Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Matt Carson : 4/10 - Rencontre avec Jason Douglas

Résumé : Je m'appelle Matthew Carson et j'ai... peu importe mon âge, ce n'est pas le plus important dans l'histoire. J'ai repris le cabinet d'avocat de Steven Cord, ce dernier venant de prendre une retraite bien méritée. Je reviens donc m'installer à Peyton Place, ville qui m'a vu naître, mais pas grandir.

Ma première grosse affaire est très particulière. Il s'agit de rouvrir une vieille affaire de meurtre datant de 1998. A Chesnut Street, un homme a été retrouvé mort assassiné dans le jardin d'une maison à Chesnut Street. Un homme, Jason Douglas, a été arrêté et reconnu coupable du meurtre. Il est toujours en prison.

Intrigué, je saisis l'énorme dossier de l'affaire Douglas et commence à le parcourir. Seulement, tout porte à croire que Douglas est effectivement le meurtrier. Pourtant, Steven semble penser que Cavendish, le voisin des Douglas, n'est pas étranger au meurtre.

Le nouvel indice qui va permettre de réouvrir l'enquête tend à prouver qu'effectivement Cavendish n'est pas tout blanc : on vient de retrouver l'arme du crime enterré dans son jardin !

Matt Carson : 4/10 - Rencontre avec Jason Douglas

En sortant du poste de police, je saisis mon IPhone et dis à Jen de s’occuper de la demande de visite à la prison pour mon nouveau client.

- Pour quand ? »,  me demande-t-elle.

-Hier », je lui réponds.

Je prends ensuite un tardif et rapide déjeuner au Cider Barrell, composé d’une salade et d’un grand verre d’eau fraîche, et je file direction la Prison d’Etat du Comté de Peyton.

Elle est implantée à White River. Il me faut trois quart d’heures pour m’y rendre.

Au parloir, Jason Douglas lève vers moi des yeux gris fatigués. Des poches se sont formées sous ses yeux, preuve de manque de sommeil. Il paraît très maigre dans son costume orange de prisonnier. Trop maigre. M’est avis qu’il a perdu pas mal de kilos depuis onze ans qu’il est enfermé.

Il paraît surpris de me voir. Je lui explique rapidement la situation. Je lui parle de l’arme qu’on a retrouvée dans le jardin des Cavendish.

Il ouvre de grands yeux, interloqués par mes propos.

- Incroyable !

- Monsieur Douglas, avant de continuer, je voudrais que les choses soient claires. Voulez-vous que je devienne votre avocat ?

- Est-ce que vous croyez en mon innocence ?

Je n’aime pas qu’on réponde à ma question par une autre question. Mais celle de Jason Douglas me paraît légitime. En même temps qu’elle m’embarrasse.

Je réfléchis et pèse mes mots avant de lui dire :

- Lorsque j’ai lu les minutes du procès, j’ai eu tendance à vous croire coupable. Mais je connais Steven Cord. C’est un homme intelligent et de surcroît plein de bon sens. S’il est persuadé de votre innocence, c’est qu’il a de bonnes raisons. Disons que pour l’instant, je reste sceptique, mais ouvert à la possibilité d’une éventuelle erreur judiciaire. C’est pourquoi je suis ici.

Douglas ferme les yeux un instant. Puis les rouvre et je peux voir dans son regard de la sincérité.

- Je vous remercie pour votre franchise, Maître Carson. Puisque vous être mon nouvel avocat, appelez-moi Jason.

Je lui fais un signe de tête à la fois affirmatif et encourageant, lui faisant comprendre que lui et moi, nous allons trouver une solution pour le faire sortir de prison.

Je commence par lui demander de me retracer les faits. C’est toujours mieux de l’entendre de la bouche même de l’intéressé plutôt que de lire ses déclarations sur papier.

Il me raconte l’histoire que je connais déjà : ce 9 mai 1998, il se réveille.

Je l’interromps.

- Votre épouse était déjà réveillée ?

- Non, elle dormait encore. J’aime me lever avant elle. Ça me permet d’avoir un peu de temps pour moi.

- Continuez.

- Je vais directement dans la cuisine pour passer le café. Puis je me rends au salon pour ouvrir la porte fenêtre et laisser entrer un peu de fraîcheur, et c’est là que je vois les traces de sang. Je suis allé dans le jardin et j’ai découvert l’homme nu au bout du jardin, coincé dans un cyprès.

