Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 750. Sur les traces du passé

Aujourd'hui, dans "Les Plaisirs de l'Enfer"...

"Il n’y a aucune vengeance dans toute cette histoire. Je le répète, je veux faire de Peyton Place une ville économiquement dynamique. Et honnête aussi. Et je pense qu’une personne soupçonnée de détournement de fonds n’est pas la personne la plus à même d’occuper la fonction de maire de cette ville."

Episode 750. Sur les traces du passé
BOSTON SOUS LA NEIGE
Billy Chambers et Ellen Hayes sortent de l’établissement appelé le « City Bar ». Ellen boutonne son manteau.
 
BILLY (Il soupire)
Encore un coup pour rien. Si tu veux mon avis, on perd notre temps.
 
ELLEN
Il nous reste encore un bar à faire. Le…
(Elle regarde le plan qu’elle a dans les mains)
… Bristol Lounge. Il est basé à l’hôtel Four Seasons, sur Boylston Street.
 
BILLY
Allons-y.
 
BRISTOL LOUNGE
Le Bristol Lounge Bar est un bar chic fait pour relaxer la clientèle. A la place des traditionnelles tables et chaises, on retrouve de confortables fauteuils et tables basses où les clients se pavanent.
Billy et Ellen se faufilent parmi les fauteuils pour arriver au comptoir, où un aimable serveur leur sourit. On peut voir qu’il s’appelle Jessy car il porte un insigne avec son nom sur son blaser.
 
JESSY
Que puis-je pour vous ?
 
Billy sort de la poche intérieure de son manteau son insigne de lieutenant de police.
 
BILLY
Répondre à quelques questions.
 
Jessy reste imperturbable.
 
JESSY
Je vous écoute.
 
Ellen sort de sa poche une photo de Rachel Welles.
 
ELLEN
Il y a quatre ans, en juin 1976, vous avez embauché une femme ici. Pouvez-vous nous dire s’il s’agit d’elle ?
 
JESSY
Non… enfin, non, je ne peux pas vous le dire, car je ne faisais pas partie du personnel. Attendez un instant.
 
Il quitte le comptoir et disparaît pendant un moment dans une pièce à l’arrière. Puis il revient avec un homme d’une cinquantaine d’année.
 
JESSY
Je vous présente Joe. Il est ici depuis plus de vingt ans. Il pourra peut-être vous aider.
 
ELLEN (Elle lui montre la photo)
Reconnaissez-vous cette femme ?
 
Joe regarde attentivement la photo. Puis il la repose sur le comptoir et regardent les flics.
 
JOE
Qu’est-ce que vous lui voulez ?
 
BILLY
J’en conclue que vous la reconnaissez.
 
JOE (Suspicieux)
C’est possible.
 
JESSY
Joe… Ces gens sont de la police.
 
Billy montre son insigne.
 
BILLY
Lieutenant Billy Chambers et l’agent Ellen Hayes. Nous sommes de Peyton Place. La femme sur cette photo est amnésique. Elle est à la recherche de son passé.
 
JOE
Elle s’appelle Rachel… Je ne sais plus comment… Gates peut-être.
 
BILLY
Welles.
 
JOE
Oui, c’est ça ! Welles. Je l’aimais bien. Elle était sympa.
 
BILLY
Combien de temps est-elle restée à travailler ici ?
 
JOE
Six mois environ.
 
Ellen prend des notes.
 
ELLEN
Est-ce qu’elle vous parlait d’elle ? De sa vie ? De ses amis ?
 
JOE
Rachel n’avait pas beaucoup d’amis, je pense. Elle était très secrète. Elle m’avait avoué sortir d’hôpital psychiatrique. Ça ne m’a pas rassuré au départ, mais j’ai appris à la connaître par la suite. C’est une fille bien. Est-ce qu’il lui ait arrivé quelque chose ?
 
ELLEN (Ignorant la question)
Est-ce qu’elle voyait quelqu’un ? Un petit ami ?
 
JOE
Oui, et c’est bien pour ça qu’elle est partie. Elle a quitté Boston pour New York avec lui.
 
BILLY
Vous connaissez cet homme ?
 
JOE
Tout ce dont je me rappelle, c’est qu’il était étudiant à l’Université de New York.
 
ELLEN
Son nom ?
 
JOE (Il réfléchit)
Je ne pense pas qu’elle ait mentionné son nom de famille. En revanche, je me rappelle très bien de son prénom puisque c’est le même que celui de mon fils : Clive.
 
