Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 785 - Sous pression

Episode 785 - Sous pression

 

Malgré le temps au beau fixe, peu de monde circulait dans le square. Rachel et Jack empruntèrent une des allées. Rachel tenait le bras de Jack. Ce dernier ne pouvait plus s’arrêter de rire.

- La tête de Lisa lorsque je lui ai filé son pourboire… je crois que je m’en souviendrais toute ma vie !

Rachel sourit et Jack devinait qu’elle aussi avait bien envie de rire.

- Tu ne devrais pas te moquer d’elle. Elle a pris sur elle pour dégoter ce job chez Charlie.

- C’est que ça ne ressemble tellement pas à Lisa !

- Jack… !

Jack se ressaisit.

- Tu as raison. J’essaierais de ne plus la charrier avec ce job. Mais c’est tellement tentant de le faire que ça va être dur.

Ils marchèrent ensuite en silence, profitant d’être ensemble, profitant aussi du beau temps de ce début de printemps. Un instant où ils étaient seuls au monde. Un instant merveilleux.

Soudain, Rachel fronça les sourcils.

- Jack ?

- Oui, chérie ?

- Est-ce que tu as des nouvelles de ton détective ? Celui qui devait se renseigner sur Clive ?

Jack perdit immédiatement son sourire. Le charme était rompu. Pendant cette petite ballade romantique, Rachel ne goûtait pas au plaisir de se trouver avec Jack. Non, elle pensait à Clive.

- Pas encore, dit-il rapidement. Mais je serais toi, je ne me ferais guère d’illusions. Je pense que Clive a été tué par Chang.

- C’est ce que je pensais au début, mais souviens-toi : Amos a dit qu’il n’avait jamais tué, ni fait tué quiconque.

- Chérie, je ne prête aucun crédit à ce qu’a dit Amos. Ce type était une ordure de la pire espèce.

- Je sais… mais s’il y a un espoir de retrouver Clive vivant…

- Rachel, tu l’as dit toi-même. Clive était coincé dans la voiture. Il t’a demandé de t’enfuir. Lorsque tu étais dans la forêt, tu as entendu un coup de feu.

Rachel n’était pas du genre à laisser tomber une idée lorsqu’elle en avait une dans la tête.

- Mais lorsque je suis retournée voir, il n’était plus dans la voiture. Il était peut-être blessé et a pu s’extirper du véhicule.

- Dans ce cas, il n’aurait pas pu aller bien loin. On l’aurait retrouvé.

Il tapota la main de Rachel et poursuivit :

- Ecoute, je vais recontacter le détective et lui demander s’il a du nouveau. Je te promets de te tenir au courant, quoiqu’il arrive.

Rachel lui sourit et posa un baiser sur sa joue.

- Merci, Jack. Il faut que j’y aille.

- Où ça ?, fit Jack étonné.

- J’ai promis à Colleen de l’aider pour son devoir de physique. Je vais voir ce que je peux faire.

- Je t’ai déjà dit à quel point je suis content que tu t’entendes bien avec ma nièce ?

Rachel se mit à rire.

- Une bonne centaine de fois, il me semble.

Elle fit demi-tour et s’en alla. Jack la regarda partir avec un poids sur la poitrine.

Clive Hopkins. Souvent, il se demandait quels sentiments Rachel pouvait encore avoir pour lui. Elle avait aimé cet homme, mais c’était dans une autre vie. Il ne pouvait cependant pas s’empêcher d’être jaloux.

Il décida de profiter du soleil en continua sa promenade. Il avisa un banc et s’apprêta à s’y asseoir, lorsqu’il vit, de l’autre côté du square, Betty Cord qui sortait du commissariat de police.

Tous ses sens se mirent en éveil. Il n’aimait pas ça, mais pas ça du tout.  Il fronça les sourcils et se précipita en boitillant (parfois sa jambe artificielle le lançait) vers Betty.

Il l’appela. Elle se retourna et alla à sa rencontre.

- Bonjour, Jack.

- Tu étais au commissariat ?

