Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 862 - Une soirée entre filles

L'abus d'alcool est mauvais pour la santé. A consommer avec modération. 

Episode 862 - Une soirée entre filles

Pour sa dernière soirée à Chesnut Street, Paula Dixon avait invité son amie Betty à passer la soirée avec elle.

Betty arriva avec une bouteille d’un des meilleurs vins de la Californie et ensemble elles s’installèrent dans le canapé.

Paula déboucha la bouteille.

- Tu sais Betty, tu n’étais pas obligée de passer la soirée à te morfondre à mes côtés.

- Ma meilleure amie se marie demain. Demain, tu vas déménager à l’autre bout de la ville et je vais me retrouver toute seule dans cette rue.

Paula lui fit un clin d’œil taquin.

- Tu as Lisa.

Betty fit la moue.

- Très drôle.

Paula se mit à rire.

- Moi je vous vois bien toutes les deux prendre le café et parler des derniers ragots de la ville.

- La seule discussion que j’aurais dorénavant avec Lisa concernera le plan de remboursement de mon investissement.

- Comment avance l’enquête ?

Betty poussa un profond soupir.

- Ce McCormick s’est évaporé dans la nature. J’ai la sensation qu’on ne le reverra plus jamais.

Elle but une gorgée de vin et pinça les lèvres.

- Lisa a plutôt intérêt à me rembourser.

Paula regarda son verre et fit tournoyer le nectar par un élégant mouvement du poignet.

- Elle est à la ramasse en ce moment. Elle n’a plus de travail, plus d’argent. Son fils l’héberge gratuitement. C’est peut-être un peu difficile pour elle.

Betty scruta Paula.

- Tu me demande de la plaindre ?

- Non, bien sûr. Mais vas-y mollo quand même avec elle.

Paula remua dans le canapé, puis continua :

- Tu sais, cette histoire de Glamazing, elle y croyait. Lorsqu’elle m’a présentée la marque, elle avait les yeux qui brillaient d’excitation. Pour la première fois, j’avais l’impression qu’elle s’intéressait à autre chose qu’à sa personne.

- Lisa a l’art de tout fiche en l’air. Je ne vais pas la plaindre. Elle aurait dû se renseigner sur la marque au lieu de se lancer à l’aveugle dans cette entreprise.

Paula haussa les sourcils.

- Et c’est toi qui dis ça. Rappelle-moi qui a investi de l’argent de cette entreprise…

Betty fit la moue, puis avala une nouvelle gorgée du vin.

- Ca va, ça va… Si tu as décidé que notre dernière soirée doit être consacré à parler de Lisa, j’aurais mieux fait de rester à la maison.

Betty posa son verre vide sur la petite table et Paula la resservit.

- On peut parler d’autre chose, si tu veux, dit la future mariée.

- De quoi ?

- De qui, plutôt. Steven, par exemple.

Betty attrapa son verre.

- Il n’y a rien à dire. C’est là tout le problème.

- Explique, dit Paula en buvant son verre.

- Eh bien, j’ai l’impression que nous sommes devenus des étrangers l’un pour l’autre. Nos conversations sont plates… quand conversation il y a !

- La question est : est-ce que vous vous aimez encore ?

Betty haussa les épaules.

- Je n’en sais rien.

- Allons, Betty. Si tu as encore des sentiments pour ton mari, tu dois le savoir.

Betty soupira et but la dernière goutte de son deuxième verre de vin.

- Le fait est qu’il y a un fossé qui s’est creusé entre Steven et moi. Et je ne sais pas si ce fossé pourra un jour être comblé.

Paula versa un troisième verre à Betty.

- Toi et Steven vous posez trop de questions.

Betty haussa les épaules.

- Lorsque je lui ai dit que j’allais passer la soirée avec toi, j’ai eu l’impression qu’il était soulagé. Soulagé de ne pas avoir à la passer avec moi.

Paula fronça les sourcils.

- C’est terrible ce que tu dis.

- Steven passe la soirée en tête-à-tête avec Brian. Ça leur fait du bien d’être ensemble.

Betty saisit son verre.

- Bon, allez. Assez parlé de Steven, de Lisa et des autres. Je lève mon verre au plus beau des mariages qui nous attend demain. A toi et à Mike !

 

Deux heures et deux bouteilles de vin plus tard, Betty et Paula n’avaient plus les idées très fraîches. Elles riaient pour un oui, pour un non, et parlaient de tout et rien du tout.

- Il fait chaud, s’exclama Betty. J’ai besoin de prendre l’air.

Elle se leva, imitée immédiatement par Paula et toutes les deux titubèrent vers la sortie.

L’air frais leur fit du bien. Betty et Paula marchèrent d’un pas peu assuré dans Chesnut Street.

- Je dois dire que t’as… fait… un bon travail avec la déco, balbutia Paula.

Puis elle gloussa et ajouta.

- Je crois qu’on a trop bu.

Elles partirent toutes deux d’un grand rire franc.

Elles s’éloignèrent jusqu’au bout de la rue. A cet instant, elles croisèrent Lisa qui venait de la route et rentrait chez elle. En voyant les deux femmes ivres, elle mit ses poings sur ses hanches.

- Eh bien bravo ! Vous avez vu dans l’état où vous êtes ?

Betty se mit à rire.

- On est bien.

- Ce n’est pas ce que je dirais de vous deux en vous voyant. Paula… la veille de ton mariage !

- On fête mon enterrement de vie de jeune fille. Tu te joins à nous ?

Betty secoua son index pour signifier « non ».

- Pas tant qu’elle ne m’aura pas remboursé les 6000 dollars qu’elle me doit.

