Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 823. La décision de Rachel

Episode 823. La décision de Rachel

 

Ce dimanche matin, Lisa Peyton croisa Colleen dans le vestibule du domaine. Cette dernière revêtait un énorme anorak couleur orange. Elle sourit à sa mère en la voyant descendre les escaliers.

- Bonjour, Maman.

- Où est-ce que tu vas de si bon matin ?, demanda Lisa en fronçant les sourcils.

- J’ai mon cours d’équitation. Et il n’est pas si tôt que ça, Maman. Il est presque dix heures.

- Tu as mangé quelque chose au moins ?

- Oui, ne t’inquiète pas.

Nellie Cross arriva par la porte de la cuisine.

- Bonjour Nellie, lui lança joyeusement Colleen.

- Ma fille est revenue à pas d’heure hier soir. Qu’est-ce que vous avez fait toutes les deux ?

Colleen leva les mains comme pour dire qu’elle était innocente.

- Elle n’était pas avec moi. Je plaide non coupable.

Nellie grogna.

- Je me demande bien où elle est allée.

- Elle a bien le droit de s’amuser le samedi soir, non ?

- Elle a du travail aujourd’hui. Elle doit s’occuper de son frère pendant que je trime pour vous. Comment vous voulez qu’elle fasse bien son travail si elle rentre la veille à pas d’heure, hein ?

Colleen se pencha vers Nellie et lui fit un clin d’œil.

- Elle a peut-être un amoureux…

- Manquerait plus que ça, tiens ! Les garçons sont tous des bons à rien.

Lisa sourit en voyant sa fille d’excellente humeur. Colleen s’en alla. Avant de se rendre dans la salle à manger, Lisa se tourna vers Nellie avec un air interrogateur.

- Nellie, comment se fait-il que vous travailliez un dimanche ?

- Ben tiens, pardi ! Ça paye plus de nettoyer vos cochonneries un dimanche qu’un jour de semaine. Voilà pourquoi je travaille le dimanche.

Lisa haussa les épaules, maugréant qu’elle n’aurait jamais dû poser la question.

Dans la salle à manger, une surprise de taille l’attendait.

Un homme, maigre et l’épaule en écharpe, était attablé. Il avait plutôt bel allure, bien qu’il nageait dans ses vêtements. Sans doute s’agissait-il des habits de Jack.

Les deux hommes étaient assis l’un en face de l’autre et personne ne parlait. Lisa pouvait sentir la tension dans la pièce.

- Bonjour, finit-elle par dire.

L’homme lui fit un signe de tête.

- Madame.

Surprise par la présence de cet inconnu dans la pièce, Lisa ne dit rien et alla se servir un café que, par miracle, Mary avait tenu au chaud. Rachel n’étant pas encore levée, Lisa supposait que c’était grâce à elle que le dragon qui leur servait de servante avait tenu le breuvage sur une plaque chaude.

Elle alla s’asseoir. A table, on pouvait entendre les mouches voler tant le silence était pesant.

Soudain, Lisa ne tint plus. Elle leva la tête vers l’homme et dit :

- Excusez-moi, mais… qui êtes-vous ?

L’homme lui sourit.

- Je m’appelle Clive Hopkins. Je suis un ami de Rachel.

Lisa ne put réprimer un sourire.

- Voyez-vous cela ! J’ai beaucoup entendu parler de vous, Mr Hopkins.

- Appelez-moi Clive.

- Je suis Lisa Peyton, la belle-sœur de Jack.

La tête que faisait Jack amusait Lisa. Elle décida d’enfoncer le couteau dans la plaie.

- C’est formidable Jack, tu as enfin trouvé Clive ! Rachel doit être folle de joie.

Jack se tourna lentement vers Lisa.

- Lisa, ferme-là !

Mais Lisa ne la ferma pas. Trop amusée par la situation, elle parla avec Clive de Rachel. Jack avait les bras croisés et regardait le fond de son assiette vide. Il ne releva la tête que lorsque Clive repartit dans sa chambre et Lisa Dieu sait où.

 

***

 

Il n’était pas dans les habitudes de Jack Peyton de se servir un whisky à dix heures du matin.

Mais ce matin, il en avait besoin.

Il n’avait pas dormi de la nuit, se tournant et se retournant dans son lit. Il ne pouvait ôter de son esprit le visage incrédule de Rachel lorsqu’il lui avait avoué la vérité à propos de Clive.

Hier soir, dans la voiture qui les avait ramenés au domaine, ils étaient restés silencieux. Rachel était en état de choc et essayait d’accepter ce que venait de lui dire Jack. Et Jack, de son côté, n’avait nullement l’envie de parler. Il avait tout expliqué à Rachel au restaurant. Il ne pouvait plus rien ajouter.

Une fois rentrés au manoir, ils ne se saluèrent pas. Rachel partit immédiatement s’enfermer dans sa chambre et Jack alla se servir un whisky.

