Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 807 - Désaccord

Episode 807 - Désaccord

 

Jack Peyton avait connu meilleure soirée ! Ils étaient à table tous les trois pour le dîner du soir. Jack, Rachel, et Lisa. Du silence de plomb s’échappait les cliquetis des fourchettes et des couteaux.

Rachel était encore une fois à mille lieues d’ici, et Lisa était morose. Elle jouait à courser un petit pois dans son assiette avec l’aide de sa fourchette.

Jack finit par rompre le silence pesant :

- Colleen n’est pas là ce soir ?

Lisa haussa les épaules.

- Nous sommes vendredi. Elle est à son cours de danse.

- C’est vrai, j’oubliais.

Nouveau silence et nouveaux cliquetis de couverts. Quelques instants plus tard, c’était de nouveau Jack qui prit la parole.

- Tiens Lisa, je ne t’ai pas entendue dire du mal du repas de Mary ce soir. C’est la première fois, il me semble.

Lisa soupira :

- Je suis tellement fatiguée par mon travail au Cider Barrell que je n’ai même pas l’énergie de m’opposer à Mary. Je ne songe qu’à une chose, c’est aller dormir.

- Tu sais quel est le gros avantage de ton travail ?

- Dis-le moi, parce que moi je n’en vois aucun.

- Le gros avantage, c’est qu’on te voit beaucoup moins souvent traîner dans cette maison.

Rachel réprimanda gentiment Jack :

- Jack, s’il te plaît !

- Laissez Rachel, soupira Lisa. Je n’ai même pas la force de répondre à sa remarque désobligeante.

Rachel se tourna vers Jack.

- Au fait, Jack. Je ne t’ai pas dit : j’ai trouvé un travail.

Lisa et Jack levèrent simultanément la tête de leur assiette et regardèrent Rachel comme si elle avait dit qu’elle venait d’être enlevée par des extraterrestres.

Rachel poursuivit :

- Je suis allée voir le docteur Rossi et il accepte que je m’occupe du dispensaire de l’hôpital.

Jack posa sa serviette sur la table.

- Tu n’es pas qualifiée pour ce genre d’emploi.

- Oh, ce sera un emploi avant tout administratif et humain. Je vais recevoir les malades et prendre note de leur problème avant de les envoyer chez le médecin.

- Rachel, je crois que tu ne te rends pas bien compte du travail qui t’attends.

Rachel se sent vexée par la remarque de Jack.

- Je crois que si, au contraire, fit-elle.

- Le dispensaire a été créé pour les habitants de Grave Street. La plupart de ces gens sont difficilement gérables.

Rachel haussa les épaules.

- L’amie de Colleen, Selena, vient de Grave Street. Ton employée Nellie aussi. Elles n’ont rien d’ingérables.

- Je ne te parle pas de Selena, ni de Nellie. De nombreux habitants de ce taudis se nourrissent d’alcool, ils sont sales et puants.

Rachel monta d’un ton :

- Et tu crois que parce qu’ils sont sales et alcooliques, ils n’ont pas droit à des soins !

- Ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit.

- Qu’est-ce que tu dis, alors ?

- Rachel, si tu voulais absolument travailler, je t’aurais trouvé un emploi sans problème. A la mairie, nous recherchons une secrétaire, justement.

- Je crois que le travail au dispensaire me convient mieux qu’un emploi de dactylo, répondit Rachel avec fermeté.

- Tu ne sais pas où tu mets les pieds. Tu risques de le regretter.

- Si le travail au dispensaire ne me convenait pas, ce serait mon problème, Jack. Pas le tien.

- Je te dis simplement que côtoyer les gens de Grave Street n’est pas à la portée de tout le monde. Imagine qu’un type alcoolique vienne avec un couteau dans sa poche et te menace en te demandant de lui ouvrir l’armoire à pharmacie.

Rachel soupira.

- Jack, tu es ridicule.

- Je ne crois pas être ridicule en me souciant de toi, répondit Jack d’un ton qu’il aurait voulu moins bourru.  

- J’ai choisi ce travail au dispensaire et j’ai décidé de m’y investir. Je commence la semaine prochaine.

Rachel pensait que cette décision mettrait un point final à cette déplaisante conversation, mais Jack voulait toujours avoir le dernier mot. Il dit :

- Très bien. Mais je pense que tu vas vite abandonner. Ce travail n’est pas fait pour toi.

Il se leva et embrassa Rachel sur le front.

- Excusez-moi. J’ai encore quelques coups de fil à passer.

Il quitta la pièce. Rachel était contrariée par sa conversation. Lisa, quant à elle, s’en amusa.

- Je vous l’avais bien dit.

- Quoi ?

Lisa laissa tomber le jeu du petit pois, posa sa fourchette et dit :

- Jack ne vous laissera pas faire ce que vous voulez. Vous êtes sa propriété, maintenant.

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 07/04/2016 18:55

Jalousie quand tu nous tiens... Est-ce que tu crois vraiment qu'elle en vaut la peine Jack ?

Mr. Peyton 09/04/2016 11:13

C'est en effet une question à se poser...