Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 725. Le problème de Mike

Aujourd'hui, dans "Les Plaisirs de l'Enfer"...

- Mike ! Quel bon vent vous amène. Ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vus.
Mike lui serra la main.
- Bonjour Steven. Je voudrais parler à Carolyn.
Steven évalua le degré de nervosité de Mike et son sourire s’effaça.
- Vous avez un problème, Mike ?

Episode 725. Le problème de Mike

 

Le docteur Michael Rossi pénétra dans les locaux du Cabinet Cord & Russell la mine renfrognée. Mais avec l’espoir d’avoir une explication à la lettre qu’il avait reçu quelques jours auparavant et qui l’avait bouleversé.

C’était l’après-midi du jour où il avait invité Ashley Pozzi à déjeuner. C’était l’anniversaire de l’infirmière et personne n’avait prévu de fête. Aussi Mike s’était dit qu’il devait marquer le coup avec un bon repas. Ashley avait apprécié.

A son retour, le médecin reçu un pli recommandé qui avait fait basculer sa vie. Il avait le pli dans la main lorsqu’il croisa Steven Cord à la réception. L’avocat donnait des instructions à sa secrétaire. Il se tourna vers le médecin et lui sourit.

- Mike ! Quel bon vent vous amène. Ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vus.

Mike lui serra la main.

- Bonjour Steven. Je voudrais parler à Carolyn.

Steven évalua le degré de nervosité de Mike et son sourire s’effaça.

- Vous avez un problème, Mike ?

- Steven... je voudrais juste parler à Carolyn.

Steven pointa du doigt le bureau de Carolyn.

- Elle est là. Vous pouvez y aller.

- Merci.

Mike entra dans le bureau de Carolyn Russell sans se donner la peine de frapper.

L’avocate, occupée à consulter le dossier d’un client, leva la tête.

- Mike...

Le docteur Rossi entra et s’installa sur une chaise en face d’elle.

- Carolyn, tu dois m’aider.

Il lui montra le pli recommandé qu’il avait dans la main.

- Marsha demande le divorce.

Calmement, Carolyn posa le stylo qu’elle avait dans la main et, les coudes sur le bureau, croisa les mains.

- Ce n’est pas ce que vous vouliez ?

- Bien sûr que non !

- Mike, est-ce que vous aimez encore ma mère ?

- Elle et moi sommes passés par des moments très difficiles.

- Vous ne répondez pas à ma question.

Mike s’impatienta.

- Je n’ai pas de réponse à te donner. Je veux que tu parles à ta mère. Que tu lui expliques que dans son état, elle n’est pas capable de prendre seule une telle décision.

- Vous avez raison, elle n’est pas capable de prendre cette décision. D’ailleurs, elle ne l’a pas prise.

Mike fronça les sourcils, décontenancé par les paroles de sa belle-fille.

- Qu’est-ce que tu es en train de me dire ?

- C’est moi qui ai fait la demande à la place de Marsha.

- Qu... quoi ?!

Mike eut un mouvement de recul. Il n’arrivait pas à croire cela possible.

- Mais pourquoi, Carolyn ?

- Mike, calmez-vous et écoutez-moi un instant. Depuis quand n’avez pas été voir ma mère à l’hôpital ?

Mike haussa les épaules, soudain embarrassé.

- Je n’ai pas beaucoup le temps en ce moment... et le médecin qui s’occupe de Marsha m’a conseillé de ne pas aller la voir.

Carolyn sourit, malgré la tension qu’il y avait entre les deux personnes.

- Mike, je ne vous demande pas de vous excuser. Vous n’avez pas à le faire d’ailleurs.

- Trois mois.

Carolyn regarda sa montre.

- Est-ce que vous avez du temps libre cet après-midi ?

Mike n’en avait pas car il avait des visites à faire. Mais l’enjeu était trop important. Tant pis, Paula ne sera pas contente, et le docteur Draken exigera deux gardes à sa place en retour.

Il fit oui de la tête.

Carolyn se leva.

- Suivez-moi.

 

Ce long couloir blanc, Michael Rossi le connaissait. Il l’angoissait. Car derrière la porte du fond, il ignorait dans quel état mental il allait retrouver sa femme Marsha.