- Je ne te dois rien, protesta Lisa. Vous feriez mieux d’aller vous coucher toutes les deux.

Betty approcha son visage de celui de Lisa.

- Tu veux que je te dises… Eh bien, tu es… tu es… une vilaine femme. Ouais… une femme pas gentille du tout, du tout, du tout.

Lisa ne put réprimer une grimace tandis que Betty postillonnait à son visage.

- Tu empestes l’alcool !

Lisa avait le sentiment qu’elle ne devait pas laisser les deux femmes seules.

- Allez, venez. Je vous ramène à la maison.

 

Arrivées chez Paula, Lisa s’apprêta à partir lorsque Paula la retint par la manche.

- Allez, tu boiras bien un petit verre.

Lisa hésita un bref instant. Un verre de vin ne lui ferait pas de mal. Et en plus, elle pourrait surveiller Paula et Betty du coin de l’œil.

 

En fait d’un verre, ce fut une nouvelle bouteille qui s’écoula dans le gosier des trois filles. Toutes trois étaient maintenant ivres, affalées sur le canapé et riaient pour un oui pour un non comme des gamines.

Paula versa une nouvelle tournée.

- Je crois que… j’ai… trop bu, s’exclama  Betty.

- Et c’est seulement maintenant que tu t’en aperçois, railla Lisa.

Elle s’enfonça dans le canapé, regarda son verre, et dit soudain.

- Vous savez pourquoi on boit ?

Paula s’esclaffa.

- Parce qu’on a soif ?

Betty et Paula partirent d’un grand rire. Mais curieusement, Lisa ne les suivait pas dans le délire. Elle continuait à regarder son verre et dit soudain :

- Parce qu’on est malheureuses.

D’un coup d’un seul, un silence gênant s’établit. Paula et Betty se regardèrent. Lisa avait-elle vu juste ?

Betty rompit le silence.

- Pourquoi dis-tu ça ?

Lisa haussa les épaules.

- Regarde-nous. Demain Paula se marie. On devrait se réjouir, parler de la fête de demain, et se coucher sobres pour être en forme demain.

Betty haussa les épaules.

- On s’amuse, non ?

Lisa secoua la tête.

- On a plutôt l’air de trois pochardes qui noient leur chagrin dans l’alcool.

De nouveau, silence gêné. Lisa enleva ses chaussures et se massa les pieds, tout en poursuivant :

- On a chacun nos problèmes. Moi je n’ai plus d’argent, plus de travail, on m’a arnaqué et je me retrouve avec cent mallettes de produits de beauté qui ne peuvent plus servir.

- C’est plutôt moi qu’il faut plaindre, décréta Betty. C’est mon argent qui est parti en fumée.

Lisa secoua la tête.

- Ce n’est pas ça qui te rend malheureuse.

Betty ouvrit de grands yeux.

- Et d’après toi, qu’est-ce qui me rend malheureuse ?

- Steven. Ta relation avec lui bat de l’aile. Ton fils est boulimique…

- Brian n’est pas boulimique !, protesta avec véhémence Betty.

- Et en plus tu ne veux pas le reconnaître, ce qui fait un problème supplémentaire. En fait, tu caches tous tes problèmes en faisant croire à tout le monde que ton vrai problème c’est d’avoir été arnaquée par Glamazing.

Paula fit la moue.

- Tu ne devrais pas boire, Lisa. Tu n’es pas marrante quand tu es ivre.

Lisa haussa les épaules.

- Je ne fais que dire la vérité. Si elle n’est pas bonne à entendre, tant pis. En revanche, je n’arrive pas à cerner ton problème, Paula. Tu vas te marier et je ne pense pas que Mike Rossi te rende malheureuse au point de t’enfiler plusieurs verres de vin la veille de ton mariage.

Paula se renfrogna.

- Mike n’est pas un problème. Je l’aime et je suis heureuse de me marier avec lui.

Lisa attendait la suite.

- Mais ?...

Paula hésita. Elle avait la tête enveloppée dans du coton à cause de l’alcool. Puis elle lança :

- Disons que c’est compliqué.

- Compliqué comment ?

- Ces derniers jours m’ont fait rappeler certaines choses. J’ai…

Elle hésita, regarda Betty, puis dit :

- Je t’ai menti, Betty.

Betty, dont le cerveau devait ressembler à un immense bol rempli de vin californien, secoua la tête.

- A propos de quoi ?

- De ma famille. Ma mère est encore en vie. Mais j’ignore où elle se trouve. Elle et moi sommes en mauvais termes depuis que je suis adolescente. Elle ne m’a jamais comprise, ne s’est jamais comportée comme une mère.

- Et maintenant, tu aimerais qu’elle soit à ton mariage ?, demanda Lisa.

Paula haussa les épaules.

- Je n’en sais rien. D’un côté, je me dis que je suis bien sans elle, et de l’autre, j’aurais aimé qu’elle me voit au bras de l’homme que j’aime.

Betty émergea soudain :

- Tu ne m’avais pas dit que ta mère était encore en vie !

Lisa et Paula se regardèrent, puis elles s’esclaffèrent. Betty, embuée par l’alcool, ne comprenait pas ce rire complice.

- Quoi ? Qu’est-ce que j’ai dit de si drôle !

- Betty, je crois qu’il est temps d’arrêter de boire.

Lisa approcha son verre de celui de Paula.

- Je bois à ça !

Toutes trois rirent de nouveau, en entrechoquant leurs verres. 

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 24/12/2016 17:59

Oui, c'est un peu triste cet épisode. Et Lisa a tellement raison !

Mr. Peyton 25/12/2016 11:33

Ce sont des desperate housewives sans mari :-))