Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 774. Explications avec Hannah

Je n’avais plus rien. J’avais perdu mes rêves, mes deux fils, ma dignité. Il me fallait repartir à zéro. Et sans argent, comment aurais-je pu faire ?

Episode 774. Explications avec Hannah
CHALET PRES DE WHITE RIVER
Paul regarde par la fenêtre, tandis que Rachel, Scott et le petit Harry se tiennent devant la cheminée.
 
SCOTT (Qui se remet à peine de ses émotions)
Wahouh ! C’était quoi, ça ? !
 
PAUL (Toujours le nez à la fenêtre)
Je crois qu’il est parti pour de bon. A mon avis, il a dû suivre la colline. J’espère qu’il va pas tomber sur la troupe.
 
RACHEL
La troupe ?
 
SCOTT
Notre troupe de boy scout est partie en excursion sur le sommet de la montagne.
 
RACHEL
Ce type en veut à moi. S’il tombe sur vos amis, il ne leur fera rien. En tout cas, je vous remercie. Vous avez fait preuve de sang-froid et de rapidité devant le danger.
 
PAUL
C’est l’esprit scout, M’dame. Mais ça n’empêche pas de nous expliquer ce qui se passe. Parce que vous nous devez une explication, vous comprenez ? Va falloir qu’on explique à la troupe pourquoi la porte d’entrée du chalet a été défoncée.
 
RACHEL
C’est très compliqué. Disons simplement que l’homme qui me chasse est un méchant.
 
SCOTT
Et vous êtes la gentille… Mais qu’est qui nous dit que c’est la vérité ?
 
RACHEL
Vous n’êtes pas obligés de me croire. Je vous remercie pour tout.
 
Rachel tousse. Le petit Harry lui tire la manche de son pull pour attirer son attention.
 
HARRY
Paul il a ramené un sirop pour la toux pour adulte, si vous voulez.
 
SCOTT
Tais-toi, têtard !
 
RACEHL (Elle ne relève pas)
Encore merci. Ne vous inquiétez pas pour la porte. Je la ferais réparer. 
 
SCOTT
Si vous finissez pas trouée comme un gruyère par l’asiatique.
 
PAUL (Le réprimandant)
Scott !...
 
Rachel s’apprête à sortir.
 
PAUL
Où vous allez ?
 
RACHEL
Je… je dois retourner au bord de la route. J’y ai laissé un ami. J’ai peur que…
 
PAUL
Vous pouvez pas partir comme ça. Je veux dire, seule. Laissez-moi vous accompagner.
 
RACHEL (Elle sourit à Paul)
C’est gentil, vraiment j’apprécie. Mais c’est trop dangereux. Je ne veux mettre personne d’entre vous en danger.
 
SCOTT
C’est ce que vous venez de faire, pourtant. Je vous rappelle qu’il y a pas encore cinq minutes, on était sous le plancher avec un taré qui portait un flingue sur lui.
(Il secoue la tête, comme enchanté)
Quand je vais raconter ça à Judy, sûr qu’elle voudra sortir avec moi.
 
PAUL (A Rachel)
Excusez le. Scott est pas très doué quand il s’agit d’être diplomate.
(Il saisit son manteau qui se trouve sur le dos d’une chaise)
Je viens avec vous. Vous avez pas le choix, M’dame.
(A Scott)
Scott, tu restes ici et tu prends soin du têtard.
 
HARRY
Arrêtez de m’appeler « têtard » !
 
 
MONTMARTRE – MAISON D’HANNAH CORD
Steven est maintenant assis sur le canapé, près de la cheminée. Tyrone Dervish n’est pas dans la pièce, Hannah est sur un fauteuil. Elle se sert une tasse de thé.
 
HANNAH
Tu es sûr que tu ne veux pas une tasse ?
 
STEVEN
Si le thé est un autre moyen de faire diversion…
 
HANNAH (Ignorant la phrase de Steven)
Lorsque je suis partie de Peyton Place, à la demande expresse de Jack, j’ai pensé que le meilleur moyen de redémarrer ma vie serait de retourner en France. J’avais déjà vécu à Paris quelque temps et la capitale me manquait. J’avais de l’argent de côté.
 
STEVEN
L’argent de Malooga ?
 
HANNAH
Jack avait décidé de ne pas porter plainte pour le détournement de fonds. Et il ne voulait pas de l’argent de Malooga. 
 
STEVEN
Normal. C’était de l’argent sale. Mais ça ne t’a pas empêché de mettre la main dessus.
 
HANNAH
Que voulais-tu que je fasse ? Je n’avais plus rien. J’avais perdu mes rêves, mes deux fils, ma dignité. Il me fallait repartir à zéro. Et sans argent, comment aurais-je pu faire ?
 
STEVEN
Tu es consciente que tu risques la prison si jamais je te dénonce à la police ?
 
HANNAH
Tu ne le feras pas.
 
STEVEN
Comment peux-tu en être si sûre ?
 
HANNAH
Je te connais Steven. N’oublie pas que je t’ai élevé. Tu es mon fils, même si tu n’es pas du même sang que moi.
 
STEVEN
Dieu m’en a préservé… Continue.
 
HANNAH
Je suis venue m’installer ici, à Montmartre. Un quartier que j’ai toujours aimé.
 
STEVEN
Et tu y as vécu avec l’argent de Malooga ?
 
HANNAH
Oui. Mais la source se tarit, Steven. J’ai fait quelques investissements qui ne se sont pas avérés très fructueux. Pour faire simple, j’ai perdu de l’argent. A un tel point que j’ai bien cru devoir vendre cette petite maison.
 
