Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 835 - Un lendemain comme on ne les aime pas

Episode 835 - Un lendemain comme on ne les aime pas

 

Du noir complet émergea une brume épaisse. Puis la brume se dissipa peu à peu. Il commença alors à bouger un doigt, puis la main.

Doucement, ses paupières se levèrent. Le mouvement lui procura une sensation étrange au niveau du crâne. Il avait mal à la tête.

Où était-il ? Il savait qu’il était allongé sur quelque chose de dur et froid. Du carrelage… La tête contre le sol, il put apercevoir le petit meuble familier près de la porte. Il était dans le vestibule.

Il fit un effort pour relever la tête. Quelque chose clochait. Le carrelage du vestibule était en forme de damier noir et blanc. Le sol n’était pas verdâtre.

Et pourtant…

Ce fut l’étape la plus difficile. Pire que son mal de crâne, pire que la douleur qui lui vrillait le bras.

L’odeur. Une odeur nauséabonde. Puis la sensation d’une matière gluante posée en sandwich entre sa joue et le carrelage.

Enfin, il eut une nausée lorsqu’il comprit que la matière et l’odeur étaient associées : il était tombé inconscient dans son vomi !

Combien de temps Jack Peyton était-il resté allongé sur le sol, comme un vieil ivrogne qu’il commence à devenir ?

Doucement, très doucement, il se leva en prenant appui sur sa seule jambe valide. Sa hanche le faisait souffrir, comme à l’époque où il avait perdu sa jambe dans l’explosion du Peyton Professional.

Une explosion. Justement, une était en train de se produire à l’intérieur de son crâne. Il avait une sacrée gueule de bois.

Une fois debout, il clopina jusqu’au salon. Il avait envie de nettoyer son visage de la souillure de son estomac, mais il n’en avait pas le courage.

Il saisit sur la table une serviette et s’essuya. Puis il alla s’effondrer sur le canapé, près de la cheminée.

Cette fois, il avait sacrément déconné. Gravement déconné. Il était tombé dans un coma éthylique et il ne donnait pas cher de sa peau s’il continuait ainsi à détruire son corps avec l’alcool.

Au moins, l’odeur de vomi ne lui donna pas envie de prendre un verre, c’était déjà ça.

Il regarda autour de lui, tout en prenant soin de ne pas bouger la tête de façon trop brusque.

« Te voilà tout seul mon vieux, marmonna-t-il pour lui-même. Il y a encore quelques semaines, tu avais un avenir radieux avec la femme de tes rêves. Et maintenant, tu te retrouves seul dans cette maison sans âme. »

Pouvait-on tomber plus bas ?

Il avait tout perdu. Il avait mis Lisa et Colleen à la porte et il était maintenant seul au monde. C’était bien ce qu’il avait cherché ! Etait-ce qu’il avait voulu ?

Il tenta de se souvenir de ce qui s’était passé avant qu’il ne sombre dans l’inconscient. Il eut beaucoup de mal à faire marcher sa mémoire.

Il savait qu’il avait beaucoup bu, mais pas besoin de s’en souvenir pour le savoir !

Une image lui revint : Betty et le médecin psychiatre de l’hôpital. Il se souvint les avoir pratiquement mis à la porte. Betty ! Pour qui se prenait-elle à la fin ! Le harceler à propos de ce qui s’est passé avec Amos…

Amos…

Jack fronça les sourcils. Il y avait quelque chose avec Amos…

Puis sa mémoire se mit en mode « on ». Un jeune homme était venu à la porte. Il devait avoir dans les vingt-cinq ans à tout casser. Il avait dit s’appeler… comment déjà ?... Manuel. Oui c’est ça… Manuel Amos.

Cette ordure d’Amos avait donc un fils qui voulait savoir comment était mort son père !

Jack se souvint lui avoir fermé la porte au nez.

