Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 891 - Le mystérieux Craig Pierson

Saison 7 - Episode 26

Jambes croisées sur l'un des confortables fauteuils flanqués à l'entrée de l'hôpital de Peyton Place, il attendait.

Ou plutôt il l'attendait.

Il ne voulait surtout pas se faire remarquer. Aussi avait-il revêtu ses derniers habits propres, ceux qui se trouvaient pliés dans la valise qu'il avait emportée. Au moins ne le prendra-t-on pas pour un clochard.

Lorsqu'il était arrivé à Peyton Place, Craig Pierson ne savait pas du tout comment il allait pouvoir l'aborder. Il y avait beaucoup pensé durant le long voyage qui l'avait amené en Nouvelle Angleterre. Mais il n'avait aucun plan précis.

Il avait débarqué dans la ville avec quelques dollars en poche, mais il savait que, quel que soit la longueur de son séjour, cela serait insuffisant pour payer le loyer d'une chambre. Lorsqu'il était sorti du train, un soleil éclatant l'avait accueilli. Mais il savait aussi que cela n'allait pas durer. Sa mère lui avait raconté les longs et froids hivers de Peyton Place.

Lui qui avait l'habitude de vivre dans un climat tempéré, il ne savait pas comment il allait pouvoir supporter un hiver froid.

A son arrivée, la providence lui avait souri. Il s'était promené sur la plage, les pieds dans l'océan et son sac de voyage sur le dos. Puis il avait vu un immeuble en construction. Il s'était approché de la bâtisse et avait lu le panneau planté devant la future entrée qui indiquait que les travaux de l'immeuble étaient momentanément interrompus pour des raisons juridiques. Craig pensa que la bâtisse de devait pas respecter certaines normes, ou quelque chose dans le genre.

En tout cas, elle faisait un beau squat et Craig décida d'y élire domicile. Il n'y avait pas encore de fenêtres aux murs, mais les nuits étaient encore douces. Le bâtiment était sous surveillance dans la journée, mais pas la nuit. Aussi Craig se levait tôt le matin, cachait ses affaires personnelles dans un placard vide qui servirait sans doute de local électrique à la résidence, et ne revenait qu'une fois la nuit tombée pour y dormir. Un autre squatteur lui avait dit que le personnel de surveillance s'assurait qu'il n'y avait personne dans la journée et ne s'amusait pas à fouiller les placards.

Pour l'instant, ça allait. Mais qu'en sera-t-il lorsque les nuits seront plus fraîches ? Ou si les travaux reprenaient subitement ?

Il préférait ne pas y penser pour l'instant. Chaque chose en son temps. Aujourd'hui, il avait l'intention de l'approcher et, là aussi, il n'avait pas la moindre ébauche de plan. Il se contentait de l'attendre. Il était probable qu'il ne l'aborde pas immédiatement, mais au moins il la verrait de près.

Il regarda pour la centième fois l'heure sur l'horloge perchée près de la porte d'entrée. Cela faisait trop longtemps qu'il était assis là. L'infirmière à la réception commençait à le regarder d'un drôle d'air.

Peut-être devrait-il bouger ? Aller dans la salle d'attente ? Mais il n'aurait alors pas la visibilité qu'il a depuis la réception et risquerait de manquer son arrivée.

Il aurait pu aussi aller voir l'infirmière et lui demander quand elle prenait son service, mais il voulait se faire le plus discret possible.

Il grimaça. Rester planter trois heures dans un fauteuil de la réception d'un hôpital, on avait déjà fait plus discret !

Il soupira. Inutile d'insister, elle est peut-être de repos aujourd'hui. Il s'apprêtait à se lever quand l'infirmière de la réception décida d'aller le voir. Elle dodelina son imposante poitrine jusqu'au fauteuil où il se trouvait.

Craig pensa qu'il était mal. Il fallait qu'il trouve un baratin à lui débiter. Mais il n'est pas facile de se concentrer lorsqu'une infirmière blonde platine vous colle sous le nez sa poitrine surdimensionnée. Craig ne voyait plus que les deux proéminences, en même temps que la barrette où était inscrit A. Pozzi.

- Je peux vous aider jeune homme ?

- Non ça ira, merci.

A. ne se contenta pas de cette réponse.

- Ça fait longtemps que vous êtes assis ici. Vous attendez quelqu’un, peut-être ?

- Oui… enfin non…

L’infirmière A. posa ses poings sur ses hanches.

