Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Matt Carson : 5/10 - Un dîner avec les Cord

Résumé : Ma première grosse affaire est très particulière. Il s'agit de rouvrir une vieille affaire de meurtre datant de 1998. A Chesnut Street, un homme a été retrouvé mort assassiné dans le jardin d'une maison à Chesnut Street. Un homme, Jason Douglas, a été arrêté et reconnu coupable du meurtre. Il est toujours en prison.

Intrigué, je saisis l'énorme dossier de l'affaire Douglas et commence à le parcourir. Seulement, tout porte à croire que Douglas est effectivement le meurtrier. Pourtant, Steven semble penser que Cavendish, le voisin des Douglas, n'est pas étranger au meurtre.

Le nouvel indice qui va permettre de réouvrir l'enquête tend à prouver qu'effectivement Cavendish n'est pas tout blanc : on vient de retrouver l'arme du crime enterré dans son jardin !

Je vais voir Jason Douglas en prison. Il pense que l'arme du crime, un 38 qui n'était pas enregistré, lui a été dérobé au cours d'une soirée entres amis où il s'était vanté d'avoir cette arme.

Matt Carson : 5/10 - Un dîner avec les Cord

Le dîner se passe merveilleusement bien. Je savoure les moments partagés avec la famille Cord.

Chris est également à la fête. Malgré le peu de temps qu’il lui était donné, il a organisé un repas majestueux. C’est un vrai cordon bleu,  mon Chris.

Nous commençons par une soupe à l’oignon, suivie d’une salade de palourdes et d’un confit de canard servie avec une purée de poireaux et pommes de terre. Un vrai délice. Tout le monde se régale.

Pendant le dîner, nous parlons de nos petites vies respectives. La petite Julia dit qu’elle veut devenir infirmière. Je m’esclaffe.

- La semaine dernière, tu voulais être chanteuse.

- Ca, c’était la semaine dernière, me dit-elle avec malice en tournant un index autour d’une mèche de ses longs cheveux bruns.

Linda me regarde d’un air entendu.

- Je la préfère en infirmière plutôt qu’en chanteuse.

- Je chante bien, rétorque la gamine.

Brian nous offre son large sourire qui se répercute jusque dans ses yeux.

- La semaine prochaine, je suis sûr qu’elle voudra devenir avocate.

La conversation se poursuit dans la bonne humeur. Chris parle beaucoup de notre petite Allie. Il s’émerveille devant ses sourires, ces mimiques.

Je l’écoute parler avec un pincement au cœur. Car je réalise que je passe à côté de petits instants de bonheur à cause de mon travail, trop prenant.

Avant le dessert (une tarte tatin et sa crème glacée à la vanille faite maison), Linda et Julia suivent Chris dans la chambre d’Allie.

Seul avec Brian, j’évoque enfin notre affaire.

- Comment s’est passé l’interrogatoire avec Cavendish ?

- Il a tout nié. Il dit qu’il ne savait pas que l’arme du crime était enterrée dans son jardin.

- Tu l’as cru ?

Brian hausse les épaules et prend son temps pour répondre.

- Franchement ? Je n’en sais rien. Mais je me dis que si j’étais coupable d’un crime, je ne penserais pas à enterrer l’arme dans ma propriété. Je l’aurais jetée dans une benne, ou un truc de ce genre.

J’inspire profondément et je me dis qu’il a raison.

- Tu lui as parlé de sa déclaration ? Du fait qu’il a dit avoir entendu la détonation alors qu’il était trop loin.

Brian acquiesce.

- Il m’a dit qu’il ne se souvenait plus vraiment. Mais qu’il est possible qu’il ait cru entendre le coup de feu parce qu’il savait que Jason Douglas possédait une arme avec silencieux.

- Ou il a pu entendre un autre bruit qui s’apparente à celui d’un silencieux.

- Matt, je te rappelle que tu es l’avocat de Douglas, pas celui de Cavendish.

Je secoue la tête, perdu dans mes pensées. Brian m’en extirpe par une question dérangeante.

- Est-ce que tu crois Douglas coupable ?

Je porte une gorgée de vin à la bouche et la savoure avant de répondre.

- Non, je l’ai lu dans ses yeux. Je ne pense pas qu’il ait tué Hornby.

- Mais tu ne penses pas que Cavendish soit l’assassin, n’est-ce pas ?

Je préfère répondre à sa question par une autre question.

- Tu l’as interrogé. Dis-moi s’il a le profil d’un tueur.

