Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 801 - Mary Danaher

Episode 801 - Mary Danaher

 

Voir Selena Cross était toujours un plaisir pour James Peyton. Il lui fit un grand sourire et l’invita d’un geste à entrer dans son bureau. Il vit la jeune fille venir s’installer en face de lui, et eut une brusque envie de raccrocher au nez à la personne qu’il avait au bout du fil.

Sauf que cela ne se fait pas. On ne raccroche pas au nez des gens, on s’en débarrasse gentiment :

- Très bien George. C’est entendu, ça paraîtra dans l’édition de demain. Je vous rappelle bientôt.

Et seulement là, il raccrocha. Puis il planta son regard dans celui de son invitée.

- Selena. J’espère que tu es venue m’annoncer une bonne nouvelle.

Selena semblait hésiter et cherchait ses mots.

- Eh bien… si j’accepte de faire publier mon roman sous forme de feuilleton dans le Clarion, j’aimerais si c’est possible vous soumettre une petite condition.

Cela s’engageait plutôt bien. Une condition, cela veut dire qu’elle accepte. James s'en réjouit intérieurement. Le roman de Selena était excellent et boosterait à coup sûr les ventes du Clarion s’il était publié sous forme de feuilleton.

- Je t’écoute.

- Je ne veux pas qu’il soit publié sous mon véritable nom.

Voilà qui surprit James.

- Pourquoi ?

- Vous vous en doutez, cette histoire, c’est la mienne. Celle d’une jeune fille qui fait tout pour s’en sortir, qui a un beau-père louche, une mère qui trime pour faire vivre sa famille, un petit frère dont elle doit prendre soin parce que sa mère s’en désintéresse. Tout ça, c’est mon histoire et les gens qui vont la lire vont certainement la lier à mon vécu. Je ne le veux pas. Je ne veux que les gens connaissent mon histoire.

La demande de Selena parut légitime aux yeux de James.

- Je comprends.

- Personne ne doit savoir que ce livre est le mien, insista Selena. A part vous, Colleen et Mme Carson, que j’ai dû mettre dans la confidence parce que je vais devoir m’absenter du magasin.

- Si tu as donné ton congé à Maggie, ça veut dire que tu acceptes.

- Si vous acceptez de me publier sous un nom d’emprunt.

Il se pencha vers Selena et lui tendit la main.

- C’est d’accord.

Selena serra la main de James avec un large sourire.

- Me voilà écrivain !

- Tu as pensé à un pseudonyme ?

Selena hocha la tête.

- J’avais pensé à Mary Kate Danaher. C’est le nom du personnage qu’incarnait Maureen O’Hara dans l’Homme Tranquille. J’adore cette actrice !

- Très bien. Va pour Mary Danaher. Et j’ai aussi remarqué que le livre n’avait pas de titre.

- Là aussi, j’ai pensé à un titre. Que diriez-vous de « Woman in me ».

James réfléchit.

- Une femme en moi…

- Le roman est rédigé à la première personne. L’héroïne est une jeune fille qui n’est pas encore devenue femme. Mais les circonstances sont telles qu’elle est obligée d’agir en tant que femme et non en tant qu’adolescente. Il y a dans ce personnage une femme qui murit doucement en elle.

James sourit. Selena était une fille très intelligente et mâture pour son jeune âge.

- Je trouve ça sensationnel.

Selena se tourna vers l’horloge murale.

- Je dois y aller, j’ai un cours dans un quart d’heure.

- On se voit demain soir pour commencer à travailler sur les corrections ?

- Entendue.

Elle s’en alla avec un joli sourire aux lèvres. James aussi sourit. Il s’installa à son bureau et Jack arriva, l’air surpris.

- Je viens de voir Selena quitter le bureau, dit-il. Que voulait-elle ?

- Tu aurais dû le lui demander.

Jack venait à peine d’arriver qu’il perdait déjà patience.

- Je te le demande à toi.

- Je ne t’ai pas vu depuis plusieurs semaines, et tu viens ici uniquement pour me demander ce que Selena Cross faisait dans mon bureau.

- Oublie ça. Je suis venu pour te parler de ton projet.

- Je me doutais bien que tu n’étais pas ici pour faire la paix.

- Colleen m’a dit que tu voulais une nouvelle ligne éditoriale pour le Clarion. Merci de m’avoir prévenu !

James s’étira sur sa chaise.

- Tu ne veux pas me voir. Et il est difficile de t’approcher.

- Je suis encore le patron de ce journal, je te signale. Et j’ai mon mot à dire sur les changements que tu comptes faire.

- Ne t’inquiète pas pour ça. Tu seras averti. Je termine de rédiger mon projet et je convoque le conseil d’administration à une réunion extraordinaire. Le changement ne se fera qu’après le vote.

Il se leva et regarda son père droit dans les yeux.

- J’espère que tu ne vas pas me mettre des bâtons dans les roues. J’aimerais autant que nos petits différends n’interviennent pas dans ta décision.

- J’étudierai ton projet avec soin. Je veux le meilleur pour le Clarion.

Il s’apprêtait à partir, lorsque James lança :

- C’est tout ?

Jack se retourna.

- Quoi, c’est tout ?

- C’est tout ce que tu as à me dire ?

- Oui. C’est tout, dit Jack d’un ton froid. Qu’espérais-tu m’entendre dire ?

- Nous n’avons jamais parlé de ce qui s’est passé avec Cruz Di Santos.

- Il n’y a plus rien à dire. Tu m’as trahi en publiant cet article sur Malooga, tout en sachant que je n’avais rien à voir avec cette histoire.

- Je ne le savais pas. Et je te rappelle que Di Santos me faisait chanter. Il menaçait de te tuer si je ne publiais pas l’article.

- Tu aurais dû venir m’en parler, James. On aurait trouvé une solution. Au lieu de ça, tu t’es conduit comme un lâche en publiant l’article.

James secoua la tête.

- Essayer de te sauver signifie pour toi être lâche ?

- Tu serais venu me parler, et j’aurais trouvé un moyen de remettre Di Santos à sa place.

- Tu ne me pardonneras jamais, n’est-ce pas ?

Jack ne répondit pas à la question et s’en alla.

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article