Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 800 - Jouer avec le feu

Episode 800 - Jouer avec le feu

 

Lisa Peyton n’avait jamais été du matin. Et elle l’était encore bien moins depuis qu’elle travaillait comme serveuse au Cider Barrell. Là, elle n’avait carrément plus envie de se lever.

C’est donc d’un pas lourd qu’elle poussa la porte du salon et trouva Jack, Rachel et Colleen déjà attablés.

Elle déclencha son mode pilote automatique et, comme un automate, elle alla déposer un baiser sur la joue de sa fille avant de se rendre devant le buffet du petit déjeuner.

Mary était en train de remettre du café dans la thermos lorsque Lisa se planta devant elle, pensant être servie.

Au lieu de cela, Mary jeta un regard froid à Lisa, puis reposa la thermos à sa place.

Lisa fit une grimace mais ne dit rien. Inutile de discuter à cette heure matinale de la journée. Elle se servit donc elle-même sa tasse de café alors que la tablée qui était en pleine discussion.

- Le contrôle de maths a été catastrophique, maugréa Colleen.

Jack s’essuya discrètement le bord de ses lèvres avec sa serviette.

- C’est ce que tu dis toujours. Et généralement, tu t’en sors bien.

- Sauf que là, c’était du gratiné, oncle Jack. Je ne suis pas sûre d’obtenir la moyenne. Mais quoiqu’il en soit, j’aurais une note supérieure à celle de Sutton Hayes. Elle a rendu son devoir dix minutes seulement après le début de l’épreuve.

- Ça fait plusieurs fois que tu cites cette fille, Sutton Hayes.

- Une vraie peste !

Rachel restait silencieuse. Elle sirotait son café d’un air absent. A un moment donné, Jack se tourna vers elle.

- Rachel, est-ce que ça va ?

Rachel sortit de sa rêverie

- Pardon ?

Jack fronça les sourcils.

- Tu vas bien ? Tu n’as pas dit un mot ce matin.

- Ça va, Jack.

Toujours devant le buffet, Lisa saisit un toast. Puis elle pinça les lèvres. Cette fois, elle ne pouvait pas laisser passer ça.

- Mary ! Ces toasts sont froids !

- Ils étaient chauds tout à l’heure, répondit Mary d’un air las.

- Des toasts froids ! C’est inadmissible.

Mary soupira.

- Les toasts sont préparés pour être servis chaud à sept heures quarante-cinq. Il est 8 heures. Il est donc normal qu’ils soient froids maintenant.

- Et je suis censée faire quoi, avec ces toasts froids ?

- Ce que vous voulez. Moi ça ne me regarde pas.

Lisa pinça les lèvres, irritée par le comportement de Mary.

- Vous êtes vraiment d’une insolence qui dépasse tout entendement.

- Tu n’as qu’à aller à la cuisine les faire réchauffer, et puis c’est tout, répondit Jack d’un ton impatient.

- C’est à Mary de le faire.

Mary posa ses points sur ses hanches et parla d’elle à la troisième personne :

- Mary a fait ce qu’elle avait à faire. A savoir des toasts chauds à sept heures quarante-cinq. Demandez à Mr Jack, Mlle Colleen et Mlle Rachel : ils ont eu leurs toasts chauds.

- Et un point pour Mary, un !, cria Jack depuis la table.

Lisa haussa les épaules.

- Je me suis levée avec un peu de retard, la belle affaire ! Je vous rappelle que le travail au Cider Barrell m’épuise complètement et j’ai besoin d’un peu plus de temps le matin pour me réveiller.

- Et moi je vous rappelle que lorsque vous n’aviez pas de travail, vous vous leviez encore plus tard. Et pourtant vous n’étiez fatiguée qu’à rien faire.

- Et un deuxième point pour Mary !, exhulta Jack.

Lisa se rembrunit.

- Oh, ça va Jack ! Si tu étais un peu moins laxiste avec le personnel, il n’y aurait pas ce genre de problème.

- Le fait est qu’il n’y a pas de problème avec le personnel.

Lisa prit un toast beurré (froid) et avec son café alla s’asseoir à table. Elle fit la moue.

- De toute façon, ça ne sert à rien de discuter. Mary a toujours raison avec toi et moi toujours tort.

- Eh bien voilà ! Nous sommes d’accord. Et si on parlait d’autre chose ?

- On peut parler de James ?, lança soudain Colleen.

Le regard de Jack s’assombrit.

- Sujet tabou, chérie.

- Dommage, parce que j’avais une nouvelle à t’annoncer. Mais peut-être le sais-tu déjà ?

- Quoi ?

- Tu ne veux pas qu’on parle de James, donc…

- Colleen, qu’est-ce que James a fait ?, demanda Jack.

- Il va relooker le Clarion.

Jack se redressa.

- Tiens donc… Et sans en parler au patron ?

Lisa haussa les sourcils.

- Je te rappelle que le patron ne veut pas parler à James et ne veut pas qu’on parle de James.

Colleen reprit :

- Un nouveau look et une nouvelle ligne éditoriale. James veut rajeunir le journal.

Jack pinça les lèvres.

- Eh bien, c’est ce que nous verrons.

Lisa observa Jack et dit :

- Jack, tu ne crois pas qu’il serait temps pour vous de faire la paix ?

- Je ne suis pas certain de pouvoir un jour lui pardonner le mal qu’il m’a fait.

- Cette histoire est terminée, maintenant. Tu as été réélu maire et tout s’est bien fini.

- Ce n’est pas grâce à James.

Colleen se leva.

- J’y vais. Le bus ne va pas tarder à arriver.

Colleen s’en alla. Mary aussi s’éclipsa.

A table, un silence de mort s’installa. Lisa mordit dans son toast froid et fit la grimace. De son côté, Rachel avait toujours l’air d’être à des milliers de kilomètre d’ici et Jack s’en rendit compte.

- Rachel, quelque chose te préoccupe ?

- Non, ça va. Enfin… je me demandais si tu avais eu des nouvelles du détective.

Jack poussa un soupir. Lisa en conclut qu’il n’avait pas envie de parler de ça. Il dit à Rachel :

- Chérie, tu penses bien que je te l’aurais dit si cela avait été le cas.

- Oui, je sais. Mais je ne peux m’empêcher de songer que Clive est peut-être en vie.

- Ecoute, je ne veux pas saper ton moral, mais si Clive était encore en vie, il aurait peut-être essayé de te joindre, tu ne crois pas ?

- Je ne sais pas.

L’air ennuyé, elle se leva.

- Où vas-tu ?, demanda Jack.

- Prendre une douche.

Elle quitta la pièce, laissant désormais Lisa et Jack seuls. Lisa but une gorgée de café.

- J’espère que tu ne la mène pas en bateau.

- Bien sûr que non, qu’est-ce que tu racontes !

- Il existe au moins, ton détective ?

Jack posa sa serviette à côté de son assiette vide.

- Lisa, mêle-tout de tes affaires, tu veux !

- Si jamais tu la mènes en bateau, elle ne te le pardonnera jamais.

- Sauf si elle n’est jamais au courant.

Lisa secoua la tête.

- Méfie-toi, Jack. Tu joues avec le feu.

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 13/03/2016 16:25

Jack soutient Mary ! C'est une amour !
Par contre, si Lisa a raison, et que le fameux détective n'est qu'un prétexte... Nooooon :-S

Mr. Peyton 13/03/2016 22:40

J'espère aussi qu'il a bien engagé un détective, parce que sinon je ne donne pas cher de son nouveau bonheur...