STEVEN
Tu n’as jamais pensé à travailler pour subvenir à tes besoins plutôt que de vivre avec de l’argent sale ?
 
HANNAH
L’idée m’a traversée l’esprit. Mais pour être sincère, l’argent de Malooga me chatouillait les narines. J’aurais pu ne pas m’en servir, mais c’était plus fort que moi. C’était trop tentant.
 
Steven respire profondément. On dirait qu’il est soulagé d’un poids et cela étonne Hannah.
 
HANNAH
Qui a-t-il ?
 
STEVEN
Rien. Si ce n’est que pour la première fois depuis très longtemps, je te sens tout à fait honnête. Et ça fait du bien.
 
HANNAH
Je te disais donc que j’étais en difficulté financière. Et puis cet homme est venu me voir.
 
STEVEN
Qui ?
 
HANNAH
Un type que je ne connaissais pas. Un certain Manny Amos. Un homme très riche et visiblement très puissant.
 
STEVEN
Que voulait-il ?
 
HANNAH
Faire tomber Jack. Il m’a demandé si je possédais quelque chose pour le faire tomber. Il était très persuasif.
 
STEVEN
Que veux-tu dire par : persuasif.
 
HANNAH
Il m’a rappelé que si j’étais en exil en France, c’était de la faute de Jack. Qu’il n’a rien fait pour me venir en aide lorsque j’étais accusée de meurtre. Ces belles paroles ont eu effet sur moi.
 
STEVEN
Tu te rends compte de ce que tu dis ? Jack n’a pas porté plainte contre toi. S’il l’avait fait, tu serais encore en train de croupir en prison pour ce détournement de fonds.
 
HANNAH
Je ne voyais pas les choses sous cet angle, à l’époque. Il faut que tu comprennes que ce Manny Amos est un homme qui a des ressources, et qui sait très bien manipuler les gens. Il m’a offert une énorme somme d’argent pour que je lui livre les squelettes que Jack a dans son placard. Là aussi c’était trop tentant. Il m’offrait de quoi me remettre sur pied.
 
STEVEN
Sauf que tu lui a livré un squelette de ton placard, et pas du placard de Jack. Est-ce qu’il t’a dit pourquoi il en voulait à Jack ?
 
HANNAH
Une vengeance. Mais ce n’était pas important. A l’époque, je méprisais Jack parce que je pensais qu’il était la cause de tous mes soucis. Il m’avait ordonné de quitter le pays en me menaçant d’aller porter plainte si je ne le faisais pas. En m’envoyant en France sans possibilité de retour au pays, il m’a coupé de tout : de toi, de la naissance de mon petit-fils…
 
STEVEN
Ce n’est pas lui qui t’a coupé de moi, mais toi. Tu ne t’en rends pas compte ?
 
HANNAH
Maintenant si. Je regrette, Steven. Si tu savais comme je regrette. Je n’ai aucune excuse pour ce que j’ai fait. Il ne se passe pas un jour sans que je regrette mon acte.
 
STEVEN
Tu as la possibilité de rectifier le tir.
 
HANNAH
Comment ?
 
STEVEN
Le gars qui était avec moi, Ty Dervish, est journaliste à la télévision locale. Il est venu ici avec son équipe pour t’interviewer. Tu vas tout déballer. Tu vas tout raconter de A à Z, sans rien omettre et sans mensonge.
 
HANNAH
Je… je ne peux pas faire ça. Ce Manny Amos va me tuer.
 
STEVEN
C’est un risque à prendre. Maman, tu as la possibilité de racheter tes fautes. En parlant, en racontant tout, tu vas régler pas mal de choses à Peyton Place. En premier lieu mon problème avec Betty.
 
HANNAH
Tu ne peux pas me forcer à faire ça. Si je raconte tout, je risque la prison.
 
STEVEN
Tu n’as pas le choix. Tu es dans une impasse. Tu m’as dit tout à l’heure que tu étais persuadée que je n’irais pas te dénoncer à la police pour t’être servie de l’argent sale. Tu as peut-être raison. Mais tu as oublié une chose importante : Betty. Je ne veux pas la perdre et si je dois choisir entre elle et toi, mon choix est vite fait. 
 
HANNAH
Tu bluffes !
 
STEVEN
Je suis sûr que tu es abonnée au Clarion. Tu sais ce qu’il se passe à Peyton Place entre Betty et Jack. Et je suis sûr que ça doit beaucoup t’amuser. Mais là, on ne rigole plus. Tu vas tout déballer, ou c’est moi qui déballe tout.
 
A suivre...

Vendredi, dans "Les Plaisirs de l'Enfer"...

PAUL
Votre gars est peut-être revenu sur ses pas. Il vaut mieux être prudents.

RACHEL
C’est bien pour cela que je ne voulais pas qu’un de vous vienne avec moi. Ça pourrait être dangereux.

PAUL
Vous ne m’avez pas toujours pas dit ce que ce type vous veut.

RACHEL
J’aimerais bien le savoir.

PAUL
Vous… ne savez pas pourquoi il vous court après avec un revolver ?

RACHEL
Je… j’ai perdu la mémoire. Ce type fait partie d’un passé dont je ne me souviens plus.

PAUL
Wouah… vous parlez d’une histoire !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 14/07/2015 08:20

Bravo Hannah ! Accuser ton propre fils biologique d'être à l'origine de tous tes déboirs est une grande preuve de maturité ! Enfin, c'est peut-être une façon de rester jeune... moins chère que la chirurgie esthétique :-D

Mr. Peyton 14/07/2015 10:23

Et paf, prends-ça dans les dents, ma chère Hannah ! Tu l'as bien méritée à force d'énerver nos lectrices ;-)