La nuit était passée. La nuit porte conseil, c’est ce que l’on dit. Quels conseils a-t-elle apportée à Rachel ?

Il n’allait pas tarder à le savoir. Rachel n’allait pas se terrer dans sa chambre éternellement. Et il avait bien l’intention de l’attendre ici. 

Elle entra dans la pièce à dix heures quarante-cinq.

Elle n’avait pas l’air en colère, mais au contraire, son visage semblait apaisé. C’était plutôt de bon augure.

Elle s’approcha de lui doucement, en tortillant ses doigts.

- Est-ce que ça va ?, lui demanda Jack.

- J’ai passé une très mauvaise nuit.

- Moi aussi.

- J’ai beaucoup réfléchi à ce qui s’est passé hier soir.

- Je m’en doutais un peu. Quel est ton verdict ?

- J’ai d’abord cru que je ne pourrais jamais te pardonner. Parce que ce que tu as fait est impardonnable.

Jack haussa les sourcils.

- Y a-t-il un « mais » ?

- Mais j’ai pris conscience que ça a dû être très difficile pour toi de tout me dire hier. Une fois passé le choc, je me suis dit que je ne t’avais sans doute jamais vu aussi sincère. Et il y avait quelque chose de touchant chez toi.

- Ca veut dire que tu me pardonnes ?

Rachel fait oui de la tête.

- Je te pardonne, Jack. Mais je m’en vais.

Rachel avait soufflé le chaud et le froid en un temps record. Jack eut l’impression de recevoir un coup de pied en pleine poitrine. Il s’était pourtant attendu à ça, mais l’entendre dire lui fit prendre conscience que tout cela était devenu bien réel.

Il baissa la tête.

- Je t’aime, dit-il dans un souffle.

- Je sais, Jack. Et je te dois des excuses.

- Pourquoi ?

- Pour ne pas avoir été honnête envers toi. Je n’ai même pas été honnête envers moi-même.

- Je ne comprends pas.

- Lorsque je t’ai demandé de retrouver Clive, c’était pour m’assurer qu’il était en vie. Je le croyais vraiment à l’époque. Mais j’ai réalisé que ce n’était qu’un prétexte et qu’on fond de moi, je voulais le retrouver parce que je l’aime.

Deuxième coup de pied dans la poitrine. Rachel n’était pas loin de l’achever.

- Alors, c’est avec lui que tu pars ?

Deux grosses larmes coulèrent sur les joues de Rachel. Encore une fois, elle acquiesça d’un mouvement de tête.

- Je voudrais que tu saches que je ne pars pas avec Clive à cause de ce qui s’est passé hier soir. Si nous n’avions pas eu cette conversation, ma décision aurait été la même. Il se trouve que Clive et moi sommes passés par des moments vraiment terribles. Je l’ai beaucoup déçu à une époque. Mais il a toujours été là pour moi.

- Comme moi. J’ai toujours été là pour toi, Rachel.

- Jack, je t’aime beaucoup. Mais Clive est mon âme sœur. Je le sais depuis le jour où je l’ai rencontré à Boston.

- J’aurais pu te rendre heureuse, Rachel.

- Je sais que tu le croies. Mais je ne l’aurais pas été. Ici, j’ai toujours eu l’impression d’étouffer. Le travail au dispensaire était une véritable délivrance pour moi. C’était là-bas que je me sentais le mieux. Je me sentais libre.

- Tu n’avais pas l’impression d’être libre avec moi ?

- Quand je suis avec toi, je me sens bien. Mais lorsque tu n’es pas là, je suis oppressée. Je vis dans une maison qui ne me ressemble pas. Est-ce que tu comprends ?

Jack ne répondit pas à la question.

- Vous partez quand ?

- Mes bagages m’attendent dans le couloir.

Jack regarda par la fenêtre et vit que Clive était déjà devant la grille de l’entrée à attendre Rachel.

- Tu ferais mieux d’y aller avant qu’il ne prenne froid.

- Jack, je…

- Non, inutile d’en dire davantage. Tu as fait ton choix et je l’accepte.

Doucement, Rachel posa un baiser sur la joue de Jack. Il savait que ce contact, il le garderait encore longtemps en mémoire. A tout jamais sans doute.

Rachel sortit de la pièce. Jack se posta devant la fenêtre. La femme qu’il aimait traversa l’allée menant à la grille d’entrée. Elle disparaissait peu à peu dans les brumes de cette sombre matinée.

Clive lui prit la main. Rachel se retourna une dernière fois. Leur regard se croisa pour un ultime adieu. 

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 07/06/2016 22:36

C'est vraiment trop injuste ;_; Ah les femmes, elles ne savent jamais ce qui est bien pour elles !

Mr. Peyton 10/06/2016 14:45

Sans doute regrettera-t-elle sa décision ??

Betty 01/06/2016 20:52

Eh bien, je ne m'attendais pas à ça... Pauvre Jack !!!

Mr. Peyton 02/06/2016 06:45

Espérons qu'il se remettra vite de ce chagrin d'amour...