- Cavendish ? Je n’en sais rien. A vrai dire, je ne suis pas certain qu’il existe un profil de tueur. Un criminel peut se cacher n’importe où. Ça peut être le facteur qui te salue chaque matin en t’apportant le courrier, le boucher qui te sourit et t’offre quelques kilos de charcutailles en plus, le coiffeur qui te parle de ta permanente. Combien de fois as-tu entendu dire d’un tueur : « C’était un homme sans histoire… on ne comprend pas… ce n’est pas possible » ?

Brian a raison. Un criminel pour se cacher n’importe où dans notre société, et souvent ce n’est pas la personne qu’on croit.

Je nous recentre sur l’affaire.

- As-tu parlé à son épouse ?

- Oui. Cavendish était avec elle. Une femme sans histoire apparemment. Douce, aimante, qui soutient son mari. Pas le genre de femme à se mettre en avant.

- D’après la théorie de ton père, c’était elle qui avait rendez-vous avec Hornby. Et c’est Cavendish qui les aurait surpris. Il aurait alors sorti l’arme qu’il aurait dérobée à Jason Douglas. Hornby se serait enfui vers les cyprès, aurait passé de l’autre côté de la barrière, chez les Douglas, au moment où Cavendish aurait fait feu.

Brian hausse les épaules.

- Ca se tient. Je peux toujours essayer de voir si la femme de Cavendish était membre du site internet de rencontres. Mais après quatorze ans, ça paraît difficile à savoir.

J’opine.

- D’autant plus qu’en 1998, Internet en était à ses débuts. Le site de rencontres où Hornby était inscrit n’existe plus, j’ai vérifié.

J’entends Chris et Linda rire dans la cuisine. Ils ont dû laisser Julia auprès d’Allie et ils doivent sans doute disposer le dessert.

- Douglas m’a dit que l’arme qu’il possédait lui a été volé un soir où il avait invité deux couples : parmi eux les Cavendish.

- Il est possible que Cavendish prévoyait déjà de tuer Hornby. Si ça se trouve, Hornby avait une liaison avec sa femme depuis un certain temps déjà. Douglas lui a montré l’arme et il a eu un déclic dans sa tête. Il a su dès cet instant ce qu’il comptait faire.

Je hoche la tête.

- Il faudrait arriver à prouver que la femme de Cavendish avait une liaison suivit avec Hornby. Ça me paraît difficile après tout ce temps.

- Ecoute, Matt. Il y a peut-être quelqu’un qui pourrait t’aider à en savoir plus.

- Qui ?

- Tu m’as dit que le soir où l’arme a disparu chez les Douglas, il y avait deux couples qui étaient invités. Va voir le deuxième. Le mari ou la femme sait peut-être quelque chose au sujet d’une liaison entre Hornby et Mme Cavendish. J’irais de toute façon l’interroger dans le cadre de l’enquête, mais si tu me devances, je n’y vois pas d’inconvénient.

Brian a raison. C’est la seule chose que je peux faire pour l’instant. Cet entretien m’a donné faim et j’accueille avec joie la tarte tatin de Chris.

Je vois les yeux de Chris briller d’un éclat particulier. Il a un sourire aux lèvres et je me demande ce qui le met d’aussi bonne humeur.

Je décide de parler d’autre chose, histoire de ne pas trop plomber l’ambiance chaleureuse de cette soirée.

- Brian, ton père est déjà parti ?

- Oui. Ce matin.

- Quelle chance il a ! Faire le tour du monde. Il m’a dit qu’il n’était pas sûr de revenir à Peyton Place.

- Il faudra bien qu’il revienne, intervient Linda.

Chris se met à pouffer et, ne comprenant rien à la situation, je hausse les sourcils.

- Dans sept mois, affirme Brian avec un sourire. S’il ne veut pas rater la naissance de son deuxième petit-enfant.

Tout devient clair dans mon esprit. Linda a dû annoncer la bonne nouvelle à Chris dans la cuisine.

Je souris, félicite chaleureusement le futur père d’une poignée de main et m’en vais embrasser la maman.

- Ça mérite d’ouvrir une bonne bouteille de champagne.

Linda fait la moue.

- Et comme toujours, c’est l’intéressée qui n’en profitera pas.

Nous rions tous les quatre.

 

La semaine prochaine : 6/10 - Mes deux collaboratrices

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 11/11/2015 09:56

Oh quelle bonne nouvelle ! Pour ce qui est de l'affaire, c'était décidément trop simple de suspecter Cavendish...

Mr. Peyton 12/11/2015 16:46

Eh oui... Betty et Steven sont mémé et pépé pour la deuxième fois! ;-)

Oui, il fallait bien un tout petit peu compliquer une affaire pas très complexe au départ :-)