Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 812 - Au dispensaire

 

Installée derrière son bureau, au dispensaire de l’hôpital de Peyton Place, Rachel se sentait comme un poisson dans l’eau.

Elle sourit à l’imposante dame qui entrait dans le bureau et elle lui fit signe de s’asseoir.

Rachel était heureuse de pouvoir travailler au dispensaire. Ses idées noires qu’elle brassait depuis qu’elle était au manoir des Peyton s’étaient envolées car elle avait enfin un but, une raison de se lever le matin, autre que de savoir ce qu’il y aura à dîner le soir. Même s’il ne s’agissait que de deux après-midis par semaine, Rachel appréciait cette liberté de pouvoir faire quelque chose de sa vie.

Elle se présenta à la femme de Grave Street, laquelle posait son popotin avec effort - puis soulagement - sur la chaise en face du bureau.

- Je m’appelle Rachel. Mon rôle est de consigner vos symptômes avant de vous envoyer chez le médecin. Madame… ?

- Moi c’est Edna, ma belle, dit la femme d’une voix rocailleuse. Qui c’est le docteur qui va m’ausculter ?

- Le docteur Davis.

Edna sembla soulagée.

- Ça va, alors. L’autre toubib, j’ai l’impression qu’il est un peu vicelard sur les bords.

En voyant la grosse femme au visage rond et rouge, aux seins tombants et au sourire édenté, Rachel doutait qu’un quelconque médecin soit assez « vicelard » pour entreprendre quelque chose avec Edna.

- Qu’est-ce qui vous amène, Edna ?

Edna posa une main sur son ventre rond.

- J’ai mal au bide, ma belle. Voyez, ça fait deux jours maintenant que j’arrive pas à aller aux toilettes.

Concentrée, Rachel consigna soigneusement les symptômes sur sa fiche.

- Ça vous arrive souvent ?

- De temps en temps. J’sais pas c’que j’ai attrapé, mais faut me l’enlever.

- Où se situent vos douleurs ?

- Dans le bide, je viens de vous le dire.

Rachel était une personne patiente. Elle sourit.

- Vous savez Edna, le « bide », c’est un peu vague pour moi. Est-ce plutôt dans le bas du ventre ?

Edna montra exactement l’endroit où elle avait mal.

- Oui, ici.

Rachel se pencha de nouveau sur sa fiche, avec un professionnalisme impressionnant Edna.

- Z’êtes bien plus sympa que l’autre greluche de la dernière fois. Ashley qu’elle s’appelle. Elle m’a dit qu’il fallait que je boive moins de bibine et que ça irait mieux. Tu parles !

Rachel ne releva pas la remarque.

- Voilà, j’ai tout ce qu’il faut. Je vais vous demander d’attendre dans l’autre pièce, le docteur Davis va vous recevoir.

Edna se leva péniblement et quitta la pièce. Quelques instants plus tard, le docteur Rossi ouvrit la porte et, voyant Rachel seule, entra.

- Je suis venu voir comment vous vous débrouillez.

- Parfaitement bien, lui répondit Rachel. J’aime recevoir ces gens. Certains ne voient en eux que des personnes sales, sans ressources. Des déchets de la société. Mais moi je les perçois différemment.

- Allez expliquer ça à Ashley, dit Mike en riant.

Il s’approcha d’elle.

- En tout cas, vous êtes heureuse de travailler. Ça fait plaisir à voir.

- Ça me permet surtout de sortir des quatre murs de la maison de Jack.

Mike hésita un instant, puis se lança prudemment :

- Vous ne semblez pas très ravie d’habiter au manoir.

- Ce n’est pas ça... C’est un très bel endroit. Mais on peut s’y sentir souvent très seule.

- Je vois ce que vous voulez dire.

Mike lui fit un clin d’œil et dit, avant de s’éclipser.

- Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n’hésitez pas. Vous me trouverez dans mon bureau.

Rachel apporta au docteur Davis la fiche d’Edna puis, le cœur plein d’entrain, passa la porte qui séparait son bureau de la salle d’attente.

- Personne suivante, s’il vous plaît.

Un homme se leva. En le voyant, Rachel manqua de pousser une exclamation. Sa surprise fut telle qu’elle en laissa tomber sa fiche. Son cœur fit un bond dans sa poitrine.

L’homme qu’elle avait devant elle avait un bras en écharpe. Il était sale, ses vêtements étaient déchirés, et il avait perdu au moins dix kilos. Sans compter une barbe de plusieurs jours et un teint blafard. 

Mais elle le reconnu immédiatement. Doucement, elle écarta les lèvres pour prononcer son nom.

- Clive…

Clive Hopkins lui sourit.

- Bonjour, Rachel.

A suivre...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 27/04/2016 12:00

Oh là, ce n'est pas, mais alors pas du tout, bon pour Jack cette histoire !

Mr. Peyton 29/04/2016 18:09

Disons que c'est un obstacle supplémentaire pour Jack ;-)