Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 819. Un mensonge sur la conscience

Episode 819. Un mensonge sur la conscience

 

Jack pénétra dans la grande salle du Colonial avec un pincement au cœur.

Durant le trajet les menant de la demeure des Peyton au restaurant, il n’avait pas dit à un mot. Rachel, de son côté, lui avait parlé de ses retrouvailles avec Clive.

Jack n’avait pas écouté. Il n’arrêtait pas de penser à ce que Clive lui avait dit à propos de Rachel.

« Elle n’appartient qu’à elle, Jack. Laissez-là décider avec qui elle veut être. J’aurais pu lui dire que vous saviez que j’étais à Peyton Place et que vous être venu me voir jusque Grave Street en me proposant de l’argent pour quitter la ville et la vie de Rachel. Mais je n’ai rien dit. Vous voulez savoir pourquoi ? Parce que je ne suis pas comme vous, Jack. »

Ces paroles prononcées par Clive quelques heures auparavant ne cessaient de tourmenter l’esprit de Jack.

Clive avait raison. Rachel n’est pas un objet qu’il possède. Comment n’avait-il pas pu s’en rendre compte avant ?

S’il avait dit à Rachel qu’il avait retrouvé Clive, tout serait différent. Il n’aurait pas un mensonge aussi énorme sur la conscience.

Rachel ouvrit de grands yeux lorsqu’elle vit la salle totalement vide. Une table était dressée au centre de la pièce. Au fond, un orchestre jouait un air romantique.

- Jack, qu’est-ce que…

- Je voulais qu’on passe une soirée tranquille. J’ai donc commandé toute la salle.

- Un privilège que l’on ne réserve qu’au maire de la ville, je suppose.

Lorsqu’ils prirent place à la table, Jack avait pris une décision. Et il se sentit soudain plus léger. Restait à savoir comment l’annoncer à Rachel.

Autant profiter du dîner avant.

Il se passa d’une manière très agréable. L’orchestre était suffisamment discret pour qu’ils puissent parler sans hausser la voix. Rachel était visiblement enchantée par l’effort que Jack avait fait. Le menu, de plus, était excellent.

Puis arriva le moment qui devait être un moment tant attendu, mais qui est devenu un moment tant redouté.

Le maître d’hôtel apporta les coupes de champagne.

Rachel, avec un sourire, brandit son verre et but une gorgée.

- Il est excellent, dit-elle.

- C’est le meilleur.

- Je n’en doutais pas. Tout était parfait ce soir, Jack. Merci.

- Ne me remercie pas. Tu mérites une soirée comme celle-là.

- Y a-t-il une raison particulière à cette soirée ?

Sans le savoir, Rachel mettait les pieds dans le plat.

- Il y a une, en effet. Et d’ailleurs, le champagne aurait dû être accompagné par quelque chose.

- Quoi ?, demanda Rachel en reposant son verre.

Jack sortit de la poche intérieure de sa veste un écrin, qui ouvrit devant elle.

- Ca, dit-il simplement.

En voyant la magnifique bague de fiançailles, Rachel ouvrit de grands yeux. Puis elle regarda Jack sans comprendre.

Jack referma l’écrin d’un coup sec.

- Je voulais te demander de m’épouser ce soir. C’est pour ça que j’avais prévu ce dîner romantique en tête-à-tête.

Il soupira, les mots avaient du mal à venir. Trop stupéfaite, Rachel continuait de fixer Jack sans mot dire.

- Je ne le ferais pas, finit par dire Jack.

Rachel l’interrogea du regard.

Jack lui sourit tristement.

- Ce n’est pas l’envie qui m’en manque, crois-moi. Et sache que je te ferais ma demande en temps utile. Et j’espère de tout mon cœur que ce jour-là, tu accepteras.

- Jack, je…

Jack l’interrompit.

- Je t’en prie, chérie. Ne dis rien et laisse-moi parler. Laisse-moi t’expliquer.

A la vue de Rachel, avec son grand regard si innocent, cette petite fossette sur son menton, Jack avait du mal à garder les yeux secs. Sa gorge, elle, l’était. Il but une gorgée de champagne. Pour se donner du courage.

