Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 854 - Le repentir

Episode 854 - Le repentir

16980, Chesnut Street - Chez les Hayes

 

- SUTTON !!!

Depuis sa chambre, Sutton fit la grimace. Entendre si distinctement la voix d’Ellen criant depuis la cuisine n’était pas bon augure. Elle venait sans doute de découvrir le contenu de la boite à farine, ou plutôt ce que la boîte à farine ne contenait plus.

Avec des jambes de plomb, elle quitta la chambre et descendit les escaliers avant d’entendre à nouveau crier son nom, encore plus distinctement cette fois.

- Voilà, j’arrive… !

Dans la cuisine, Harry était assis à table, occupé à manger son goûter. Debout devant l’évier, Ellen montra la boite en fer à Sutton.

- Est-ce que tu peux m’expliquer ?

Sutton haussa les épaules.

- Il n’y a plus de farine ?

Ellen semblait vraiment en colère.

- Ne fais pas l’innocente. Il manque cent dollars dans la boite.

Nouveau haussement d’épaules de Sutton.

- Tu as peut-être mal compté.

- Ne te fous pas de moi, Sutton ! Je ne suis pas d’humeur !

- Pourquoi est-ce que c’est toujours moi qu’on accuse quand il manque de l’argent ?

- Parce que je te connais.

A cet instant, Scott entra dans la cuisine, l’air maussade. Il revenait du Cider Barrell où il s’était fait rembarrer par Selena.

Excellent pour faire diversion. Sutton pointa du doigt Scott.

- Pourquoi tu ne l’accuses pas lui, hein ?

Scott regarda tour à tour Ellen et Sutton.

- Qu’est-ce qu’il se passe ici ?

Sutton prit la parole avant qu’Ellen ne le fasse.

- Il manque cent dollars dans la boite et bien sûr, c’est moi qu’on accuse !

Scott secoua la tête.

- Cent dollars ! Là ma vieille, t’es mal barrée.

- Je n’ai pas volé cet argent, supplia Sutton.

Ellen soupira.

- Etant donné qu’Harry est trop petit pour atteindre la boite, j’en conclue que c’est un de vous qui pris cet argent. Je veux savoir immédiatement qui.

- Ce n’est pas moi, plaidèrent en cœur Sutton et Scott.

- Ces cent dollars devaient servir à aller faire les courses vendredi. Je vous préviens, aucun de vous ne partira de cette pièce tant que le coupable ne s’est pas dénoncé.

Sutton se mit à rire.

- Tu comptes nous retenir prisonniers ?

- Je suis flic, ne l’oublie pas.

- Et alors ?... Sutton provoquait sa sœur.

Ellen sortit une paire de menottes et s’approcha de Sutton. Elle saisit le poignet de sa jeune sœur et l’enferma dans une menotte. Elle attacha l’autre partie des menottes sur le tuyau d’arrivée d’eau de l’évier, de façon à ce que Sutton ne puisse plus bouger.

Sutton n’en revenait pas.

- Tu plaisantes, là ! Ellen, enlève-moi ça immédiatement !

Scott ne put s’empêcher de partir d’un grand fou rire en voyant sa sœur menottée. Mais sa bonne humeur fut de courte durée lorsqu’Ellen brandit une autre paire de menottes et le menotta à la table de la cuisine.

- Non, je ne plaisante pas, répondit Ellen. Je ne plaisante pas quand cent dollars qui devaient servir à nourrir la famille se sont envolés. C’est grave, bordel ! Je me tue à essayer de faire vivre cette famille. Et voilà ce que j’ai comme remerciement ! Vous vous comportez comme des gamins gâtés pourris. Vous croyez que c’est facile de gérer une famille comme la nôtre ! J’en ai assez ! Plus qu’assez de me battre contre des moulins à vent !

Ellen s’effondra. La situation qui était comique au départ, vira au dramatique. Ellen s’assit par terre et pleura de tout son saoul. Harry, bouleversé, vint vers elle et la serra très fort.

Scott ne pouvait dire un mot. Il baissa la tête.

Sutton, de son côté, commençait à culpabiliser.

Après un moment d’hésitation, elle dit :

- C’est « un peu » moi qui ai pris l’argent.

