Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 805 - Convocation

Episode 805 - Convocation

 

- Je n’arrive pas à y croire !

Assise en face de la directrice de l’école primaire de Peyton Place, Betty Cord n’en menait pas large.

Un massif bureau en chêne la séparait d’elle et pourtant, elle avait l’impression que le regard foudroyant de la femme n’était à quelques centimètres d’elle à peine. « Elle me juge », pensa Betty. La directrice de l’établissement était une femme d’un certain âge, le type même de la vieille fille. Son nez long supportait une paire de lunettes rondes, ses cheveux bruns étaient relevés par un chignon strict et elle portait sous sa blouse blanche un tailleur noir. L’archétype de la directrice d’école coincée.

- C’est pourtant la vérité, Mme Cord, admonesta la femme. Deux garçons l’ont vu pousser le petit Hayes contre le mur.

- Vous ne pouvez prêter foi à des enfants de dix ans.

- Mme Cord, Harry n’a pas pu se jeter délibérément contre le mur de la cour d’école.

Betty ne pouvait pas croire que Brian ait agi délibérément.

- Sans doute Brian et lui chahutaient-ils. C’était un accident. Mon fils ne peut pas avoir délibérément poussé son camarade.

La sévère directrice posa ses coudes sur la table et croisa ses mains. Elle semblait chercher ses mots. Betty fut alors surprise de l’entendre parler d’une voix douce. Elle en était encore plus déstabilisée.

- Mme Cord, ce n’est pas la première fois que Brian donne des signes de… nervosités.

- Que voulez-vous dire ?

- Nous avons remarqué ces derniers temps qu’il se mettait en colère très souvent. Y a-t-il quelque chose qui le perturbe en ce moment ?

Betty chercha un moyen de lui expliquer la situation. Elle avait le sentiment que la femme qu’elle avait en face d’elle était prête à entendre sa version sans la juger. Finalement, de sévère cette directrice n’en avait que l’allure.

- Vous savez qui je suis ?

La directrice hocha la tête en guise d’acquiescement.

- Alors vous devez savoir que ma famille est passée par des moments plutôt difficiles ces derniers mois. Il est possible que Brian ait été perturbé à cause de cela. Mais je peux vous garantir une chose : mon fils n’est pas un monstre et ne ferait pas de mal à son camarade au point de l’emmener à l’hôpital.

La directrice posa ses mains sur le bureau et soupira.

- Je comprends votre point de vue. Cependant, j’avais déjà l’intention de vous convoquer afin de vous informer du comportement agressif de Brian ces dernières semaines. Peut-être Brian devrait-il parler à un professionnel ?

Betty se redressa, sur ses gardes.

- Un psy ? Mon fils n’est pas fou.

- Vous devriez l’emmener voir le Docteur Stewart. Parce que si Brian continue à se comporter de la sorte avec ses camarades, nous serons dans l’obligation de le renvoyer de l’école.

Si douces étaient la voix de la directrice, si assassines en étaient ses paroles.

La discussion était terminée.

Betty retourna dans la voiture où Brian l’attendait. Le petit garçon regardait par la fenêtre, l’air absent. Betty s’assit sur le siège conducteur et soupira, puis se tourna vers son fils.

- Brian, vas-tu me dire ce qu’il s’est passé avec Harry ?

Brian haussa les épaules.

- Rien.

Pour Betty c’en était trop. Brian n’avait pas conscience de ce qu’il avait fait. Elle le saisit par les épaules et le força à la regarder.

- Il est à l’hôpital. Alors arrête de me dire qu’il ne s’est rien passé !

Brian se mit à pleurer.

- J’ai pas fait exprès, Maman. Il me devait un paquet de billes et comme il voulait pas me les donner, alors j’ai voulu prendre son paquet de gâteaux.

Betty n’en croyait pas ses oreilles.

- Son paquet de gâteaux ? Mais pourquoi ? Je t’ai fait un sandwich, tu ne l’as pas mangé !

- Si !, pleurnicha l’enfant. Mais Harry me devait quelque chose. Alors j’ai voulu ses gâteaux. Mais je l’ai pas poussé, Maman. Je l’ai pas poussé, je te jure. Il est tombé de lui-même quand j’ai lâché le paquet.

- Mon dieu… Brian, c’est la deuxième fois que tu te bats dans la cour de l’école. Et avec le même garçon.

- Je voulais pas lui faire de mal, Maman, je te jure.

Brian pleurait toutes les larmes de son corps. Il avait finalement compris la portée de ses actes.

Betty décida de la marche à suivre.

- Très bien. Nous allons à l’hôpital et tu iras t’excuser auprès d’Harry. Ensuite, on rentre à la maison et tu es privé de télé et de sortie pendant un mois complet. Et surtout, ne viens pas discuter ma décision, car je rajouterai un mois supplémentaire.

Betty démarra la voiture.

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 07/04/2016 18:38

Et la visite chez le psy, elle n'en parle pas à son fils ? Betty, ton fils a besoin d'aide...

Mr. Peyton 09/04/2016 11:11

Exactement ! C'est ce qu'on a tous envie de lui dire à Betty ! ;-)