Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 724. Manny Amos

Aujourd'hui, dans "Les Plaisirs de l'Enfer"...

Elle saisit son sac à main et dut mentir :
- Ce fut un réel plaisir, Monsieur Amos.
- Appelez-moi Manny.
«Surement pas»
- Si vous avez un souci à propos de la résidence, appelez-moi.
Elle fit demi-tour et se hâta vers la sortie.

Episode 724. Manny Amos

- Et voilà, Monsieur Amos. Félicitations.

Erin Bradford, superbe dans son tailleur rouge et noir, tendit les clés à Manny Amos. L’homme, âgé d’une cinquantaine d’année, plutôt séduisant dans son costume sombre impeccable, lui sourit.

- Je vous propose de fêter ça avec un verre de champagne.

D’ordinaire, Erin Bradford n’était pas contre une petite coupe, surtout après la vente d’une superbe maison au bord de la plage. Mais, elle ne sut dire pourquoi, ce Manny Amos ne lui inspirait pas confiance. Il émanait quelque chose de lui qui n’était pas naturel. Une certaine confiance en lui un peu mal placé.

- C’est gentil à vous, mais j’ai encore deux appartements à faire visiter avant la fin de la journée. Une prochaine fois peut-être...

- Une prochaine fois... sans doute.

Voilà encore une marque de confiance en soi qui mit Erin mal à l’aise. Elle n’aimait pas cet homme et ses grands airs de magnat.

Pourtant, il était plutôt séduisant. Cheveux bruns mi-longs ondulants, tempes grisonnantes, petite fossette au menton, une barbe de deux jours qui le rendait sexy, et d’incroyables yeux bleus. Bref, la panoplie du parfait tombeur.

Elle avait appris que l’homme habitait à New York et avait décidé d’abandonner la Grosse Pomme pour un petit fruit plus calme. Sa femme et son fils devaient venir le rejoindre plus tard, une fois la période scolaire terminée.

Et Erin pensait qu’il était le genre de personne à ne pas attendre le retour de sa femme pour batifoler avec la première venue.

Elle saisit son sac à main et dut mentir :

- Ce fut un réel plaisir, Monsieur Amos.

- