Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 903 - Le doute

Episode 903 - Le doute

Saison 7 - Episode 38

James est en train de savourer un whisky, assis bien confortablement dans un fauteuil de son salon, lorsque Lisa entre dans la pièce. Elle hausse les sourcils en le voyant.

- Tu prends les habitudes de Jack. Ce n’est pas bon.

- Ça détend.

James à l’air morose que Lisa lui connaît depuis quelques jours. Elle est persuadée que quelque chose s’est récemment passé dans la vie de son fils pour qu’il devienne aussi taciturne.

- Parce que tu es tendu ?

- Etre rédacteur en chef d’un journal n’est pas de tout repos.

- Fais tout de même attention à ne pas prendre de mauvaises habitudes.

Lisa repense à la fois où James était ivre et où il avait tenu une partie de la famille en otage. C’était le jour où il avait appris que Jack était son père, et pas son oncle. Il n’avait que dix-sept ans à l’époque. Pauvre garçon…

Lisa sort de la pièce et attrape son manteau pendu dans le vestibule. Depuis le salon, James lui demande :

- Où vas-tu ?

- En ville.

James se lève et, son verre à la main, rejoint Lisa.

- Tu n’es plus souvent à la maison.

Lisa pince ses lèvres. Elle n’a pas envie que James découvre ce qu’elle fait réellement en ville. Déjà Richard tente de la dissuader de continuer. Si James apprenait qu’elle monte une société de vente de cosmétique, il lui ferait une belle leçon de morale. De là, elle parlerait morale en évoquant Selena et tout risquait de dégénérer.

Elle se contente de dire :

- J’ai… un travail qui m’occupe. En ville.

- Quel genre de travail ?

Justement le genre de question qu’elle voulait éviter.

- C’est un interrogatoire ? dit-elle d’un ton sec.

- Je me pose des questions, voilà tout. Tu disparais toute la journée sans nous dire ce que tu fais, il y a de quoi se poser des questions.

- Je suis une grande fille, James. Bon, puisque tu veux tout savoir, je suis sur un projet, mais je ne préfère pas en dire plus pour le moment.

La sonnette de la porte d’entrée retentit et Lisa sursaute, ne s’attendant pas à pouvoir faire diversion. Elle ouvre la porte. Billy Chambers et Ellen Hayes se tiennent devant elle. Vu leur tête, ils viennent pour des raisons professionnelles.

- Bonjour, Mme Peyton, dit Ellen.

- Ellen… quelque chose ne va pas ?

C’est Billy qui prend la parole.

- Nous sommes venus prévenir les gens du quartier. A Elm Street, deux maisons ont été cambriolées.

Elm Street se trouve à deux pas de Chesnut Street.

- C’est affreux, répond Lisa. On n’est plus en sécurité nulle part. Est-ce que vous avez pu arrêter les malfrats ?

- Non, mais nous y travaillons.

Lisa fronce les sourcils.

- Excusez-moi, détective Chambers…

- Inspecteur, rectifie Billy.

- Inspecteur Chambers, vous ne croyez tout de même pas que venir interroger les habitants du quartier est un moyen d’aider à arrêter les cambrioleurs !

- Nous sommes venus vous avertir, intervient Ellen. Les cambrioleurs veulent de l’argent. Ils ont dérobé des sommes en espèces que les propriétaires gardaient chez eux.

- Nous n’avons pas d’argent à la maison.

Billy s’adresse à Lisa et James.

- Est-ce que vous n’avez rien remarqué de bizarre ces derniers temps ? Un rôdeur, ou un inconnu que vous auriez croisé plusieurs fois dans la rue ou les alentours.

Lisa réfléchit un instant.

- Non, désolée.

- Moi non plus, je n’ai rien vu, dit James.

 

En route pour le petit appartement de McCormick, Lisa pense à la nouvelle recette qu’elle a hâte d’essayer. Il s’agit d’une crème hydratante. Elle a pensé à ajouter un extrait de fleur d’oranger pour adoucir la crème, et aussi pour avoir une senteur parfaite. Elle sourit, hâte de voir ce que cela allait donner.

Ce travail la passionne. Si seulement elle pouvait trouver un investisseur sérieux. Elle avait déjà écarté Jack et Betty. Peut-être Paula ? Sauf que la dernière fois, ça s’est mal passé avec elle et Glamazing. Elle aurait beaucoup de mal à la convaincre.

