Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 752. Chamailleries

Aujourd'hui, dans "Les Plaisirs de l'Enfer"...

"Je veux juste m’assurer que tu le lui feras rien de mal. Je te connais, Jack. Je t’ai rarement vu dans une telle colère et je sais que lorsque quelqu’un te fait du mal, tu n’hésites pas à le détruire. Je ne veux pas que tu détruises la vie de notre fils..."

Episode 752. Chamailleries

 

SALON DU MANOIR PEYTON
Lisa Peyton est assise sur le canapé, près de la table en forme d’échiquier. Elle lit le Clarion.
Mary est en train d’épousseter la cheminée avec un plumeau. Elle a l’air contrarié. Elle regarde de temps en temps Lisa qui est à son aise dans le canapé.
Puis elle va près de la table en forme d’échiquier et l’époussette. Enfin, elle se rend près de Lisa pour passer le plumeau sur le canapé. Le plumeau vient chatouiller le visage de Lisa, qui se relève brusquement.
 
LISA (Excédée)
Mais qu’est-ce que vous faites ?
 
MARY (Imperturbable)
La poussière. C’est généralement ce qu’on fait lorsqu’on a un plumeau dans la main.
 
LISA
Vous avez touché mon visage avec votre sale machin !
 
MARY
Je ne fais que mon travail.
 
LISA
Vous l’avez fait exprès !
 
MARY
J’ai un travail à faire, Mme Peyton. Je suis payée pour ça. En revanche, vous n’êtes pas payée pour lire le journal dans le salon.
 
LISA
Vous êtes insolente. J’en réfèrerais à Mr Peyton.
 
MARY (Elle soupire)
Faites donc, si ça vous amuse.
 
LISA
Ça ne m’amuse pas, mais j’en ai plus qu’assez de la façon dont vous me traitez ici.
 
MARY
Parce que j’ai touché votre visage de porcelaine avec mon plumeau ? Ça fait trois minutes que je tourne en rond parce que je dois nettoyer le canapé sur lequel vous êtes assise depuis deux heures. Figurez-vous que je n’ai pas que ça à faire.
Après le ménage, je dois aller vérifier le travail de Nellie à l’étage, ensuite, je dois aller faire les courses pour le dîner de ce soir, je dois ensuite passer au pressing chercher la veste de Mr Peyton… Et vous ? Vous faites quoi aujourd’hui ?
 
LISA
Vous me reprochez de ne rien faire, c’est ça ? Si votre patron n’avait pas mis en faillite la société pour laquelle je travaillais, je ne serai pas ici en ce moment, croyez-moi !
 
MARY
Vous ne faites rien de vos journées, et vous trouvez le moyen de mettre la faute sur quelqu’un d’autre… Comme toujours.
 
LISA
Vous n’avez pas à me parler ainsi !
 
MARY
Pourquoi ? Parce que vous êtes une invitée et moi la servante ?
 
LISA
Exactement !
 
Jack Peyton entre dans le salon.
 
JACK
Arrêtez de vous chamailler toutes les deux. On vous entend depuis l’étage !
 
LISA
Jack, j’aimerais que Mary ait un peu plus de considération à mon égard.
 
JACK
Ce n’est pas en aboyant contre elle comme un chien que tu arriveras à avoir la considération de Mary.
 
MARY
Bon, ce n’est pas tout, mais je dois aller faire les courses. J’aimerais poursuivre cette conversation stérile, mais le temps me manque.
(Elle se tourne vers Lisa et la regarde dans les yeux)
J’ai un métier… moi !
 
LISA (Toujours aussi excédée)
Très bien, allez faire vos courses et acheter vos maudites palourdes. Puisque vous faites exprès de nous servir votre soupe tous les jeudis alors que vous savez que je la déteste.
 
JACK
Ah au fait Mary, j’oubliais… Rachel m’a fait comprendre qu’elle avait un peu de mal à supporter la soupe de palourdes. Pourriez-vous éviter d’en faire ?
 
