Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 761. La confrontation

La dernière fois que l’on s’est vu, tu n’y as pas été de main morte. J’ai eu droit à une dizaine de points de sutures, plusieurs jours d’hospitalisation et un savon du patron.

Episode 761. La confrontation

 

WHITE RIVER - HOTEL PREMIUM - CHAMBRE DE RACHEL
Rachel Welles observe l’homme en face d’elle. Son visage trahit la peur. L’homme avance, ce qui fait qu’instinctivement, Rachel recule. Il parvient alors à dépasser le pas de la porte.
Il s’avance toujours vers Rachel avec un sourire menaçant. Rachel continue de reculer jusqu’à toucher le pied du lit. A cet instant, un flash lui vient en mémoire.
 
*** FLASH-BACK***
Rachel revoit l’homme devant elle avec un revolver dans la main. Ils sont dans le salon d’une maison. Il semble chercher quelque chose. Le revolver d’une main, il ouvre les tiroirs du buffet et laisse tomber ce qu’il y a dedans par terre, mettant ainsi une belle pagaille dans la pièce. Puis il va près du canapé et soulève les coussins.
 
Rachel en profite pour saisir un vase lourd qui se trouve sur le guéridon près de l’entrée, et le fracasse sur l’homme, avec une telle violence que le vase se casse.
 
L’homme tombe à terre, inconscient. Les joues pleines de larmes, ses grands yeux tristes affolés, Rachel saisit le revolver que l’homme a fait tomber près de lui lors de sa chute.
 
Puis elle se précipite vers le secrétaire encore intact (l’homme n’a pas eu le temps de le fouiller). Elle sort un tiroir en tremblant, le retourne et décolle une enveloppe. Elle s’assure qu’il s’agit bien de billets de banque et d’une carte d’identité au nom de Mira Losco. Elle met l’argent, la pièce d’identité et le revolver dans son sac, et s’enfuit de la maison.
 
*** FIN DU FLASH-BACK***
 
Cruz di Santos regarde Rachel avec un rictus au coin des lèvres.
 
CRUZ
Tu te souviens de moi, n’est-ce pas ?
 
RACHEL
N… non, je suis amnésique.
 
CRUZ
Je ne sais pas si tu as été un jour amnésique, mais je sais que tu me reconnais, je le vois dans tes yeux.
 
RACHEL
Qu’est-ce que vous me voulez ?
 
Cruz éclate de rire.
 
CRUZ
Tu n’as pas une petite idée ?
 
RACHEL
Je ne sais pas ce que vous voulez, mais je vous en prie, laissez-moi tranquille. Je ne dirais rien à personne, je vous le promets.
 
De nouveau, Cruz éclate de rire.
 
CRUZ
J’ai toujours aimé ton sens de l’humour, Mira. Ou je devrais peut-être t’appeler Rachel. 
 
RACHEL
Qui êtes-vous ? Et que me voulez-vous ?
 
CRUZ
Assez joué maintenant. Je suis là pour une raison que tu connais déjà.
 
Il touche l’extrémité de son crâne.
 
CRUZ
La dernière fois que l’on s’est vu, tu n’y as pas été de main morte. J’ai eu droit à une dizaine de points de sutures, plusieurs jours d’hospitalisation et un savon du patron.
 
RACHEL
Le patron ? De qui parlez-vous ?
 
CRUZ
Tu te fiches de moi ? Tu sais très bien de qui je parle !
 
RACHEL
Je vous l’ai dit, je ne me rappelle de rien.
 
CRUZ
Le patron a finalement trouvé le plan. Mais il était furieux contre moi de t’avoir laissé partir. Imagine ma surprise lorsque je t’ai vu à Peyton Place avec ce bon à rien de Jack Peyton.
 
RACHEL
C’est vous qui m’avez tiré dessus !
 
CRUZ
Malheureusement, j’étais loin de la cible, d’où mon échec. Mais cette fois, Rachel, je ne vais pas te louper. Je ne vais pas te laisser gâcher nos plans. Nous sommes si près du but.
 
Cruz s’approche plus près de Rachel, encore plus menaçant.
 
 
MAISON DES CORD - CUISINE
Steven Cord est à table. Devant lui se trouve une assiette vide. Il lit le Clarion. Tout en terminant de cuisiner le bacon du petit déjeuner, Betty jette de temps en temps des coups d’œil à son mari qui, imperturbable, reste le nez plongé dans le journal.
Elle sert les œufs et le bacon, puis s’assoit à table. Un instant, ils mangent en silence. Puis Betty n’y tient plus.
 
BETTY
Tu vas me faire la tête encore longtemps ?
 
Steven ne répond pas et continue de manger en lisant.
 
BETTY
Je trouve ton attitude totalement enfantine. Même Brian n’agirait pas comme ça à son âge.
 
Toujours aucune réponse de Steven.
 
BETTY
Nous pouvons au moins parler. Mettre nos problèmes sur la table. Essayer de les résoudre.
 
Aucune réaction de Steven.
 
BETTY (Elle s’énerve)
Ce n’est pas en te comportant de la sorte qu’on va arranger les choses !
 
Steven ignore totalement Betty, comme si elle n’était pas là et qu’elle ne lui parlait pas. En colère, Betty jette sa serviette sur la table, repousse son assiette encore pleine du bacon et des œufs qu’elle n’a pas mangé, puis se lève en soupirant.
 
BETTY
Alors reste dans ton mutisme si ça t’amuse. Je vais aller réveiller Brian, il n’a pas l’habitude de dormir aussi tard, même un jour où il n’a pas école.
 
Elle quitte la pièce, laissant Steven seul. Il délaisse son journal. A sa tête, on voit qu’il déteste la situation dans laquelle il est. Il soupire. Il se lève et débarrasse les assiettes remplies, puis se sert une nouvelle tasse de café. Au moment où il replace la cafetière sur le plan de travail, Betty entre dans la cuisine, totalement affolée. Cette fois, Steven la regarde.
 
BETTY
Brian a disparu ! Il n’est pas dans sa chambre ! Ni dans la maison ! 
 

A suivre...

Mardi prochain, dans "Les Plaisirs de l'Enfer"...

SELENA
Pourquoi faites-vous tout cela pour moi ?

JAMES (Il rit pour masquer sa gêne)
Doit-il y avoir une raison ?

SELENA
Généralement, il y en a une.

JAMES
Eh bien, dans ce cas précis, il n’y en a pas. Ou plutôt si : il y a une raison. Celle d’aider une personne douée dans la création littéraire.

SELENA
Comment pouvez-vous savoir que je suis douée dans ce domaine ? Vous n’avez jamais lu un seul de mes écrits.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 29/05/2015 18:18

"Tu vas me faire la tête encore longtemps ?" ?!?
Ho-hé Betty, redescends sur terre... Tu n'as pas juste fait brûler le steak de ton mari...

Mr. Peyton 29/05/2015 19:14

Ce qui l'énerve, c'est le mutisme de son mari... Grrrr comme c'est agaçant de parler à quelqu'un qui vous ignore.
Quant au steak, elle l'a déjà brûlé à plusieurs reprises... mais hors caméra ;-)