- L’avez-vous trouvé tout de suite.

Il hoche la tête.

- L’un des cyprès était couché, sans doute à cause de la chute de l’homme. Je l’ai vu immédiatement.

- Qu’avez-vous fait ensuite ?

- J’ai paniqué. L’homme était couché sur le ventre. Il fallait que je sache s’il était encore en vie. C’est la première chose qui m’est venue à l’esprit. Alors je l’ai retourné.

D’où la présence de l’ADN de Jason sur le corps de la victime. Jason baisse les yeux. Il revit ces terribles instants. Je décide de ne pas insister sur les détails.

- Jason, savez-vous quelle théorie avait Steven Cord à propos de ce meurtre ?

- Il pensait John Cavendish coupable parce qu’il a menti. Il a dit avoir entendu la détonation du silencieux. Mais à l’endroit où il était, il était impossible de l’entendre.

- Et selon Steven, comment se serait dérouler la scène du crime ?

- Maître Cord pensait que John avait surpris sa femme au lit avec Hornby. Celui-ci, poursuivit par Cavendish, a tenté de fuir en direction de mon jardin. Une fois qu’il a franchi les cyprès, Cavendish a tiré.

- Est-ce que vous croyez à cette histoire ?

Jason sourit faiblement.

- Maître Carson, je croirais à toutes les histoires qu’on me raconte si cela pouvait me permettre de sortir de ce trou.

J’ose un léger sourire à mon tour. J’aime sa façon de parler.

Je lui dis :

- Parlez-moi du vol de votre arme.

- Un 38 qui n’était pas enregistré. Mais je pense que vous le savez déjà.

- D’où venait-elle ?

Il est embarrassé. Qui ne le serait pas dans ces conditions. Je me penche vers lui.

- Je vous rappelle que je suis votre avocat. Rien de ce que vous dites ici ne sortira de ses murs.

- Il appartenait au père de Jenna. Il fricotait avec la mafia. Il lui a donné cette arme le jour où elle avait failli se faire agresser. C’était pour se défendre.

Un flingue qui appartenait à la mafia. De mieux en mieux !

- Vous avez prétendu qu’on vous l’avait volée…

- Un soir, nous recevions du monde à dîner. Nous avions un peu trop bu et j’ai eu tendance à me vanter d’avoir cette arme. Elle était cachée sur le haut de l’armoire de la salle à manger. Je l’ai montrée aux invités, sous le regard furieux de Jenna. Puis je l’ai remis à sa place. C’est la dernière fois que je l’ai vue.

- Vous pensez qu’un des invités a pu le dérober ce soir-là ?

Jason hausse les épaules.

- Je ne veux pas porter de fausses accusations. Je sais à quel point elles peuvent faire mal. J’en suis la preuve vivante.

- Qui étaient invités à ce dîner ?

- Deux couples habitant à Chesnut Street : les Millan et les Cavendish.

Je relève la tête et pose sur Jason un regard empreint de sous-entendu.

- Une dernière chose : comment expliquez-vous les traces ADN de Hornby retrouvés dans votre salon alors que vous prétendez qu’il n’y a jamais mis les pieds ?

Jason secoue la tête.

- Je ne vois qu’une explication : j’ai touché le corps d’Hornby pour voir s’il était mort. J’ai pris son pouls, je l’ai secoué. Puis je suis retourné immédiatement dans le salon pour appeler la police. Je pense que j’ai trainé avec moi des traces du cadavre.

Ça tient la route. Mais pourquoi je n’arrive pas à penser comme Steven ?

Je pense à Cavendish. En ce moment, il doit être interrogé par Brian.

Je regarde ma montre. Pas trop tard pour inviter Brian et Linda à dîner.

Je téléphone à Chris pour savoir s’il est capable d’organiser un bon repas. Il est aux anges. C’est un hôte hors pair qui adore recevoir du monde. Il commence déjà à songer au repas avant même d’avoir raccroché.

Je passe un coup de fil à Brian qui accepte l’invitation.

Il sait tout comme moi que nous parlerons de l’affaire Douglas devant un bon verre de Chardonnay.

 

La semaine prochaine : 5/10 - Un dîner avec les Cord

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 11/11/2015 09:49

Au moins il ne se mouille pas quand on lui demande s'il croit à l'innocence de son client !

Mr. Peyton 12/11/2015 16:41

Je pense qu'il a répondu avec sincérité à la question :-)