Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Matt Carson : 8/10 - Jenna Douglas

Résumé : Ma première grosse affaire est très particulière. Il s'agit de rouvrir une vieille affaire de meurtre datant de 1998. A Chesnut Street, un homme a été retrouvé mort assassiné dans le jardin d'une maison à Chesnut Street. Un homme, Jason Douglas, a été arrêté et reconnu coupable du meurtre. Il est toujours en prison.

Le nouvel indice qui va permettre de réouvrir l'enquête tend à prouver qu'effectivement Cavendish n'est pas tout blanc : on vient de retrouver l'arme du crime enterré dans son jardin !

Je vais voir Jason Douglas en prison. Il pense que l'arme du crime, un 38 qui n'était pas enregistré, lui a été dérobé au cours d'une soirée entres amis où il s'était vanté d'avoir cette arme. Au cours de cette soirée, il y avait les Cavendish et les Millan.

Ma mission maintenant est d'aller parler avec les Millan. Jen Peyton, ma collaboratrice, retrouve la trace de Lucie Millan et m'informe que son mari est mort assassiné il y a quelques années. Mme Millan est sûr que l'arme du crime n'a pas été dérobée au cours de la fameuse soirée.

Il me tarde d'aller interroger Jenna Douglas...

Matt Carson : 8/10 - Jenna Douglas

Les Douglas habitent de l’autre côté de notre rue, à Chesnut Street. Il me faut remonter quatre pâtés de maison depuis chez moi pour m’y rendre.

Je décide d’y aller à pieds et de profiter ainsi de la relative fraîcheur de la fin de la journée. L’air que je respire m’aide à ressourcer mon esprit et à mieux réfléchir.

L’été de la Saint-Martin touche à sa fin, heureusement. S’il y a une chose que je déteste, c’est bien les grosses chaleurs. Elles m’insupportent. Je le dis souvent à Chris, qui lui aime se pavaner sous un soleil de plomb, qu’il est plus facile d’avoir chaud en hiver (car on peut se couvrir de maints habits et couvertures) que d’avoir froid en été.

Bref, je pense à tout et à n’importe quoi, sauf à l’affaire qui me préoccupe.

J’arrive tranquillement chez les Douglas. Jenna ne tarde pas à m’ouvrir.

Je suis tellement frappé par son changement physique que je recule d’un pas.

- Jenna Douglas ?, je demande d’un air embarrassé.

Elle me tend la main.

- Vous devez être Maître Carson. Je suis allée voir Jason cet après-midi. Il m’a parlé de vous.

Elle me fait entrer dans son salon impeccable.

- Pour tout vous dire, je vous attendais.

Je pose à nouveau les yeux sur la femme de Jason Douglas. Je ne l’ai vu qu’en photographie, à l’époque du drame. Quatorze ans ont passé, et j’ai devant moi un zombie.

Sur les clichés de l’époque, Jenna était une femme plutôt jolie, avec de hautes pommettes, une abondante chevelure rousse et dont les formes sensuelles ont dû faire tourner la tête de nombreux admirateurs.

La Jenna que j’ai devant moi n’a plus rien de l’éclat d’avant. Son visage est fermé, ses joues creuses, ses cheveux coupés courts mode garçonne. Et elle a, à vue d’œil, perdu une bonne quinzaine de kilos. On voit ses os saillir sur ses bras dénudés et on pourrait bien flanquer deux personnes comme elle dans le tee-shirt ample qu’elle porte.

Elle m’invite à m’asseoir et je décline le verre qu’elle me propose. Je veux rentrer tôt pour pouvoir border ma petite fille.

Je regarde la baie vitrée par laquelle on peut y voir le jardin qui a servi de scène au drame de 1998.

Je ne veux pas m’attarder. Aussi je commence :

- Madame Douglas. Je sais que ce vous avez raconté cette histoire à maintes reprises à la police, et moi-même je commence à la connaître par cœur, mais j’ai besoin de l’entendre de votre bouche.

Jenna triture nerveusement un mouchoir en papier qu’elle tient dans la main. Cette femme est malheureuse et mal dans sa peau. C’est la réflexion que je me fais en la voyant.

- Ce n’est pas très compliqué, vous savez. Lorsque je me suis réveillée, j’ai…

Je l’interromps :

- Est-ce quelque chose qui vous a réveillé ? Un bruit ?

- Non, aucun bruit. Mon cycle de sommeil venait de s’achever. Je suis descendue dans le salon et la première chose que j’ai remarqué, c’est que la baie vitrée était grande ouverte. J’ai vu les traces de sang seulement après. Puis Jason est apparu, les mains et le pantalon couvert de sang. J’ai manqué m’évanouir. Jason était en état de choc, il me disait qu’il y avait un homme dans notre jardin. Qu’il était nu et mort.

