Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 820. Et vous appelez ça une fête !

Après le troisième verre de bloody mary, Betty se sentit plus légère. Une sensation qu’elle n’avait plus connue depuis très longtemps. C’était comme si ses problèmes avec Steven étaient loin et ne la concernait plus.

Elle écoutait Paula lui raconter son premier rencard, un garçon boutonneux qui l’avait invitée au bal de promo. Betty riait de l’histoire de son amie et des mimiques qu’elle faisait pour l’accompagner.

Toutes deux riaient comme des adolescentes qui se racontent leurs secrets les plus intimes.

- Et toi ?, demanda Paula. Parle-moi de ton premier amour.

Betty s’arrêta de rire et tourna son verre dans sa main.

- C’était Rodney. Ça a été le premier grand amour de ma vie. Il était différent des autres garçons. Toujours sûr de lui. Un vrai casse-cou aussi. Il respirait la joie de vivre. Je le comparais souvent à James Dean.

Paula fronça les sourcils.

- Si ça te rappelle de mauvais souvenirs, on zappe.

Mais Betty était maintenant plongée dans ses souvenirs.

- Tout se passait bien entre nous. Jusqu’au jour de l’arrivée de Mike Rossi en ville. Ce jour-là, nous avions été le chercher à la gare. Rodney est passé alors à la Fabrique Peyton pour dire à son père que la mission était accomplie et que Mike était bien arrivé. Au moment où il est entré dans le bureau de Leslie Harrington, il l’a vu en train d’embrasser sa secrétaire. Dès lors, il a voulu rompre avec moi.

- Excuse-moi, mais je ne vois pas le rapport.

- Sa secrétaire était ma mère.

Paula hocha la tête.

- D’accord. Je vois le rapport.

Elles se mettent à rire. Puis Paula fit signe au barman de lui remettre une autre tournée.

- Tu es sûre que c’est raisonnable ?, lui demanda Betty.

- Non, justement. Je n’ai pas envie de faire dans la raisonnable ce soir, Betty. Tu ne l’as pas encore compris ?

Betty se leva et les trois verres d’alcool ingérés se rappelèrent à elle. Elle vacilla et fit un effort pour ne pas s’asseoir de nouveau. La tête lui tournait.

- Où vas-tu ?

- A ton avis ? Après trois verres de bloody mary, où peut-on aller ?

Paula lui fit un clin d’œil complice.

Betty tituba jusqu’aux toilettes. Elle vit alors, non loin de l’entrée, une cabine téléphonique murale.

L’envie d’appeler chez elle la tiraillait depuis un bon bout de temps. Elle se dirigea vers l’appareil, en se disant qu’une fois qu’elle aura eu Sutton au bout du fil, elle sera rassurée et pourra passer le reste de la soirée à s’amuser avec Paula.

 

Sutton, elle, ne s’amusait pas. Mais alors pas du tout !

Jeremy et Angie régnaient en maîtres dans la maison des Cord. Assis sur le canapé, ils se trouvaient au milieu d’un groupe de garçons et de filles qui s’enfilaient bières sur bières.

Ils étaient bruyants et surtout peu respectueux des lieux. Les cadavres de cannettes vides jonchaient la petite table, laissant des traces qu’il faudra enlever avant le retour de Betty.

Une fille assise sur le bras du canapé perdit son équilibre et tomba en s’esclaffant, sous les rires de ses camarades. Elle avait une canette de bière à la main qu’elle laissa tomber dans sa chute. Le liquide s’échappa de sa prison et se répandit sur la moquette.

Sutton se précipita pour prendre la cannette, mais le mal était fait. Comment allait-elle enlever la tâche ?

Comment allait-elle faire comprendre à tout ce beau monde qu’il fallait partir, que la fête était finie et qu’elle n’aurait jamais dû commencer ?

- Hey, super ta fête, Sutton.

Jeremy leva un pouce et lui sourit. Ce sourire si charmeur, ce soir elle le trouvait niais. D’ailleurs ce type transpirait la niaiserie par tous les pores de sa peau ! Comment ne s’en était-elle pas aperçue auparavant ?

Elle lui offrit un sourire qui ressemblait plus à une grimace.

- Jeremy, je crois qu’il est temps que vous partiez.

- Tu plaisantes, hurla la voix suraiguë de sa pimbêche d’Angie. On vient à peine d’arriver.

