Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 863 : Le grand jour (première partie)

Episode 863 : Le grand jour (première partie)

30 centilitres de jus de tomates, un demi citron pressé, 15 centilitres de jus d'ananas, un œuf frais. Mélangez le tout et servez !

Lisa Peyton en savait quelque chose, des lendemains difficiles. A son arrivée à Peyton Place, elle s'était mise à boire afin d'oublier sa triste vie. Pas au point de devenir alcoolique. Elle avait su s'arrêter à temps, heureusement. Elle avait cependant appris cette recette par cœur, une vraie recette miracle pour les gueules de bois.

Et dans la pièce d'à côté, deux femmes avaient désespérément besoin de la tester.

Lisa se sentait bien. Elle n'avait pas bu autant que Paula et Betty hier soir et supportait mieux l'alcool.

Elle versa la boisson magique dans deux verres qu'elle déposa sur un plateau, et porta le tout dans le salon.

Toutes trois s'étaient endormies sur le canapé la veille. Paula et Betty étaient encore dans la même position qu'hier. La première était affalée sur le canapé, avec une seule chaussure à son pied. L'autre pied, nu, pendait sur le dossier du canapé. Betty, elle, était recroquevillée sur la moquette, non loin de la table basse.

Lisa décida de s'accorder un petit plaisir. Avec un sourire sournois, elle claqua le plateau sur la table, provoquant un bruit fracassant.

Betty sursauta, ouvrit les yeux, puis décida qu'ils étaient mieux fermés.

Paula gémit et laissa tomber son pied nu sur elle.

Lisa décida d'en rajouter une couche un remuant aussi énergiquement qu'inutilement le liquide avec une cuillère. Le tintement du couvert sur le verre avait de quoi irriter un cerveau embrumé par une soirée de beuverie.

- Oh, je vous ai réveillé ! cria Lisa très fort. Je suis vraiment désolée.

Paula gémit de nouveau et Betty, toujours couchée sur la moquette, se retourna.

Lisa s’approcha d’elles.

- J’aurais mieux fait de vous laisser dormir. C’est vrai, quoi ! Vous avez toute la journée pour dormir. Ce n’est pas comme si on avait un mariage à célébrer !

Au mot « mariage », Paula ouvrit les yeux et se redressa. Elle cligna des yeux.

- Quelle heure est-il ?

- Neuf heures vingt.

Paula était maintenant totalement réveillée. Sa tête lui faisait mal, mais elle savait au moins où elle était et ce qu’elle avait à faire.

- Mon Dieu, gémit-elle. J’ai rendez-vous chez le coiffeur dans quarante minutes.

- Si c’est Jo, il est à l’autre bout de la ville, dit Lisa. Tu ferais mieux d’avaler ça vite fait et d’aller prendre une douche rapidement.

Paula regarda le breuvage que lui tendit Lisa et marqua une moue sur son visage.

- Qu’est-ce que c’est ?

Lisa haussa les épaules et railla :

- Juste une recette de sorcière. De la bave de crapaud mélanger à des yeux de chauve-souris. Le rouge que tu vois, c’est du sang de perdrix.

- Tu veux me faire vomir ? balbutia Paula avec une grimace.

- Bois, je te dis. Ça ira mieux, crois-en mon expérience.

Paula avala le liquide et réprima un haut-le-cœur, tandis que Betty émergeait de la brume.

Paula partit prendre une douche et s’habiller. Lorsqu’elle revint dans le salon, elle était parfaitement remise. Elle mettait cela plus sur le compte des deux cachets d’Aspirine qu’elle avait avalés que du breuvage infecte de Lisa.

- Je m’en vais. Fermez la porte quand vous partirez.

Paula partit en claquant la porte, augmentant davantage le mal de tête de Betty, qui venait d’achever son verre.

Lisa et Betty étaient assises côte à côte sur le canapé. Lisa observa Betty.

- Tu as une sale tête, décréta-t-elle.

Betty posa son verre.

- Je ne sais pas ce qui nous a pris. Nous devions passer une soirée tranquille entre filles, et ça a complètement dégénéré. J’ai dû mal à me rappeler ce qu’il s’est passé.

Lisa décida de s’amuser un peu.

- Tu ne te souviens pas ?

- Non.

Lisa lissa sa robe avec ses mains, un sourire en coin.