- Il y a quelque chose que je dois te dire. Oh, Rachel, je t’aime tellement. Je t’aime de tout mon cœur. Et je crois que je n’ai jamais aimé une personne comme je t’aime.

Rachel écoutait, ébahie par le ton sincère de Jack.

Il poursuivit.

- Et c’est parce que je t’aime et que je te respecte que je te dois la vérité.

Il s’interrompit, cherchant ses mots, puis dit :

- Je ne suis pas sûr d’être quelqu’un de bien. Je mène mes affaires avec rudesse. Je suis possessif, je n’hésite pas à mettre tout en œuvre pour arriver à mes fins, même s’il m’arrive de faire du mal à mes adversaires. Parce que je suis un homme d’affaires. Et que je suis excellent dans ce domaine. Je suis bon en affaires, mais piètre en sentiments.

- Jack, je ne suis pas sûre de te suivre.

- J’ai déconné Rachel.

- Quoi ?

- J’ai… j’ai voulu faire de toi ce que tu n’es pas. J’ai voulu marchander notre relation comme je marchande un contrat. Et je m’en veux terriblement.

- Jack, tu me fais peur. Qu’est-ce que tu veux me dire ?

- Clive... Je t’ai menti Rachel. Je t’ai dit que je n’avais aucune nouvelle de lui alors que je savais qu’il était à Peyton Place.

- Tu… ?

Rachel ne put terminer sa phrase tant elle était déconcertée par une telle déclaration à laquelle elle ne s’attendait visiblement pas.

- Pourquoi ?, finit-elle par dire.

- Parce que, pour moi, Clive représentait une menace à notre union. J’avais peur de te perdre.

- Pourquoi attends-tu ce moment pour me dire tout ça ?

- Parce que je prends conscience que je t’ai mené en bateau et que tu ne mérites pas ça. J’ai réalisé qu’une relation était basée sur la confiance, pas sur les mensonges. Je t’aime à la folie et je veux faire ma vie auprès de toi. Mais pas au prix d’un mensonge.

Rachel secoua la tête.

- Je… je ne sais pas quoi dire.

- Ce n’est pas tout.

Rachel leva la tête vers Jack. Il pouvait sentir la tristesse transpirait de son visage. Il prit une profonde inspiration.

- Lorsque j’ai su que Clive était en ville, je suis allé le voir et je lui ai proposé de l’argent pour quitter la région.

Cette fois, Rachel pleurait.

- Mon Dieu, Jack…

- Rachel, je suis tellement désolé. Tu ne peux pas savoir à quel point. Il faut que tu me croies ! J’ai réalisé à quel point tu comptais pour moi et je veux que tu saches que jamais plus je ne te mentirais, pour quoi que ce soit. Jamais plus je ne te traiterais de la sorte. Je t’aime.

Rachel était en état de choc.

Lentement, elle se leva.

- Rachel, supplia Jack

Rachel, sans un mot, observa encore une fois Jack. Puis elle posa sa serviette sur la table et, d’un mouvement très lent, se dirigea vers la sortie.

Jack ne tenta pas de la rattraper. Il savait qu’elle était en état de choc et qu’elle n’avait pas la possibilité de dire ou faire quoi que ce soit.

Mais il était persuadé qu’à cet instant précis, il l’avait perdue pour toujours.

Une fois Rachel sortie de la grande salle, les larmes refoulées de Jack tombèrent d’un trait sur son visage. 

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 24/05/2016 09:29

Courageux Jack ! Honnêtement il m'a bluffé. Aller jusqu'au bout de sa confession en sachant qu'il allait avoir le cœur brisé... Seuls les grands hommes en sont capables ! (Commentaire un chouïa subjectif)

Mr. Peyton 27/05/2016 18:22

Oui, ça prouve effectivement que c'est un grand homme qui a aussi des sentiments , et qui n'est pas seulement un homme d'affaires prêt à écraser ses concurrents. En amour, il est sincère... maladroit parfois, mais sincère au bout du compte.

Betty 17/05/2016 08:14

Eh bien !!!! Notre Jack est vraiment amoureux...

Mr. Peyton 20/05/2016 16:28

Oui, c'est bien pour ça que ça lui a été très dur de se confier à Rachel...