Ellen relève la tête.

- Comment ça… « un peu » ?

- Ce n’est pas du vol, je comptais rembourser cet argent.

Ellen se leva et se dirigea vers sa sœur.

- Ah oui ? Et comment ?

- Ce weekend, j’ai trois babysittings de prévu.

Ellen explosa :

- Mais bon sang Sutton ! Qu’est-ce qui t’es passé par la tête !

- Si tu me détaches, je pourrais t’expliquer.

 

Ellen était maintenant assise sur le lit de Sutton. A côté trainait la valisette miracle « Glamazing ». La sœur de Sutton était abattue.

Sutton, de son côté, tentait de faire l’éloge de la mallette.

- Ce sont des produits géniaux Ellen. Je pourrais t’en prêter si tu veux. Je trouve que des fois, tu le laisses un peu aller…

Ellen lança un regard incendiaire à Sutton. Si bien que cette dernière crut utile de ne rien rajouter.

- Je ne sais pas ce que je vais bien pouvoir faire de toi, Sutton. Tu as quinze ans, et tu agis comme une enfant qui n’en a que cinq.

Sutton sentit son cœur se serrer. Elle venait de prendre conscience des responsabilités qu’avait sa sœur au sein de la famille depuis que Marisa avait fait ses valises.

Elle s’approcha et s’assit à côté d’Ellen.

- Je suis désolée. Je… c’était stupide de ma part d’acheter cette mallette, mais la mère de Colleen est très convaincante.

Ellen ne répondit rien. Elle était comme en état de choc.

- Ça va ?, lui demanda Sutton.

- Non, ça ne va pas. Sutton, je ne sais pas si je vais pouvoir continuer.

Sutton sentit son cœur se serrer encore plus fort qu’avant.

- Continuer… quoi ?

Mais elle savait de quoi parlait sa sœur.

- C’est trop dur, je n’y arriverais jamais.

Sutton prit les mains d’Ellen.

- Pardonne-moi Ellen. Je vais aller rendre la mallette à Lisa Peyton. Je… je te promets que je serais une meilleure sœur. Je veillerais sur Harry et… mais ne baisse pas les bras. Si tu abandonnes, on… on va être séparés. Je ne le supporterais pas. Et toi non plus.

Ellen leva doucement les yeux vers sa sœur. Sutton put y voir un visage fatigué, vieillit.

Mais pas seulement.

Le visage changea d’aspect. Il devint interrogateur. Ellen haussa les sourcils, puis les fronça, puis ouvrit la bouche dans un geste de surprise.

- Qu’est-ce… ?

- Quoi ?, demande Sutton soudain inquiète en se grattant le menton qui commençait sérieusement à la démanger.

Sur le menton de la jeune fille, une grosse plaque rouge venait d’apparaitre.

 

16967, Chesnut Street – Chez Paula

Paula Dixon prit une douche et alla rapidement mettre une robe légère. Il faisait chaud et l’été ne venait que de commencer.

Dans la chambre, elle passa devant la mallette Glamazing et secoua la tête. Elle s’était faite avoir avec ces produits de beauté. En particulier avec la crème censée faire dormir. Elle n’y avait jamais vraiment crue, mais une petite partie d’elle-même avait secrètement pensé qu’il y avait une part de vérité dans les dires de Lisa.

Elle avait rendez-vous avec Mike pour dîner en tête-à-tête à la maison de la plage et elle s’en réjouissait d’avance.

Plantée au milieu de sa chambre, elle regarda autour d’elle. Cette maison allait lui manquer. Mike et elle avaient décidé de vivre à la maison de la plage après le mariage. Betty aussi allait lui manquer.

Elle jeta un dernier regard sur le miroir à pieds afin de voir si la robe blanche lui allait bien.

Et c’est alors qu’elle vit la plaque rouge sur la joue gauche. Et une autre qui commençait à rougir sur le front. 

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 09/11/2016 09:26

On ne va pas dire qu'on s'y attendait un peu... mais quand même :-D

Mr. Peyton 09/11/2016 22:00

Oui, c'est clair que ce n'était pas la plus grosse surprise de ce jour, si tu vois ce que je veux dire... :-))