Ce bruit de pas qui claque sur l’impeccable carrelage blanc était comme les secondes qui le rapprochaient doucement de celle qu’il aimait, ou qu’il avait aimé, mais qu’il redoutait également.

Avant d’ouvrir la porte, Carolyn prit la main de Mike.

L’intérieur était comme dans les souvenirs du médecin. Aussitôt, une vague de culpabilité vint l’assaillir. Il aurait dû prendre le temps de venir voir Marsha plus souvent. Ces derniers mois, son seul contact était le médecin qui s’occupait d’elle et qui restait vague dans ses explications. Sans doute avait-il compris que cela convenait à Mike de ne pas trop en savoir.

La pièce était parsemée de tables rondes. Un petit bar était installé au fond, où une femme en blouse blanche et aux yeux fatigués essuyait quelques verres.

Une télévision était posée sur un petit meuble, de l’autre côté de la pièce. Plusieurs fauteuils étaient disposés juste en face. Seuls deux personnes regardaient, sans vraiment la voir, la rediffusion d’un talk-show.

Mike aperçut Marsha à une table ronde. Elle tricotait en compagnie d’une autre femme, qui semblait plus âgée. Marsha avait l’air serein. Son visage n’avait pas la moindre trace d’anxiété, ni même de folie. Elle avait l’air en paix avec elle-même.

C’était plutôt de bon augure.

Avant que le médecin et l’avocate puissent parvenir à la table de Marsha, une vieille femme se planta devant eux. Ses cheveux clairsemés étaient en bataille. Elle portait un gros lainage sur elle, alors que la température de la pièce était tempérée. Elle les gratifia d’un sourire dépourvu de dents.

- Bonjour, vous n’avez pas vu Monsieur White aujourd’hui ? Je le cherche partout. Il est introuvable.

Délicatement, Carolyn posa une main maternelle sur le bras de la vieille femme et lui sourit.

- Non Madame Tucker, nous n’avons pas vu Monsieur White aujourd’hui.

La femme, perturbée par cette nouvelle, fit demi-tour, laissant ainsi le passage libre à Mike et sa belle-fille qui approchèrent de la table de Marsha.

- Maman...

Marsha cessa son tricot et leva les yeux vers Carolyn. Mike fut alors frappé par le regard d’incompréhension de Marsha. C’était comme si elle ne reconnaissait pas sa fille. Comme si elle faisait l’effort de rechercher dans sa mémoire qui elle avait devant elle.

Ils furent interrompus par Madame Tucker.

- Bonjour, vous n’avez pas vu Monsieur White aujourd’hui ? Je le cherche partout. Il est introuvable.

Toujours avec calme et tact, Carolyn dit :

- Désolée, Madame Tucker. Nous ne l’avons pas vu.

Madame Whiter s’en alla poser la même question à une autre table.

- Maman, je suis venu avec quelqu’un aujourd’hui.

Mike se planta devant la patiente.

- Bonjour Marsha.

Il se passa alors une chose que Mike ne comprit pas tout de suite. Le visage de Marsha s’illumina. Elle se leva et étreignit le médecin. Mais la suite des événements fut moins heureuse.

- Papa ! Te voilà enfin ! Où est donc Maman ! Elle devait venir me voir aujourd’hui.

Décontenancé, Mike jeta un regard surpris vers Carolyn, qui haussa les épaules d’un geste d’excuses, lui faisant comprendre qu’elle est désolée de ne rien lui avoir dit avant. Mike comprit qu’elle voulait le mettre devant le fait accompli.

- Maman, dit-elle. Ce n’est pas ton père. C’est Mike. Mike Rossi. Ton mari.

Madame Tucker revint leur rendre visite.

- Bonjour, vous n’avez pas vu Monsieur White aujourd’hui ? Je le cherche partout. Il est introuvable.

- Désolée, Madame Tucker. Il n’est pas là, répéta une nouvelle fois Carolyn.

Et Madame Tucker s’en alla.

Pendant ce temps, le visage de Marsha se referma. Mike comprit qu’elle l’avait reconnu.

- Mike...

Elle se tourna vers Carolyn. Elle était en colère.

