pot de crème hydratante à la fleur d’orange lorsqu’elle entendant la journaliste parler d’un nouveau cambriolage qui a eu lieu à Peyton Place.

Lisa voit à la télévision Mme Muckett, qu’elle connaît de vu. La journaliste avide de sensationnel interroge la vieille femme en pleurs. Mme Muckett raconte entre deux sanglots que toutes ses économies ont été volées. Mais pour elle, ce n’est pas le plus important. Le plus important, c’est que le voleur a dérobé une montre d’une grande valeur sentimentale qu’elle avait acheté à feu son mari pour son soixantième anniversaire. Une belle montre avec un bracelet en cuir orange.

Lisa secoue la tête. Pauvre femme. C’est un bien triste sort pour elle. Elle perd son mari l’année dernière, et avec ce vol, elle a sans doute l’impression de l’avoir perdu une deuxième fois.

Elle espère que le coupable sera arrêté rapidement et envoyé en prison pour un bon bout de temps.

Elle éteint le poste de télévision au moment où Richard entre dans l’appartement. Il enlève son manteau, le pose sur une chaise et s’assoit sur le canapé en soupirant. Il a son air taciturne que Lisa lui connaît bien.

- Mauvaise journée ? demande-t-elle.

- J’ai poussé jusqu’à Jasper Falls aujourd’hui. Je n’ai vendu qu’une bible. Je crois que la source se tarit.

Lisa balaie l’air de ses deux bras.

- Vous devriez arrêter avec ces stupides bibles et faire quelque chose de plus intéressant. Et surtout de plus légal. Je n’ai pas envie d’utiliser vos économies pour payer votre caution.

- Pas de danger, les bibles c’est fini. Je vais m’atteler à autre chose de plus lucratif.

- Bonne idée !

Elle s’apprête à retourner dans la cuisine, mais se retourne et regarde Richard dans les yeux.

- Au fait, encore merci pour l’argent. Je commencerai à vous rembourser dès mes premières ventes.

- Il n’en est pas question ! s’exclame Richard. Je veux être votre investisseur, Lisa.

Lisa fronce les sourcils.

- Mon investisseur ?

- Votre associé, si vous préférez.

Ce n’est pas ce que Lisa appellerait une bonne nouvelle.

- C’est que… je comptais me débrouiller par moi-même…

- Pas question. Cet argent, je ne vous le prête pas, je l’investis. Je crois en vous, Lisa. Et je sais que vous allez réussir.

« Je crois en vous »… le ton manque singulièrement de sincérité. Richard ne croit pas en elle, et elle le sait. Ce geste, c’est le geste d’une personne très amoureuse. Lisa n’a pas envie de s’associer avec une petite frappe comme Richard, elle voudrait monter sa boite seule, et surtout dans la légalité la plus totale.

Mais elle n’a pas non plus envie de se battre contre Richard pour son indépendance. Elle a trop peur qu’il ne reprenne sa mise.

Richard se lève pour se servir un verre.

- Demain, nous irons faire les formalités pour ouvrir notre société. Je viendrais avec vous.

Lisa poussa malgré elle un soupir. Richard a donc tout prévu. Il compte bien s’investir, ou plutôt s’immiscer dans l’affaire de Lisa et ça ne lui plait pas.

C’est au moment où il porte son verre à ses lèvres qu’elle la voie. Son cœur fait un bond dans la poitrine lorsqu’elle voit la montre au bras de Richard. Une montre qu’elle ne lui avait jamais vu porter auparavant.

Une montre avec un bracelet orange.

La colère monte en elle.

- J’aurais dû m’en douter ! rugit-elle.

Richard se tourne vers elle avec un regard interrogateur.

- Que se passe-t-il ?

Les lèvres pincées, elle se précipite vers lui et lui saisit le poignet.

- Vous pouvez m’expliquer comment cette montre est venue à votre bras ?

Le visage de Richard s’empourpre.

- Mais de quoi parlez-vous ?

- Arrêtez de faire l’innocent, McCormick. Ça ne vous va pas. Je ne suis pas une de vos clientes idiotes qui se jettent sur vos bibles. Cette montre appartient à Mr Muckett, vous avez cambriolé sa veuve !

Richard balbutie :

- Je… ne… sais… je ne vois pas ce que vous voulez dire.

- Ne me prenez pas pour une idiote. Cette montre, elle n’est pas à vous.

Richard baisse la tête, penaud.

En colère, Lisa lève les mains au ciel.

- Vous cambriolez une maison et vous êtes assez stupide pour porter au bras un des objets volés ! Vous n’avez décidément rien dans la tête !

- Vous avez raison, je vais l’enlever.

- Vous allez faire mieux que ça. Vous allez prendre la montre, l’argent et tout ce que vous avez volé et vous allez les rendre à sa propriétaire.

Richard lève son regard plaintif vers celui, déterminé, de Lisa.

- Je ne peux pas faire une chose pareille.

- C’est pourtant ce que vous allez faire.

- Lisa, voyons… Ce n’est pas comme ça que ça marche.

- Mais pourquoi, Richard ? Pourquoi avez-vous fait ça !

- Pour vous aider.

- Je veux que vous rendiez cet argent !

- Je ne peux pas faire une chose pareille, Lisa. Vous ne comprenez pas, je l’ai fait pour vous. Parce que je crois en vous, parce que j’aime vous voir heureuse. Ce projet compte tellement pour vous. Je savais bien que vous ne trouveriez pas le moyen de le mettre en œuvre. Je devais faire quelque chose. Il faut me comprendre.

Lisa secoue la tête. Les rêves ont leur limite.

- Je préfère renoncer à mon projet plutôt que de le monter avec de l’argent volé !

Mais Richard insiste. Il prend la main de Lisa.

- Lisa, c’est votre seule chance de devenir ce que vous avez toujours voulu être : une femme puissante et riche. Ne passez pas à côté de votre rêve. Vous ne le supporteriez pas.

- Ce que je ne supporte pas, Richard, c’est cet argent qui n’est pas à moi.

- Vous le méritez, Lisa. Plus que n’importe qui.

- Richard, je…

- Je vous aime, Lisa. Je vous aime tellement.

Lisa ne peut plus rien dire tant elle est surprise par cette déclaration. Elle savait que Richard avait le béguin pour elle, mais elle ne pensait pas qu’il serait prêt au pire pour elle.

- Je ne veux que votre bonheur, Lisa…

Richard serre Lisa dans ses bras. Interloquée, Lisa reste de marbre et tente de digérer ce qui vient de se passer durant ces cinq dernières minutes. La tâche n’est pas facile.

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 20/06/2017 11:47

Tu nous as bien eu... c'était trop évident, on ne voulait pas y croire. Et tout ça par Amuuuuuuur... !?!? Sérieusement o_O ?!?
J'aime bien le "Vous avez raison, je vais l'enlever" :-)

Mr. Peyton 20/06/2017 20:10

Bah oui, quand on aime désespérément, on en arrive toujours à faire n'importe quoi.
Ils sont mignons ces deux-là, n'est-ce pas ? ;-)