Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 815. Une mauvaise surprise

Episode 815. Une mauvaise surprise

 

L’horloge du salon de la demeure Peyton sonnait dix-sept heures. Jack savourait sa dernière gorgée de whisky en souriant. Il pensait à la soirée qu’il avait minutieusement préparée. Comme il l’avait prévu, le manager du Colonial n’avait pas fait d’histoires lorsque Jack a réservé toute la salle. On ne refuse rien au Maire de la ville.

Il avait tout prévu. Tout planifié au millimètre près. Il avait commandé un orchestre, et avait prévu de déposer la bague de fiançailles de Rachel au fond du verre à champagne. Un peu cliché comme procédé, mais toujours efficace.

Il entendit la porte d’entrée s’ouvrir et sentit le parfum doux et discret de Rachel lui chatouiller les narines.

Il se rendit au vestibule afin de l’accueillir comme il se doit. Rachel enlevait sa veste et la posait sur le portemanteau lorsque Jack s’aperçu qu’elle n’avait pas fermé la porte derrière elle.

Elle lui sourit et une nouvelle fois, ses grands yeux marron lui faisait le même effet que la flèche de Cupidon : ils lui transperçaient le cœur.

Elle lui sourit, formant deux fossettes adorables de part et d’autre de son visage.

Puis elle le regarda intensément. Jack savait ce que signifiait ce regard. Rachel avait quelque chose à lui dire. Avait-elle trouvé un nouveau travail en plus de celui du dispensaire ?

- Je connais ce sourire, il signifie que tu as quelque chose à me dire, je me trompe ?

- Tu me connais par cœur.

Elle fit demi-tour et se rendit à la porte d’entrée. Elle écarta le battant et fit entrer un homme qui n’a pas dû connaître les plaisirs d’une douche depuis de nombreuses semaines. Ses vêtements étaient rapiécés, il avait une écharpe autour de l’épaule. Il s’avança et planta ses yeux vers ceux de Jack.

Jack le reconnut aussitôt.

- Clive…, murmura-t-il.

Rachel ne s’aperçut pas que la présence de Clive dérangeait Jack. Elle continuait à sourire.

- N’est-ce pas merveilleux, Jack ! J’ai retrouvé Clive. Et il est en vie !

Après un moment de surprise, ou plutôt d’atterrement, Jack débloqua un sourire de sa mâchoire.

- C’est… formidable.

- Rachel m’a dit que vous avez engagé un détective pour tenter de retrouver ma trace, dit Clive. C’est très gentil de votre part.

Le ton que prit Clive était empreint de sous-entendus. Clive le défiait du regard. Un regard qui mit Jack mal à l’aise. Il tenta de se décontracter alors que tous les muscles de son corps étaient tendus.

- Eh bien… c’est normal. Vous avez tout de même sauvé la vie de la femme que j’aime.

Clive, de son côté, ne semblait pas impressionné par cette conversation.

- Je n’ai fait que l’aider au moment où elle avait besoin d’aide.

- Jack, intervint Rachel. J’ai dit à Clive qu’il pouvait rester au manoir le temps de se retourner.

- De… se retourner ?

- Oui, il a perdu son emploi et il vit chez une famille à Grave Street. J’ai pensé qu’on pouvait l’héberger pour quelques temps. Enfin, si tu es d’accord, bien entendu.

Bien entendu. Jack pouvait-il faire autrement que d’offrir l’hospitalité à cet homme ? Il savait que Clive allait lui poser des problèmes. Il savait au fond de lui qu’il allait être une embûche dans sa relation amoureuse avec Rachel. Et il avait une furieuse envie de le mettre illico presto à la porte.

Oh oui, qu’il en avait envie !

- Bien sûr. Clive, vous pouvez rester ici tout le temps qu’il vous faudra pour vous remettre sur pied et trouver un travail.

C’était ce que Rachel avait envie d’entendre. Certainement pas ce qu’il avait envie de dire. Il s’étonna de l’avoir dit avec une telle aisance.

Clive s’avança.

- Vous êtes sûr, Monsieur Peyton ? Je ne voudrais pas déranger.

Il dérangeait et il le savait. Ce type le provoquait, par-dessus le marché !

Ce fut Rachel qui répondit.

- Ne dis pas de bêtises. Jack et moi sommes ravis de t’accueillir.

Jack n’en pouvait plus de cette situation. Il aurait bien voulu prendre Clive par le col de sa chemise sale et l’envoyer en enfer.

Rachel, elle, était au paradis.

- Je vais demander à Mary de confectionner un repas spécial pour ce soir…

Surpris, Jack se tourna vers Rachel.

- Rachel, nous avons rendez-vous au Colonial ce soir.

Rachel se mordit les lèvres.

- C’est vrai. J’avais oublié. On peut remettre ce dîner ?