- Je t’avais dit de ne rien lui dire. Tu m’avais promis !

Mike fut décontenancé une fois de plus. Cette fois, c’était la façon dont sa femme avait changé de visage. Heureuse et sereine, elle était maintenant contrariée. Un tel revirement avait de quoi surprendre.

Elle se tourna vers Mike.

- Je... je ne voulais pas que tu viennes. Je ne veux pas que tu me voies comme ça.

- Marsha...

- Ne dis rien Mike. Va-t’en. Vas refaire ta vie. Tu le mérites.

Tranquillement, elle se rassit et se remit à tricoter ce qui ressemblait à un pull-over orange vif. Elle se tourna vers sa collègue de tricot.

- Papa m’a dit hier qu’il devait s’absenter pour son travail.

Madame Tucker revint les voir :

- Bonjour, vous n’avez pas vu Monsieur White aujourd’hui ? Je le cherche partout. Il est introuvable.

 

Une demi-heure plus tard, Mike et Carolyn buvaient un café dans un bar de Boston.

- Elle souffre d’une forme précoce d’Alzheimer.

Mike secoua la tête.

- Tu aurais dû me prévenir, Carolyn.

- Maman ne voulait pas. Souvent elle est plongée dans son passé, elle ne me reconnaît plus. Mais parfois il lui arrive d’avoir des périodes courtes de lucidité au cours desquelles elle se rend compte de son état. Ca la rend triste, voire dépressive. C’est au cours de ces moments qu’elle m’a demandé de rédiger les papiers du divorce. Elle ne veut pas être un poids pour vous.

- C’est de ma femme dont tu parles.

- Mike. Depuis le meurtre de mon père, Maman ne va pas bien. Et vous le savez. Aujourd’hui, ce divorce, c’est un cadeau qu’elle vous fait. Vous devez l’accepter. Vous devez vivre votre vie, Mike. Vous avez le droit d’être enfin heureux. Vous devez respecter son choix et accepter le divorce.

Une larme coula sur la joue du médecin.

- Je veux qu’on continue à lui prodiguer les meilleurs soins. Je tiens aussi à régler tous les frais d’hospitalisation.

Carolyn hocha la tête d’un air entendu et saisit la main de Mike.

- C’est d’accord. Mais Mike, comprenez que pour vous, une page se tourne maintenant. Vous devez aller de l’avant.

- Tu resteras toujours la fille que je n’ai jamais eue.

Carolyn sourit.

- Et vous le père que j’aurais tant aimé avoir.

 

A SUIVRE...

Mardi prochain, dans "Les Plaisirs de l'Enfer"...

- J’ai beaucoup pensé à votre histoire, et j’ai peut-être une solution. Je connais quelqu’un en ville qui connaissait très bien Allison MacKenzie.
Mira soupira.
- Jack, c’est très gentil à vous de vous préoccuper de moi, mais je ne suis pas Allison. J’ai décidé qu’il était temps pour moi de me poser et de commencer une nouvelle vie en tant que Mira Losco à Peyton Place.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Betty 23/01/2015 11:39

Oui, bien triste épisode aujourd'hui.
Ashley sur un coup de tête voulait peut-être tout simplement suivre le Dr Rossi. (un peu simpliste mon raisonnement)

Mr. Peyton 24/01/2015 15:34

Mais pas du tout simpliste votre raisonnement. Ca tient bien la route au contraire. Peut-être Ashley fait-elle une fixation sur Mike... ou pas. L'avenir nous le dira :-)

Marie A 23/01/2015 10:46

Bien triste épisode aujourd'hui. Au moins on peut se réjouir de savoir qu'il n'y a rien de spécial entre Ashley et le Dr.Rossi...
Par contre, si ce n'était pas pour accompagner Mike, on peut se demander ce que Ashley avait de si important à faire pour devoir partir en urgence justement au même moment que le médecin ??? Pas rassurant tout ça, au point où en est le récit...

Mr. Peyton 24/01/2015 15:44

Entre notre belle amnésique en danger, notre Mike qui est malheureux et Ashley qui fait on ne sait quoi, il n'y a pas grand chose de rassurant en ce moment à Peyton Place ;-)