En entrant dans l’appartement, elle est surprise de découvrir Richard. Il est assis dans le salon et regarde la télévision. Il rit devant une rediffusion du Mary Tyler Moore Show.

Lorsqu’il aperçoit Lisa, il se lève immédiatement et va à sa rencontre.

- Lisa, ma chère. J’ai une excellente nouvelle.

- Mary Tyler Moore a décidé de rempiler pour une nouvelle saison ? ironise Lisa.

- J’ai trouvé un investisseur pour votre entreprise.

Lisa n’en croit pas ses oreilles. Son cœur fait un bond dans sa poitrine.

- Vous êtes sérieux ?

Richard sourit de toutes ses dents.

- On ne peut plus sérieux.

- Et qui ça ?

- Moi !

L’excitation retombe chez Lisa comme elle est venue : en un fulgurant instant ! Elle perd son sourire.

- J’ai cru un moment que vous étiez sérieux.

- Mais je le suis. Je suis sérieux, Lisa.

Lisa secoue la tête.

- Richard, vos bibles pseudo-signées ne vous rapporte que de quoi manger à votre faim. Comment voulez-vous investir dans ma société ?

Avec un grand sourire, Richard se rend derrière le canapé d’où il extirpe une valisette. Il la pose sur la petite table et l’ouvre. Elle est remplie d’argent. Lisa n’en croit pas ses yeux.

- Où avez-vous eu ça ?

- C’est de l’argent que j’ai mis de côté au cas où.

Lisa en a les larmes aux yeux. Elle se voit déjà PDG de son entreprise, elle se voit vêtue d’un tailleur strict, dans un grand immeuble qui lui appartiendrait, dans un grand bureau avec bar et baie vitrée sur une vue imprenable de New-York. Car c’est à New York qu’elle s’installera.

L’ironie veut que ce soit Mary Tyler Moore qui brise son rêve d’un coup net. A la télévision, la série s’achève, suivit immédiatement par un bulletin d’infos où Jill Barreton, la bimbo blonde qui s’occupe de l’actualité sur la chaîne locale les après-midis, affiche un regard grave en annonçant une série de cambriolages dans le comté de Peyton.

Lisa regarde tour à tour l’argent, la bimbo de la télé, et Richard. Elle vient de comprendre.

- Oh non !!

Visiblement, Richard ne comprend pas.

- Qu’y a-t-il ?

- Vous n’avez pas fait ça !

Richard fronce les sourcils.

- Je n’ai pas fait quoi ?

Lisa prend une lasse de billets et la brandit devant Richard.

- Ne faites pas l’idiot, McCormick ! Cet argent n’a rien à voir avec d’hypothétiques économies. Vous l’avez volé !

- Vous dites n’importe quoi !

- Les cambriolages dans Elm Street, c’est vous, n’est-ce pas ?

- Non ! Bien sûr que non ! Enfin, Lisa, vous me connaissez ! Je ne suis pas un voleur.

- Vous volez bien les gens en leur vendant des bibles qu’ils pensent être dédicacés par Martin Luther King !

Richard secoue la tête. Son visage s’empourpre.

- Lisa, je vous jure, je n’ai pas volé cet argent. C’est le mien.

- Vous vivez pratiquement dans la pauvreté, alors pourquoi avoir gardé cet argent au chaud au lieu de vous en servir, hein ?

- Je l’ai gardé pour une occasion. Et puis arrêtez de dire que je vis dans la pauvreté, ce n’est pas vrai !

- Pourquoi ne m’avez-vous jamais parlé de cet argent ?

- Pourquoi aurais-je dû le faire ?

Lisa soupire. Et si Richard disait vrai ? Peut-elle lui faire confiance ? Il a l’air tellement… innocent.

 

A suivre...

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 13/06/2017 09:50

Ha ha, maintenant que l'option "Richard" n'en est plus une, les spéculations vont bon train de ce côté-ci de l'écran pour trouver le coupable... Craig Peterson ? Une manœuvre destinée à amener la population à réclamer la disparition du bidonville de Peyton Place (on est assez complotiste par ici) Un simple cambrioleur en vacances dans la région ?... l'avenir (et l'auteur) va certainement le dire un jour ou l'autre :-D

Mr. Peyton 13/06/2017 18:38

Ouh, mais c'est qu'il y a de très bonnes propositions dans ces suppositions. On sent bien là l'esprit et l'imagination d'une l'auteure à succès ;-)