- C’est important, insista Jack.

Rachel haussa les épaules.

- Je ne vois pas en quoi un dîner au Colonial est important. Nous avons un invité, et il faut…

Clive l’interrompit.

- Je t’en prie, Rachel. Je ne veux pas vous voir changer vos projets à cause de moi.

- Mais…, protesta Rachel.

- Il n’y a pas de « mais ». Allez à votre soirée et amusez-vous. De toute façon, je suis éreinté et je vais aller me coucher très tôt.

Avant que Rachel ne proteste une nouvelle fois, Jack prit les choses en main.

- Parfait, dit-il. Venez, Clive, je vais vous montrer votre chambre.

Il monta les escaliers et Clive le suivit.

- Je vous remercie pour tout, Monsieur Peyton.

- Je vous en prie, appelez-moi Jack.

Le ton était jovial.

 

Mais lorsque les deux hommes arrivèrent dans la chambre d’invité, Jack ferma la porte derrière lui et tout ton jovial avait disparu. Jack eut un rictus et toisa Clive du regard.

- Qu’est-ce que vous faites ici ?, demanda l’hôte forcé.

Clive le fixa du regard.

-  J’ai rencontré par hasard Rachel au dispensaire et…

Jack l’interrompit d’un geste de la main.

- Arrêtez vos histoires, Hopkins. Vous saviez qu’elle travaillait au dispensaire, c’est pour ça que vous êtes allé là-bas.

- Pas du tout, ma blessure s’est…

Jack s’avança vers lui, menaçant. Il pointa un index sur son visage.

- Je vous avais dit de ne pas l’approcher.

- Vous m’avez demandé de ne pas l’approcher. Je n’ai pas suivi votre conseil.

- Arrêtez de vous foutre de moi, Hopkins. Je veux que vous laissiez Rachel tranquille.

- Rachel est tranquille depuis qu’elle m’a retrouvé.

- Je vous avais offert une belle somme d’argent pour quitter la ville.

- Somme que j’ai refusé. Et vous savez pourquoi ? Parce que je ne suis pas à vendre, Monsieur Peyton. J’aime Rachel et je sais qu’elle aussi m’aime.

- Si vous n’arrêtez pas immédiatement, je vous mets mon poing dans la figure.

- Et vous expliqueriez ça comment, à Rachel ?

Jack se calma. La tension redescendit d’un cran.

- Je l’aime aussi, lâcha-t-il dans un murmure.

- Je sais. Et c’est pour cela que vous m’avez proposé de l’argent pour quitter la ville. C’est une preuve d’amour. Très maladroite, mais c’est quand même une preuve d’amour. C’est votre façon de faire. Vous gérez votre relation amoureuse comme vous gérez votre business. En fait, votre relation avec Rachel n’est pas suffisamment solide pour que vous vous sentiez en confiance devant un rival.

- Je peux doubler la somme si vous me promettez de partir demain.

Clive lui sourit.

- Vous savez que je ne vais pas accepter.

- Pourquoi êtes-vous ici ?

- Je veux récupérer Rachel, il me semble pourtant que c’est clair.

- Elle est à moi, dit Jack en serrant les dents.

- Elle n’appartient qu’à elle, Jack. Laissez-là décider avec qui elle veut être. J’aurais pu lui dire que vous saviez que j’étais à Peyton Place et que vous être venu me voir jusque Grave Street en me proposant de l’argent pour quitter la ville et la vie de Rachel. Mais je n’ai rien dit. Vous voulez savoir pourquoi ? Parce que je ne suis pas comme vous, Jack. Et aussi parce que je ne veux pas que Rachel souffre de vous savoir aussi pervers. Je veux qu’elle prenne une décision rationnelle. Si elle vous choisit, je me retire. Je m’en vais et vous n’entendrez plus parler de moi. Mais si elle me choisit, j’espère que vous vous comporterez comme une personne intelligente et vous ne tenterez rien pour entraver le bonheur de celle que vous aimez.

Jack aimait Rachel. D’un côté, il avait envie de faire disparaître Clive de la surface de la terre pour n’avoir Rachel que pour. Et d’un autre côté, il dut admettre le bon sens de son rival.

Cette soirée au Colonial allait être cruciale. 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 06/05/2016 23:20

Mais à quoi pensait donc Jack ? C'était à prévoir que Clive n'allait pas disparaître de la ville pour ses beaux yeux (puisqu'il n'a pas accepté son argent). Oh, et de toutes façons Rachel ne mérite pas Jack, alors ce n'est pas grave. Mary devra préparer un peu plus de soupe de palourdes et tout rentrera dans l'ordre :-D

Mr. Peyton 08/05/2016 10:28

Ah mais c'est qu'il est amoureux notre Jack, il va sans doute se battre bec et ongle pour garder sa belle avec lui...