Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 786 - Un refus de plus

Episode 786 - Un refus de plus

 

Le Dr Michael Rossi se pencha vers l’enfant avec la patience infinie propre aux médecins. Tout en lui souriant, il lui massa l’estomac.

- Et ici ?

Le petit Brian gémit.

- Ça fait mal.

Betty et Steven Cord étaient sur le pas de la porte, en train d’observer la scène d’un air qui ne se voulait pas trop inquiet.

Mike se redressa, rangea son stéthoscope dans sa mallette et sortit de cette dernière un petit paquet qu’il tendit à Brian.

- Je crois que tu fais la collection des autocollants de dinosaures, n’est-ce pas ?

Brian prit le sachet et l’ouvrit. Il était en extase.

- Whaouh… regarde Maman, c’est le T-Rex. J’arrivais pas à l’avoir ! Quand Harry va savoir que je l’ai, il va être vert de rage.

Betty offrit à Brian un sourire soulagé.

Mike referma sa malette.

- Repose-toi, maintenant.

Le médecin alla retrouver les parents de l’enfant devant la porte de la chambre.

- Alors, docteur ?, demanda Betty avec une certaine appréhension.

- Rien de grave, déclara Mike. Brian a t’il beaucoup mangé aujourd’hui ?

Steven s’agita.

- Il a tendance à beaucoup manger en ce moment.

- Il a une simple indigestion. Je vais prescrire un peu de charbon actif, et demain tout ira mieux.

- Dites aussi à Betty d’arrêter de le gaver de cochonneries, reprit Steven non sans un certain mépris.

- Je ne le gave pas, se défend Betty. Brian a faim, alors il mange.

- Tu lui as donné des gâteaux au chocolat tout à l’heure. Deux heures avant le dîner. Tu crois que c’est bon pour lui ? Pas étonnant qu’il nous fasse une crise de foie !

- Brian avait faim !, cria Betty en colère.

Mike n’avait pas la moindre envie de tomber dans une pathétique scène de ménage. Il dit :

- Je vais vous faire l’ordonnance.

 

Paula Dixon se débattait avec son maudit tuyau d’arrosage tandis que Mike sortait de chez les Cord.

- Bonjour Paula !, cria le médecin.

Etonnée d’entendre la voix de Mike, Paula leva la tête et répondit.

- Oh, bonjour Mike.

Paula se passa une main dans ses cheveux blonds. Sa queue de cheval était presque défaite, son visage était couvert de sueur et elle portait un jean trop ample qui ne mettait nullement en valeur ses longues jambes. En un mot, elle ne désirait pas que le médecin s’approche trop près d’elle.

Ce qu’il fit malheureusement. Paula rougit lorsqu’il parvint à sa hauteur.

- Alors, ces petites vacances, ça se passe bien ?

- A vrai dire, j’ai hâte de reprendre le travail. L’hôpital me manque.

- Ces fleurs sont magnifiques, dit le médecin en montrant du doigts les bégonias en fleurs.

- Elles risquent bientôt de ne plus l’être si je n’arrive pas à brancher ce fichu tuyau d’arrosage à l’arrivée d’eau.

- Je vais vous donner un coup de main.

- Oh, ce n’est pas la peine. Je vais m’en sortir.

Mais Mike posa sa mallette contre le poteau de la boite aux lettres retroussa ses ses manches. Paula pouvait voir les muscles saillants de ses avant-bras et en fut tout émue.

Elle lui désigna l’arrivée d’eau et lui tendit le tuyau. Mike essaya de placer le tuyau.

Les deux fantômes de Paula firent alors irruption. Eric Bullock croisa les bras et admira le médecin à l’œuvre.  

- Il se débrouille plutôt bien, souffla-t-il à Paula. C’est ce qu’il te faut, Paula. Il te faut un homme à la maison.

Mais l’impétueux Cal n’était pas de cet avis.

- Ne dis pas n’importe quoi ! Paula est très bien toute seule. Avec nous.

Paula fit des efforts pour ne rien dire. Elle se mordilla les lèvres tandis que Mike s’occupait du tuyau.

- J’ai pensé à de nouveaux horaires de planning pour les médecins, dit-il tout concentré à sa tâche. J’aimerais vous en parler. Seriez-vous libre à dîner ce soir ?

Cal leva les bras au ciel.

- Nous y voilà ! Ce type ne veut qu’une chose, te mettre dans son lit.

- Paula, tu ne vas pas écouter ton psychopathe de fantôme et tu vas accepter, protesta Eric.

Paula en avait assez et, bien qu’elle n’en fut pas consciente, lâcha à l’attention d’Eric :

- Certainement pas !

Mike se redressa, l’air surpris et Paula se mordit une nouvelle fois les lèvres. Quelle gourde elle faisait !

Elle bredouilla :

- Je veux dire… je ne peux, je suis désolée. Mais j’ai déjà quelque chose de prévu. Une autre fois peut-être ?

Paula put apercevoir un bref instant de la déception sur le visage de Mike. Quelque part au fond d’elle, et sans savoir pourquoi, elle s’en réjouissait.

- Peut-être..., finit par dire le médecin.

Il parvint finalement à mettre le tuyau dans l’arrivée d’eau. Pendant ce temps, les deux fantômes se disputaient.

- Tu vois toujours le bien partout, clama Cal.

- Toi tu es l’incarnation du mal, alors forcément, le bien tu ne connais pas.

- Mike Rossi est un type de la pire espèce. Il m’a rendu la vie infernale… quand j’étais en vie.

Eric haussa les épaules et déclara d’un air exaspéré :

- T’es mal placé pour juger les gens.

Paula ne voulait qu’une chose : les faire taire. Elle poussa un profond soupir d’exaspération.

Mike se redressa. Bien sûr, il avait pris ce soupir comme s’il lui était destiné. Décidément, Paula n’en manquait pas une ! Elle se mordit une nouvelle fois les lèvres et goûta cette fois au goût âcre de son sang.

- Voilà, dit Mike une fois la tâche terminée.

- Merci beaucoup, Mike. On se voit lundi à l’hôpital ?

Mike avait sûrement espéré qu’elle l’invite à boire un café à la maison. C’était la moindre des choses. Mais Paula avait accumulé plus de boulettes en cinq minutes qu’elle n’en avait fait en toute une année. Elle pouvait pour cela remercier ses fantômes.

Déçu, Mike prit sa voiture et quitta la rue.

Alors Paula se tourna vers ses deux amis imaginaires. Elle était furieuse.

- Vous êtes vraiment impossibles, tous les deux ! 

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 17/02/2016 17:57

Réflexion faite, c'est gênant de vivre avec des fantômes :-) Allez Paula, un peu de volonté, et pourquoi pas un peu d'indulgence envers l'homme de ta vie ??? Il va finir par se lasser, à force

Mr. Peyton 18/02/2016 19:15

Oui, jusqu'à présent, quelle patiente il a eu le pauvre...