- Qu’avez-vous fait ?

- La première chose que j’ai eue à l’esprit était de lui demander s’il était sûr que l’homme est mort.

- Qu’a-t-il répondu ?

- Qu’il en était sûr car il l’avait retourné et lui avait fait un massage cardiaque sans succès. Je lui ai dit d’appeler la police immédiatement.

- Etes-vous allée dans le jardin voir l’homme ?

- Non. Jason me l’a interdit.

Elle sourit tristement.

- Jason a toujours été trop protecteur avec moi. Il me savait fragile.

- Madame Douglas, connaissiez-vous Stan Hornby.

Elle pose sur moi un regard mort. Je vois les cernes sous ses yeux.

- Je vois où vous voulez en venir, Maître Carson. Je me suis inscrite sur un site de rencontres extra conjugales. Une bien belle erreur. Une de mes amis m’avait poussée à le faire. Mais je n’ai jamais franchi le pas. Je n’ai jamais rencontré personne. J’ai toujours été fidèle à mon mari.

- Et lui, est-ce qu’il vous était fidèle, Madame Douglas ?

Je pense à ce que m’a dit Lucie Millan. Jason semblait ne plus aimer sa femme.

Jenna s’offusque et son maigre visage s’empourpre.

- Je ne vous permets pas, Monsieur Carson !

Des larmes coulent sur ses joues, abondantes. Sa voix tremble.

- Regardez-moi ! Regardez ce que je suis devenue ! Ne croyez-vous pas que je souffre assez comme ça ? Je n’ai pas à supporter en plus vos insultes.

Je suis surpris par son emportement. Je n’ai pourtant rien dit de vexant. Je me défends :

- Je vous ai juste posé une question.

Elle se reprend.

- Excusez-moi. Je suis vraiment à cran.

- Ce n’est rien. Mais je vais vous dire pourquoi je vous ai posé cette question. Je suis allée voir Lucie Millan. Vous vous seriez confiée à elle à propos de votre couple.

Jenna a un rictus.

- Lucie Millan a toujours été jalouse de moi. Elle avait le béguin pour Jason. Elle voulait le mettre dans son lit. Pire, elle voulait l’entraîner dans ses sordides soirées échangistes.

- Ce n’est pas ce qu’elle m’a dit.

- Elle a tout fait pour me séparer de Jason. Jusqu’à me faire croire qu’il ne m’aimait plus. Elle m’a incitée à aller sur ce maudit site, pour essayer de mettre la main sur mon mari.

- Vous avez consulté la page de profil de Stan Hornby.

- J’en ai consulté plusieurs. Mais je n’ai pris contact avec aucun d’eux. Je ne me rappelais même plus de Stan Hornby avant le drame.

Je regarde ma montre. Il se fait tard.

- Une dernière chose : Jason prétend que l’arme de crime, un 38 avec un silencieux, lui a été dérobé au cours d’une soirée entre vous, les Millan et le Cavendish.

Jenna hausse ses frêles épaules.

- C’est ce qu’il prétend, je ne sais rien à ce sujet.

- Mais toujours selon Lucie Millan, ce vol n’a pas été possible car Jason avait remis l’arme sous clé, avait posé la clé dans sa poche, et que tout le monde est parti tout de suite après.

Elle hoche la tête.

- Je m’en souviens. J’étais très en colère contre Jason. Il n’avait pas le droit de montrer cette arme. C’était un… souvenir de famille.

J’acquiesce, sans lui dire que je connais les origines de l’arme. Je ne suis pas là pour ça.

- Aurait-elle pu être volée un autre jour ?

- Sans doute… je ne sais pas.

Mes questions l’embarrassent. Je décide de prendre congé.

Je marche jusqu’à la maison. La nuit commence à tomber. Et moi, je suis dans tous mes états. Parce que quelque chose, dans la conversation que je viens d’avoir avec la femme de Jason, me perturbe. Et j’ignore quoi, ce qui me perturbe davantage.

J’essaie de rassembler mes idées, mais sans succès. Je repars de chez les Douglas avec encore plus de questions qu’en y entrant.

 

La semaine prochaine : 9/10 - Une soirée fructueuse

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 06/12/2015 10:33

Tout en Jenna est perturbant... Pas très sympathique la dadame. :-)

Mr. Peyton 08/12/2015 23:15

Bah, elle a quand même proposé un verre à Matt, elle sait au moins recevoir ;-)