- C’est que Mme Cord ne devrait pas tarder à revenir et…

- Sutton !, brailla Angie. On ne va pas partir maintenant. Si tu ne voulais pas nous inviter, il ne fallait pas le faire !

Sutton aurait donné cher à cet instant pour mettre son poing dans la jolie figure de la capitaine des Cheerleaders. Elle s’en abstint. Ça ne se fait pas de frapper la plus populaire des filles. Son avenir au lycée aurait été fortement compromis.

Sutton aperçut Selena dans un coin de la pièce. Debout les bras croisés, elle observait Sutton se démener avec les imposteurs. Sutton crut apercevoir un sourire narquois sur le visage de Selena.

Elle se précipita vers elle.

- Cross, il faut que tu m’aides.

Selena haussa les sourcils.

- Pourquoi faire ? Tu te débrouilles très bien, je trouve.

Le ton de Selena était empreint d’ironie, ce qui fit monter davantage la tension de Sutton.

- Ils vont saccager toute la maison ! Aide-moi à les faire déguerpir.

- Il est encore tôt. Moi je m’amuse bien.

- Ça t’amuse de me voir dans la mouise, n’est-ce pas ?

- Au fait, dit soudain Selena. Regarde bien autour de toi. Il n’y a pas quelque chose qui te paraît bizarre ?

- Tout me paraît bizarre !

- Les deux lèvres collées ne sont plus dans la pièce. Il me semble les avoir vus monter à l’étage.

Cette fois, Sutton était vraiment en colère.

- Et c’est seulement maintenant que tu me le dis !

Elle serra les poings et monta à l’étage.

En même temps que son cœur, ses pieds s’arrêtèrent en haut des marches. Brian était dans le couloir, en pyjama. Il observait avec attention ce qui se passait dans la chambre de ses parents, dont la porte était entrouverte.

Craignant le pire, Sutton se précipita vers Brian et le saisit par le bras.

- Retourne dans ta chambre !

Brian s’exécuta, tandis que Sutton se tournait vers la porte de la chambre de Betty.

Et ce qu’elle vit ne lui plut pas.

Lèvres collées étaient enlacées dans le lit. Le couple s’embrassait et se caressait. Heureusement, ils n’en étaient qu’aux préliminaires. Ils en resteraient là d’ailleurs.

Sutton empoigna le couple et les força à se lever.

- Non, mais vous vous croyez où !! Déguerpissez d’ici. Vous êtes malades, vous deux !

Le couple haussa les épaules et retournèrent en bas.

Sutton s’apprêta à aller dans la chambre de Brian pour se délester de quatre barres de chocolats supplémentaires lorsque le téléphone retentit.

Heureusement, il y avait un appareil dans la chambre de Betty. Sutton ferma soigneusement la porte de la pièce afin de s’assurer que la personne au bout du fil ne puisse entendre le boucan d’en bas.

- Maison de Mr et Mme Cord. Sutton à l’appareil.

C’était Betty.

- Oh, Mme Cord, vous vous amusez bien ?

Sutton se mordit les lèvres. Sa voix trahissait l’anxiété. Betty s’en rendit compte.

- Sutton, est-ce que ça va ?

Elle devait maîtriser sa voix. Elle prit une profonde inspiration.

- Ouiiii. Oui tout va bien, Mme Cord. Brian est au lit. Tout se passe pour le mieux.

- Je… la soirée risque de s’éterniser. Paula et moi n’avons pas encore dîné.

Quel soulagement !

- Ne vous inquiétez pas. Prenez tout votre temps. Ici tout va bien.

- Tu es sûre ?

Oh oui qu’elle était sûre !

- Oui, je peux dormir sur le canapé en attendant votre retour. Vous avez le droit de vous amuser, profitez-en bien.

- En cas de problème, je suis au Pelicaan à White River. Tu trouveras le numéro dans l’annuaire si tu en as besoin.

- C’est noté. Bonne soirée.

Sutton raccrocha en poussant un profond soupir. Elle avait le temps de faire déguerpir tout le monde et de ranger la maison avant le retour de Betty. Du moins l’espérait-elle.

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 24/05/2016 09:35

Ouais jeune fille c'est le moment de te retrousser les manches et de montrer que tu n'es pas aussi immature que tout le monde le croit. Allez courage, tu vas gérer on te fait confiance.

Mr. Peyton 27/05/2016 18:23

Ah la la... Sutton ? Gérer ? Euh....