Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 796 - Autour de la piscine

Episode 796 - Autour de la piscine

Betty s’installa au bord d’une table ronde, à l’arrière de son jardin, tout près de la piscine qu’elle et Steven avaient fait construire il y a quelques mois.

A l’époque où…

Betty secoua la tête. A quoi bon se remémorer ce temps-là ! Il est parti et ne reviendra plus.

Betty se servit un grand verre de citronnade fraîche et le sirota, perdue dans ses pensées.

Elle n’entendit pas la porte vitrée de la cuisine coulissée, si bien qu’elle fut surprise de voir Steven s’asseoir sur une chaise près d’elle. C’était la première fois depuis longtemps qu’il venait ainsi spontanément près d’elle.

Elle le regarda. Il avait l’air grave.

- Il faut qu’on parle, dit-il.

Betty saisit son verre et but une gorgée.

- Ça fait des semaines que je ne demande que ça : une bonne et franche discussion.

- Brian ne va pas bien du tout.

- Merci de t'en apercevoir, ricana Betty.

- Betty, je n'ai pas envie de me disputer avec toi. Je veux qu'on règle les choses.

- Je sais que Brian est perturbé. Et je sais que je me conduis mal avec lui. Je lui passe tout. Mais lorsqu'il s'est enfui la dernière fois, j'ai eu tellement peur.

- Nous l'avons retrouvé chez Paula quelques minutes après. Betty, tu dois prendre sur toi, dépasser tes peurs et donner à Brian l'éducation dont il a besoin.

Betty posa son verre sur la petite table ronde.

- Tu crois que je ne le sais pas ? J'ai beaucoup réfléchis, tu sais. Je vais faire en sorte de redevenir une mère normale pour Brian.

- Il pense qu'il est à l'origine de nos disputes, lâcha Steven.

- Rien d'étonnant à cela. Nos disputes tournent autour de lui. J'ai l'impression qu'on se sert de lui pour régler nos comptes et ça me rend malade.

- Betty, je t'en veux toujours pour cette histoire d'élections.

- J'ai cru comprendre, en effet.

- Cette situation n'est bonne ni pour nous, ni pour le petit.

- Qu'est-ce que tu suggères ?

Steven fit une pause avant de dire :

- Tu connais l'affaire Carrington ?

Betty haussa les épaules, ne sachant pas où il voulait en venir.

- Bien sûr, les journaux sont remplis de cette affaire : une femme soupçonnée d'avoir tué son mari et son amant en même temps, ce n'est pas banal.

- Le procès va bientôt commencer. En début de semaine, j'ai eu un coup de fil de l'avocat de Mary Carrington. Je le connais bien, nous partagions la même chambre à l'université.

- Steven, où veux-tu en venir ?

Steven se servit un verre et Betty eut l’impression qu’il faisait diversion, qu’il avait quelque chose à dire et qu’en même temps, ça lui coûtait de le dire.

- Il me veut à ses côtés. Le procès est mal engagé et il a besoin de mon aide.

Betty se redressa.

- Mais c'est... À Washington !

Steven fit tourner le verre dans ses mains.

- Je sais. J'ai d'abord refusé. Mais depuis que j'ai vu Brian tellement mal, je me dis qu'une séparation nous ferait du bien. À tous les trois.

Betty sentit la colère montait en elle. Steven se débinait, voilà la première pensée qu’elle eut.

- Parce que pour toi, le fait que tu t’éloignes de Brian va lui faire du bien ? !

- Si je reste, nous allons continuer à nous disputer.

Betty était prête à faire des concessions.

- On peut faire un effort pour ne pas se disputer devant lui. On peut faire un effort pour se réconcilier.

- Si on ne se dispute pas devant lui, il sentira tout de même la tension entre nous. Quant à se réconcilier toi et moi, ce n’est pas en claquant des doigts que ça va arriver.

- Mais ce procès risque de durer des semaines, voire des mois, protesta Betty.

- Des mois qu'on peut mettre à profit pour réfléchir chacun de notre côté à la situation. Je pense qu'une séparation ne pourra être que bénéfique, parce qu'à l'heure actuelle, on tourne en rond. Et en tournant en rond de la sorte, nous n'arriverons pas à trouver une solution à nos problèmes.

Betty haussa les sourcils.

- Donc, ta solution est de fuir, d'abandonner ta famille ?

- Non ! Juste de prendre du recul.

- Et ton cabinet ?

A quoi bon poser la question, Steven avait sans doute tout prévu.

- Carolyn pourra reprendre une partie de mes affaires en cours. Et je pourrais m'occuper des autres affaires depuis Washington. J'en ai déjà parlé à Jack, il ne voit pas d'inconvénients à ce que je m'occupe de ses affaires à distance.

Là, pour Betty c’en était trop.

- Tu en as déjà parlé à Jack ?

Il y avait un mélange de colère et de dégoût dans sa voix. C’était exactement ce qu’elle ressentait à l’instant présent. Elle se leva.

- Tu as préféré en parler d'abord à Jack avant même de m'en parler !

- Betty, ne le prend pas comme ça...

- Non ? Et comment veux-tu que je le prenne ? Je suis encore ta femme, bon sang ! J'aurais dû être la première avertie de tes projets !

Elle s'apprêta à partir, elle ne voulait pas rester aussi près de Steven. Pas maintenant. Elle se retourna une dernière fois pour lui dire.

- Tu sais quoi ? Tu as raison. Pars à Washington. Ça nous fera le plus grand bien. À toi… et surtout à moi.

Elle rentra dans la maison en claquant la porte de la cuisine. 

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 02/03/2016 17:08

Et si un conseiller conjugal pouvait croiser la route de Steven en chemin, on en serait bien heureux !
C'est vraiment trop triste de voir ce couple se déchirer comme ça, alors qu'ils étaient si bien tous les deux ensemble. Que la vie est cruelle !

Mr. Peyton 06/03/2016 21:05

Sans vouloir me répéter : à Peyton Place plus que partout ailleurs, les contes de fées n'ont pas leur place :-(