Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 899. Chimère

Saison 7 - Episode 34

Richard McCormick entre dans son appartement. Mais est-ce encore vraiment SON appartement ? Depuis que Lisa a investi la cuisine pour y faire ses mixtures soi-disant bios pour cosmétiques, Richard a l’impression qu’il n’a plus de « chez lui ».

Comme d’habitude, la cuisine est un vrai capharnaüm. Il y des pots vides dans l’évier, des pots remplis de pates moelleuses sur le plan de travail, sans parler des cartons qui gisent un peu partout sur le sol.

Lisa est concentrée sur un mélange. En la voyant, Richard a comme à son habitude un relent d’amour pour cette femme si belle qui croit en ce qu’elle fait.

Il s’approche d’elle.

- Lisa, vous ne pensez pas qu’il serait temps d’arrêter.

Lisa continue à mélanger sa pâte en secouant la tête.

- Pas question. Ces produits, j’y crois dur comme fer. Je sais que je vais faire un malheur avec.

Richard soupire. Comment lui faire comprendre ?...

- Pour l’instant, vous n’avez rien vendu, et vous n’avez toujours pas d’investisseur.

- J’en trouverais.

Richard secoue la tête. Cette femme est aussi belle qu’entêtée.

Il se rend dans le salon. Il a prévu d’aller faire quelques courses et d’aller chercher deux menus chinois pour ce soir, puisqu’il est inutile de compter cuisiner dans ce qui avait été une fois sa cuisine.

Il savoure d’avance ce petit moment qu’il allait passer avec Lisa dans le salon, assis sur le canapé en train de déguster nems, rouleaux de printemps et soupe pékinoise. Il allait lui raconter sa journée, elle lui parlerait de la sienne. Un vrai petit couple heureux…

Sauf qu’ils ne sont pas un couple. Il n’y a que de l’amitié entre eux. Richard n’est cependant pas contre une évolution de cette amitié en quelque chose qui ressemblerait à de l’amour. Mais Lisa n’est visiblement pas prête à sauter le pas.

Il ouvre le tiroir du buffet, se saisit d’une petite boite en fer qui avait accueilli en premier lieu des cigares. Il l’ouvre et, dépité, la referme.

Il retourne à la cuisine et brandit la boite en fer.

- Elle est vide !

- Je sais. Je suis désolée, mais j’avais besoin d’argent pour acheter des matières premières.

- Lisa, c’est mon argent qu’il y avait dans cette boite !

Lisa secoue la tête.

- C’est le nôtre. N’oubliez pas que vous m’êtes redevable, Richard. J’aurais pu aller à la police et vous dénoncer pour le scandale Glamazing.

Richard n’en croit pas ses oreilles ! Il fronce les sourcils.

- Vous n’êtes pas en train de me faire du chantage, là ?

- Bien sûr que non !

Elle s’approche de lui et le regarde droit dans les yeux.

- Je veux que vous compreniez que les produits que je fabrique sont importants. Ils nous rendront riches, vous verrez…

Richard hausse son sourcil droit.

- Nous ?...

- Vous et moi. Nous allons pouvoir vendre des produits de qualité et nous faire une fortune d’une façon légale.

- J’aime votre optimiste, Lisa. Mais pour l’instant, nous n’avons rien. Nous sommes fauchés comme les blés. Comment voulez-vous développer votre petite entreprise sans argent ?

- On en trouvera, Richard. On trouvera l’argent. J’ai foi en ces produits. Je sais que ça peut marcher. Je sais que les gens attendent ce genre de produits.

- Vous avez fait une étude de marché ?

- Une quoi ?

Richard soupire. C’est bien ce qu’il pensait. Lisa n’y connaît rien en matière commercial.

- Lisa, regardez la vérité en face. Il vous faut un apport d’argent pour commencer votre entreprise. Et vous n’avez rien.

- Je vous l’ai dit, je trouverais.

Lisa a les yeux qui brillent à chaque fois qu’elle évoque son projet. Richard est amoureux d’elle et ne veut que son bonheur. Cela lui déchire le cœur de voir qu’elle espère l’inespéré. Aussi décide-t-il de faire quelque chose pour elle. Quelque chose qu’il n’a pas fait depuis longtemps et qu’il va devoir refaire.

Il sort de la pièce et se rend dans sa chambre. Sur la table de nuit est posé un téléphone à cadran vert. Il le saisit et compose un numéro qu’il connaît. Il attend que la personne au bout du fil décroche, puis dit :

- C’est moi. J’ai besoin de ton aide.

 

A suivre...

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 06/06/2017 19:21

On croyait que Lisa s'était un peu calmée, mais visiblement c'était l'occasion de faire des bêtises qui s'était raréfiée... Bien inquiétant ce coup de fil

Mr. Peyton 11/06/2017 23:15

Oh la la la !!! Tu n'as même pas idée à quel point c'est inquiétant ;-)