- Eh bien… Mieux vaut que tu ne t’en rappelles pas.

Betty tourna la tête vers Lisa.

- Est-ce j’ai fait quelque chose de… gênant ?

- On peut dire ça comme ça, mais mieux vaut ne pas en parler. C’est tellement… gênant.

L’air affolé, Betty attrapa le bras de Lisa.

- Dis-moi ce que j’ai fait !

- Tu veux vraiment le savoir ?

- J’ai besoin de le savoir.

- Eh bien, à un moment donné, tu as eu très chaud.

Betty fronça les sourcils.

- Oui, je me souviens de ça. Nous sommes allées faire un tour dehors et nous t’avons vue.

Lisa hocha la tête.

- C’est exact, sauf que, comme tu avais très chaud, tu as… enlevé ta robe et tu t’es promené dans la rue dans le plus simple appareil.

Betty ouvrit de grands yeux. La panique se lisait sur son visage.

- Je n’ai pas fait ça !

- Tu as fait ça. Et tu as fait pire. Tu as chanté à tue tête l’hymne national russe. Tu as fait un tel foin que tout le monde est sorti pour voir ce qu’il se passait.

Betty se cacha le visage avec les mains.

- Ce n’est pas possible. Mon Dieu, je n’ai pas pu faire…

Soudain, elle se redressa, comme si elle revenait à la réalité.

- Attends un peu… Je ne connais pas l’hymne russe !

Lisa partit d’un grand fou rire.

- Tu aurais dû voir ta tête.

- Lisa, ce n’est pas drôle.

- Oh si, c’est hilarant ! Cette journée commence magnifiquement pour moi.

Betty se leva.

- Je ferai mieux d’aller voir Steven et Brian.

- Je peux venir avec ? demanda Lisa avec un large sourire.

- Pourquoi ?

- Pour assister au spectacle d’une femme qui a découché et qui revient au domicile conjugal pour y retrouver un mari avec qui elle ne s’entend plus. C’est mieux qu’un feuilleton télévisé.

Betty la toisa du regard et Lisa n’était pas loin de penser que si ses yeux avaient été des revolvers, elle serait morte sur le coup.

 

 

Le retour de Betty ne se passa pas comme Lisa aurait pu le penser.

Brian et Steven étaient en train de manger leur petit déjeuner dans la cuisine.

Dès qu’il vit sa mère, Brian se leva et se précipita vers elle pour l’embrasser. Puis il se pinça le nez.

- Tu sens pas bon !

Betty lui sourit.

- Je vais aller prendre une douche.

Elle se tourna vers Steven.

- Bonjour, Steven.

Voilà ce que Betty avait espéré : Steven expédiant Brian à la salle de bains pour se laver les dents, Steven se levant de sa chaise et s’approchant de Betty, Steven faisant des reproches à Betty sur son attitude, Steven disant à Betty qu’il était revenu pour être un peu avec elle et qu’elle n’avait pas trouvé d’autre moyen que de découché.

Oui, Betty espérait une scène de ce genre. Au lieu de cela, elle eut droit à :

- Bonjour, Betty.

Puis Steven avala une gorgée de son café et mordit dans sa tartine de confiture à la fraise.

Provoquer une dispute, c’était peut-être ce qu’il fallait à Steven pour réagir.

Elle s’approcha de lui.

- Tu as fait une tartine de confiture à Brian. Steven, il m’avait semblé t’avoir dit qu’il était au régime. Le matin, il faut lui donner des flocons d’avoine.

Là encore, Betty espérait : Steven se levant, Steven lui disant que si leur fils mangeait trop, c’est qu’il y avait un problème dans leur couple et qu’ils devaient le résoudre. Qu’ils devaient parler pour ne pas laisser envenimer la situation.

Oui, Betty avait encore de l’espoir. Mais elle eut droit à :

- Tu ne me l’avais pas dit. Je suis désolé, je le saurais pour la prochaine fois.

Betty alla prendre sa douche. 

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 24/12/2016 18:05

Ah ces hommes ! Ils n'agissent jamais comme on le rêverait ! Alors qu'on répond toujours au moindre de leurs désirs avant même qu'ils ne l'expriment :-DD

Mr. Peyton 25/12/2016 11:37

Ah oui... vraiment ? hihihi