- C’est oui, ou c’est non, je ne comprends pas très bien ?

- Oui, vous devez vous demander ce que je fais assis seul ici depuis si longtemps…

- En effet.

- J’attends…

Craig se mordit les lèvres. Dans son plan, il n’avait pas prévu une A. Pozzi zélée.

- Vous attendez qui ? demanda-t-elle. Ou quoi ?...

- C’est moi qu’il attend.

Les regards de A. et Craig convergèrent vers la personne qui venait de prononcer ces paroles. Une jolie petite brune dont le visage n’était pas inconnu à Craig.

Elle poursuivit à l’attention de A.

- Ma mère est au comptoir pour signer les papiers de ma sortie. Vous feriez mieux d’aller la voir.

La plantureuse blonde dodelina de la tête, puis du popotin et s’en alla à la réception.

La jeune fille s’installa à ses côtés. Craig l’observa :

- On se connait ?

- Tu as la mémoire courte. Enfin… pas lorsque tu parles d’Abraham Lincoln.

Craig se rappela enfin où il avait vu ce visage. En revanche, il n’arrivait plus à mettre un nom sur lui. Comme si elle avait lu dans ses pensées, la jeune fille se présenta :

- Colleen Peyton. Nous sommes ensemble en histoire, en anglais et en géo.

- Pourquoi tu as dit que c’était toi que j’attendais ?

- Tu semblais un peu perdu dans tes explications. J’ai cru que tu avais besoin d’aide.

Elle avait vu juste.

- Merci.

Après un petit silence, Colleen regarda Craig d’un air interrogateur.

- Alors ?

- Alors quoi ?

- Tu attends qui ?

Craig haussa les épaules.

- Personne en particulier.

C’est à ce moment qu’elle fit son apparition. La porte à double battant claqua et elle entra, vêtu de sa coiffe d’infirmière en chef.

Craig se figea. Il se sentit soudain tout bête, ne sachant s’il devait l’aborder, ou bien l’observer.

Elle passa devant eux, et à la grande surprise de Craig, Paula Rossi se tourna vers Colleen en lui souriant :

- Salut Colleen.

- Salut Paula.

- Ca va mieux à ce que je vois.

- Oui, je sors aujourd’hui.

- Tant mieux. Excuse-moi, je dois aller prendre mon service, je suis en retard. Et en tant qu’infirmière en chef et femme du chef du personnel, je ne donne pas le bon exemple.

Craig n’en revenait pas. Tandis que Paula Rossi entrait dans la zone réservée aux infirmières, il se tourna vers Colleen.

- Vous vous connaissez ?!

- Oui, pourquoi ?

Craig haussa les épaules et fit ce qu’il pouvait pour répondre d’un air décontracté.

- Pour rien. J’ai l’impression que tout le monde se connaît ici.

Colleen rit.

- Nous sommes à Peyton Place, pas à New York ! Ici tout le monde se connaît plus ou moins. Surtout que Paula habitait dans ma rue avant de se marier avec le Dr Rossi.

- Elle a l’air vraiment sympa.

- Elle l’est. Sympa, gentille et altruiste. Tout me monde l’aime beaucoup.

- Altruiste ?

- Elle a fait ouvrir un dispensaire pour les habitants de Grave Street. Ils peuvent venir se faire soigner tous les mercredis et vendredis après-midi.

Un nouveau plan se mit en place dans l’esprit de Craig.

- C’est elle qui est au dispensaire ?

- Oui, je crois.

Craig se lève.

- Je dois y aller. Merci encore.

Il s’en va sans laisser à Colleen le temps de répondre.

 

Lisa venait de terminer de signer les papiers de sortie et se dirigea vers sa fille.

- C’était qui, ce garçon ?

Colleen haussa les épaules.

- Un mystère…

 

A suivre...

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 02/05/2017 21:35

Que voilà ce jeune homme bien résumé !
Si on avait le temps, on se lancerait dans la rédaction d'une belle fanfiction pour étoffer ce qu'on vient d'apprendre sur ce nouveau personnage... Mais comme justement ce n'est pas le cas, on va attendre les prochains épisodes avec deux fois plus d'impatience :-D

Mr. Peyton 09/05/2017 18:27

Oui, on en saura plus dans quelques jours...
Quant à une fanfic pour étoffer l'histoire de Craig... ma foi rien n'est exclue. Pourquoi pas ? ;-)