Avait-il rêvé cette rencontre ? C’était probable. En tout cas, il l’espérait. Il n’avait pas envie de composer avec un autre Amos. Il avait déjà assez d’ennuis comme ça.

Il entendit la porte d’entrée s’ouvrir et Colleen lancer un « Beeuuurkkk » éloquent avant de venir au salon en se pinçant le nez avec deux doigts.

COLLEEN : On peut savoir ce qui s’est passé ici ?

Jack n’était pas d’humeur.

JACK : On peut savoir ce que tu fais ici ? Tu viens prendre des affaires ?

COLLEEN : Pour info, je reste ici encore un peu. Le temps que Maman trouve un appartement.

JACK : James ?...

COLLEEN : Il nous a fait comprendre qu’on était de trop. Et je le comprends tout à fait. Il a sa vie à faire, il n’a pas besoin d’une mère et d’une sœur envahissantes dans sa maison.

JACK : Ca ressemble bien à James… Egoïste et solitaire.

COLLEEN (d’un air de défi) : Le portrait craché de son père.

Jack ne releva pas.

JACK : Où étais-tu cette nuit ?

COLLEEN : J’ai dormi chez Charlene Donovan, une fille de ma classe. J’ai aussi mangé chez elle hier soir et pris mon petit déjeuner. Vu qu’ici, depuis que Mary n’est plus là, il n’y a pas grand-chose d’autre à se mettre dans l’estomac que du whisky pur.

JACK : Et ta mère ?

COLLEEN : Elle m’a dit qu’elle allait dormir chez une amie, le temps de trouver un appartement. Elle n’a pas osé dire à James que tu l’as mise à la porte.

Elle avança vers Jack.

COLLEEN : Bon, écoute, est-ce que tu vas boire encore toute la journée ou bien est-ce que tu vas enfin te bouger ? Parce que je commence vraiment à en avoir marre de ta mauvaise humeur, de ta déprime et de tout ce qui va avec.

Jack comprit que par « tout ce qui va avec », elle désignait le vomi qui était encore étalé sur le carrelage. Jack imita un sourire.

JACK : Je crois que je vais arrêter mes conneries, maintenant.

COLLEEN (elle leva les mains au ciel) : Alléluia ! Et maman, elle peut revenir ?

JACK : Ne m’en demande pas autant. En revanche, tu peux rester autant que tu veux.

A nouveau la porte s’ouvrit et Colleen et Jack entendirent un cri strident qui les fit sourire.

Mary entra dans le salon, avec une valise à la main. Elle était rouge de colère et toisa Jack d’en regard qui en disait long.

MARY : Si vous pensez un seul instant que je vais nettoyer votre… vos… enfin ce qu’il y a sur le carrelage, vous vous mettez un doigt dans l’œil !!

Colleen éclata de rire. Jack avait bien trop mal à la tête pour la suivre, mais il sourit à Mary.

JACK : Bonjour, Mary. Moi aussi je suis heureux de vous revoir. 

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 02/09/2016 19:27

Merciiiiii :-) Quel beau cadeau pour mon non-anniversaire :-D. Le meilleur épisode de cette saison (jusqu'à présent).

Mr. Peyton 03/09/2016 14:33

Betty, je crois surtout que Marie A se réjouit du retour de Mary, son personnage préféré :-)

Bon week-end !

Betty 03/09/2016 10:08

Bah, voir l'état de délabrement de Jack... Il y a quand même mieux... hihihi
Bon week-end

Mr. Peyton 02/09/2016 22:41

Je savais bien qu'il te plairait, cet épisode :-)

Betty 02/09/2016 11:24

Eh bien que dire ?!! Il est resté plus longtemps inerte qu'il ne le pense... Que va-t-il faire maintenant ?

Betty 03/09/2016 16:44

Mais oui !! Bien sûr !!!

Mr. Peyton 02/09/2016 18:32

A mon avis, il a deux possibilités : soit il reprend sa vie en main et arrête de boire, soit il continue à couler... A lui de choisir, maintenant ;-)