- Je vois que tu es très perspicace, souleva Betty d’un air ironique.

- Ils continuent à te mettre la pression avec cette histoire sur Amos ?

Ce n’était pas vraiment une question.

- Franchement Jack, je ne peux pas leur en vouloir. Notre histoire est cousue de fil blanc. Ils ne sont pas nés de la dernière pluie. Pas étonnant qu’ils se posent des questions.

Jack agrippa le bras de Betty.

- Et il ne faut pas qu’ils trouvent des réponses. Nous nous sommes mis d’accord, toi, moi et Rachel.

- Et Chang que tu as grassement payé pour qu’il quitte le pays, ajouta Betty. Oui, Jack. J’ai bien compris et je n’ai pas changé ma déclaration d’un iota. Tu n’as rien à craindre.

Jack respira mieux. Il ôta sa main du bras de Betty.

- Bien, je dois te laisser.

Il s’apprêtait à faire demi-tour lorsque Betty l’interpela. Il se retourna.

- Comment vas-tu ?, demanda Betty.

Jack haussa les épaules.

- Ma jambe me lance un peu ces derniers temps.

Betty soupira d’exaspération.

- Je ne parle pas de ton état physique et tu le sais très bien.

- Je vais bien, Betty.

- Je ne crois pas, au contraire. Jack, tu… j’ai l’impression que tu ne réalises pas ce que tu as fait. Tu savais que Peyton Creek était miné, et tu as envoyé Amos à la mort.

- Je l’ai prévenu, se défendit Jakc.

- Une fois qu’il était au beau milieu du terrain ! J’ai l’impression que tu n’as pas pleinement conscience de ce que tu as fait.

- C’était lui ou nous.

- Ca, tu n’en sais rien. Il pouvait nous laisser partir.

C’était au tour de Jack d’être exaspéré par les propos de Betty.

- Betty, réfléchis un peu. Tu avais une arme pointée sur toi. Comment peux-tu croire que ce type allait nous laisser en vie !

Betty secoua la tête d’un air grave.

- Tu as tué un homme Jack. Tu ne l’as peut-être pas fait de tes propres mains, mais c’est tout comme.

Cette fois, c’en était trop. Jack se fâcha.

- Et alors ! Tu veux me dénoncer. Vas-y !

- Ce n’est pas ça. Crois-le ou non, je m’inquiète pour toi.

Jack émit un petit rire nerveux.

- Ça c’est la meilleure !

- Tu as délibérément envoyé un homme à la mort. Même si cet homme était le pire des salopards, même s’il allait nous tuer… Tu devrais ressentir quelque chose. Tu devrais… je ne sais pas… Tu devrais réfléchir à l’acte que tu as fait. Mais j’ai l’impression que tu n’as pas l’ombre d’un regret.

- Parce que c’est le cas, affirma Jack.

- Tu minimises cet incident, Jack. Ce que tu as fait est grave. Un jour, tu te réveilleras en prenant conscience de tes actes, et ça pourrait te détruire.

- Betty, j’ai pleinement conscience de ce que j’ai fait. Oui, j’ai joué avec la vie d’Amos. Et il est mort. Je ne regrette pas un seul instant. Parce que je suis persuadé qu’il allait nous tuer. J’en ai l’intime conviction. Alors non, je ne me réveillerais pas un jour en me disant que je suis un assassin. Je sais ce que j’ai fait, et si c’était à refaire, je le referais sans hésiter.

Il s’apprêta à partir, et finalement se retourna vers Betty.

- Je n’ai pas l’intention de m’apitoyer sur le sort de cet homme. Il n’a que ce qu’il mérite !

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 17/02/2016 18:02

Ah non, on se fait déjà assez de soucis pour Jack à propos de Rachel, n'en rajoute pas une couche avec les remords d'avoir tué un homme ! Aie un peu pitié de notre pauvre petit coeur :-D

Mr. Peyton 18/02/2016 19:14

C'est à Betty qu'il faut dire ça, c'est elle qui insiste ;-)