MARY (Elle soupire)
Très bien. Pas de soupe de Palourdes pour Miss Rachel.
 
Elle sort de la pièce.
 
LISA
Eh bien, il sortira au moins une chose positive de cette conversation : fini la soupe de palourdes. Il était temps.
 
JACK
Essaie d’être un peu moins agressive avec Mary. Elle a un caractère bien trempé, mais elle est excellente dans son domaine. C’est la meilleure gouvernante que je n’ai jamais eue et je ne veux pas la perdre.
 
LISA
Ce n’est pas de ma faute si elle me déteste !
(Elle balaye d’une main l’air)
Bon, n’en parlons plus.
 
Jack va se servir un café au buffet.
                                    
LISA
J’ai été obligé d’aller en ville acheter le Clarion. On m’a appris que tu n’étais plus abonné.
 
JACK
Inutile de gâcher de l’argent pour un torchon pareil.
 
LISA
Est-ce qu’il y a un moyen de te voir te réconcilier avec James ?
 
JACK
Il a été trop loin cette fois.
 
LISA
Il regrette, tu sais...
 
JACK
Eh bien moi aussi, je regrette. Mais je ne suis pas prêt à lui pardonner.
 
LISA
Jack, je... tu ne vas pas vouloir te venger de lui, n’est-ce pas ?
 
JACK
Tu as peur que je mette mon fils à terre ?
 
LISA
Je veux juste m’assurer que tu le lui feras rien de mal. Je te connais, Jack. Je t’ai rarement vu dans une telle colère et je sais que lorsque quelqu’un te fait du mal, tu n’hésites pas à le détruire. Je ne veux pas que tu détruises la vie de notre fils.
 
JACK (Il se tourne vers Lisa et boit une gorgée de café)
Ne t’inquiète pas pour James…
 
La façon dont il prononce cette phrase n’est pas pour rassurer Lisa.
 
 
POSTE DE POLICE DE PEYTON PLACE, BUREAU DE BILLY CHAMBERS
Billy Chambers est assis sur son bureau lorsque la jeune Ellen Hayes entre dans la pièce. Son visage reste comme toujours imperturbable, mais ses yeux pétillent, preuve qu’elle est contente. Billy la regarde.
 
BILLY
Quoi ?
 
ELLEN
J’ai retrouvé Clive Hopkins.
 
BILLY (Etonné)
Déjà ?
 
ELLEN
Ce n’était pas compliqué. Il a un casier judiciaire.
 
BILLY
Qu’est-ce qu’il a fait ?
 
ELLEN
Il a accepté un pot de vin d’une grosse société dont il était l’avocat. Il a entravé une enquête judiciaire pour éviter la prison à son client. Il a été rayé du barreau, s’est chopé une amende de 50.000 dollars et a fait six mois de prison ferme.
 
BILLY
Rien que ça ! Et où il se trouve maintenant, ce gentil garçon ?
 
ELLEN
Tu ne vas pas le croire !
 
BILLY
Ellen… je n’aime pas les devinettes…
 
ELLEN
A seulement dix kilomètre d’ici. A White River !
 

A suivre...

Vendredi prochain, dans "Les Plaisirs de l'Enfer"...

JACK
Y a-t-il encore une chance ?

CRUZ
Très franchement, Jack, je suis très pessimiste.

JACK (D’une voix amère)
C’est donc cette arriviste de Betty Cord qui va devenir maire de Peyton Place. La ville court à sa catastrophe. Elle n’y connaît rien en politique. Les habitants de cette ville devraient au moins s’en rendre compte.

CRUZ
Les habitants de cette ville voient surtout ce qui est en surface.

JACK
Nous n’allons pas déclarer forfait, Cruz. On va se battre.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 02/05/2015 20:40

Ah ben Jack est au moins lucide au sujet de Mary, ça fait plaisir de voir ça !
Pour le reste... ce n'est pas pour nous rassurer tous ces sous-entendus :-(