Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 858 - Le plan

Episode 858 - Le plan

16971, Chesnut Street

 

- Où est ta conclusion ?

Sceptique, Selena Cross jeta un nouveau coup d’œil à la copie de Colleen, puis la reposa sur la table de la salle à manger, où les deux jeunes filles étaient installées.

Colleen haussa les épaules.

- Je ne sais pas quoi mettre en conclusion.

- Ta thèse et ton antithèse sont plutôt bonnes. La synthèse manque de punch.

Colleen s’étira et bailla.

- Est-ce que tu veux boire quelque chose ?

- Non, merci.

Tandis que Selena parcourait de nouveau la synthèse de la dissertation, Colleen regarda l’heure à sa montre. Elle espérait un timing parfait pour le plan qu’elle avait élaboré.

James devait rentrer dans une dizaine de minutes. Ensuite, elle le laisserait avec Selena et attendrait sa mère devant le porche. Puis elle l’inviterait à prendre un léger repas au Cider Barrell, le temps que James et Selena puissent s’expliquer.

James arriva effectivement à l’heure. Lorsque Selena entendit la porte d’entrée s’ouvrir, elle observa Colleen en fronçant les sourcils.

Ce qu’elle avait craint arrivait alors.

James.

Il s’arrêta net devant l’entrée de la salle à manger. De toute évidence, il était surpris de voir Selena.

- Salut, finit-il par dire.

Selena regarda Colleen d’un air sévère. Celle-ci dissimula tant bien que mal un sourire de triomphe.

James s’avança.

- Je ne savais pas que tu avais de la visite, dit-il à sa sœur.

- Selena est venue m’aider pour ma dissertation.

Selena ne décochait pas un mot. Elle se contentait de regarder Colleen avec un œil sévère.

Soudain, Collen se leva. Elle regarda sa montre.

- Déjà ! Je n’avais pas vu l’heure. Il faut que j’aille voir Maman. On a décidé d’aller manger un morceau au Cider Barrell.

Elle saisit sa veste et son sac à main et ajouta.

- Je ne vous demande pas de vous joindre à nous. Je sais que vous avez beaucoup de choses à vous dire.

Selena se leva.

- Je dois y aller.

- Non, toi tu restes, répliqua Colleen d’un ton autoritaire.

James secoua la tête.

- Colleen, qu’est-ce que tu fais ?

- Je fais pour le mieux. J’en ai plus qu’assez de voir mon frère et ma meilleure amie tirer des têtes pas possibles. Vous êtes malheureux tous les deux. Je vous donne une chance de vous expliquer. Alors profitez-en. Maman et moi revenons dans… (elle regarda sa montre)… deux heures.

Elle ne laissa le temps ni à James, ni à Selena de protester. Car elle se doutait très bien qu’ils allaient le faire. Elle se dirigea vers la sortie. Selena et James, impuissants, regardèrent Colleen s’en aller.

Dehors, Colleen eut une impulsion soudaine. Il fallait qu’elle s’assure que Selena ne parte pas de la maison. Aussi sortit-elle ses clés et ferma-t-elle la porte à clé.

Puis elle descendit les marches du perron et se retrouva bientôt à l’entrée de la petite allée menant à la maison.

 

Chesnut Street

 

Plantée sur le bord du trottoir, Colleen attendait sa mère qui devait arriver d’un instant à l’autre.

Elle débarqua effectivement avec le bus de dix-huit heures. Lisa avait l’air fatigué, des cernes sombres sous les yeux témoignaient des derniers soucis qui pesaient sur elle.

Elle parvint près de l’entrée de l’allée et Colleen lui barra le passage.

- Salut, maman.

Elle prit Lisa par le bras et l’entraîna vers la sortie de la rue.

- Qu’est-ce que tu fais ?

- J’ai décidé de t’inviter à manger un morceau au Cider Barrell.

Lisa protesta :

- Chérie, je suis vraiment fatiguée.

- Tu n’es pas fatigué. Tu as simplement passé une mauvaise journée et j’ai bien l’intention de te divertir ce soir.

- En m’emmenant manger un morceau au restaurant qui m’a virée ?

Colleen se mordit la lèvre inférieure. Elle n’avait pas pensé à ça.

- On peut aller ailleurs, si tu veux.

- Le Cider Barrell est l’endroit le moins cher et c’est tout ce que l’on peut se permettre. J’aimerais juste me rafraîchir un peu avant d’y aller.

- Ce n’est pas la peine. Il vaut mieux y aller tout de suite. Je veux être rentrée à l’heure pour notre série.

Lisa capitula, à la grande joie de Colleen dont le plan fonctionnait à merveille.

Elles parvinrent pratiquement au bout de la rue lorsqu’elles entendirent des cris derrière elles. Surprises, elles se retournèrent pour voir Sutton Hayes courir après elles.

- Que se passe-t-il ?, demanda Lisa.

Sutton était à bout de souffle.

- Je voulais vous voir, Madame Peyton. Il faut qu’on parle.

Lisa haussa les épaules.

- Eh bien, je t’écoute.

- Je veux être remboursée de la mallette que je vous ai achetée.

Lisa pinça les lèvres. Les cent dollars avaient déjà servi à payer la partie du loyer de la maison.

- Sutton, nous sommes toutes les deux victimes dans cette affaire, tu dois le comprendre. Nous allons retrouver ce McCormick et je te prie de croire qu’il va payer pour ce qu’il nous a fait.

- A moi il ne m’a rien fait, répliqua Sutton. C’est vous qui me devez des comptes, pas lui.

Colleen se tourna vers sa mère.

- Maman, elle n’a pas tort tu sais.

Lisa capitula de bonne grâce. Après tout, Sutton s’était fait avoir et elle ne méritait pas de perdre cent dollars.

- Très bien, je vais aller les chercher à la banque. Tu auras tes cent dollars dès demain.

- Cent cinquante, rectifia Sutton.

Lisa agrandit les yeux de surprise.

- Quoi ?

- Les cent dollars, c’est pour le remboursement, et les cinquante autres, c’est pour le préjudice subi.

Lisa posa ses poings sur ses hanches.

- Dis-donc gamine, tu ne manques pas de culot ! Tu auras tes cent dollars, et pas un cent de plus.

Sutton secoua la tête et décida de bluffer.

- Désolée, madame Peyton. Mais un avocat m’a dit que j’avais tout à fait le droit de porter plainte contre vous pour m’avoir vendu des produits nocifs.

Colleen intervint.

- On ne sait même pas si ces produits sont vraiment nocifs.

- On parie ?

- Sale garce, pesta Colleen.

- Je veux cent cinquante dollars ou bien je demande à ma sœur de porter plainte pour préjudice.

Sutton défia du regard Lisa, qui ne voyait pas comment payer à Sutton cent cinquante dollars qu’elle n’avait pas.

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 29/11/2016 09:24

Oh, Sutton :-( Pourquoi tout gâcher comme ça ?

Mr. Peyton 03/12/2016 20:33

Pour un mot, un seul : l'argent ! :-)