BILLY
L’avez-vous déjà rencontré, ce Clive ?
 
JOE
Oui, il venait chercher Rachel tous les soirs lorsqu’elle terminait son service. Un garçon très gentil. Visiblement issu d’une famille aisée.
 
BILLY
Pouvez-vous nous le décrire physiquement ?
 
JOE
Eh bien, de ce que je m’en souviens, il était blond, des cheveux bouclés.
 
ELLEN
Frisés ?
 
JOE
Non, bouclés.
(Il désigne Billy)
Comme votre collègue. Sauf que ceux de Clive étaient très blonds.
 
BILLY
Avait-il un signe particulier ? Grain de beauté, tâches de vin ?
 
JOE
Il avait un grain de beauté. Oui, je m’en souviens. Près de la lèvre, mais je ne sais plus si elle était à gauche à ou droite.
 
Billy et Ellen quittent Joe et sortent de l’établissement.
 
ELLEN
Ça vaut le coup de creuser, non ?
 
BILLY
Je n’en sais rien. J’ai l’impression qu’on perd notre temps. Si ça se trouve, ça va nous mener nulle part.
 
ELLEN
C’est la seule piste que nous ayons jusqu’à présent.
 
BILLY
On risque de gaspiller du temps et l’argent des contribuables pour rien.
 
ELLEN
Billy, on a une piste. On ne va pas s’arrêter en si bon chemin. Allons à New York et si on ne retrouve pas ce Clive, on laisse tomber.
 
PEYTON PLACE - CHESNUT STREET
Devant la maison de Betty, il y a une foule de journalistes qui attendent. Certains sont venus avec une équipe de télévision, d’autres avec des magnétophones. Il y a aussi quelques badauds.
Betty gare sa voiture tant bien que mal devant la maison. Elle sort du véhicule et elle est vite assaillie par les journalistes. Les questions fusent, les flashes aussi. On tente de lui mettre un micro devant la bouche.
 
JOURNALISTE
Mme Cord, pourquoi avoir décidé de vous présenter contre l’homme que vous avez failli épouser il y a quelques années ?
 
BETTY
Je me suis déjà exprimé sur ce sujet.
 
JOURNALISTE
Mais n’y a-t-il pas une raison plus personnelle ? Comme la vengeance par exemple ?
 
BETTY
Il n’y a aucune vengeance dans toute cette histoire. Je le répète, je veux faire de Peyton Place une ville économiquement dynamique. Et honnête aussi. Et je pense qu’une personne soupçonnée de détournement de fonds n’est pas la personne la plus à même d’occuper la fonction de maire de cette ville.
 
JOURNALISTE
Mais ne pensez-vous pas que votre passé risque justement de vous handicaper aussi sûrement que celui de Jack Peyton ?
 
BETTY
Si vous parlez de… mon erreur de jeunesse, je ferai une déclaration à ce sujet d’ici quelques jours. Excusez-moi maintenant, mais mon mari et mon fils m’attendent.
 
Elle se fraye un passage parmi la foule et parvient enfin sur le pas de la porte. Elle l’ouvre.
 
MAISON DES CORD - SALON
Betty referme la porte et s’adosse contre elle en fermant les yeux. Quand elle les rouvre, elle découvre Steven dans le fauteuil. Il la toise d’un regard de reproche. 
 
A suivre...

Vendredi prochain, dans "Les Plaisirs de l'Enfer"...

ELLEN
Je sais que tu n’es pas très chaud pour continuer cette enquête.

BILLY
Je pense juste qu’on perd notre temps. On devrait retourner à Peyton Place pour enquêter. Je reste persuadé que Peyton était peut-être la cible de la tentative de meurtre. Avec toutes les personnes qu’il s’est mis à dos, avoue que mon hypothèse tient la route.

ELLEN
Cette Rachel Welles m’intrigue. Tu oublies l’arme qu’elle portait dans son sac. Si elle l’avait pour se défendre, c’est que quelqu’un voulait l’attaquer.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 26/04/2015 11:29

Et ben, il y en a qui ont du courage et de l'espoir ! Un Clive avec les cheveux blonds bouclés et un grain de beauté au-dessus de la lèvre, c'est vrai qu'il doit n'y en avoir qu'un à New York :-)

Mr. Peyton 26/04/2015 11:43

Le fait qu'il était étudiant à l'Université de NY devrait réduire le champs des investigations. Mais bonne chance quand même à eux ;-)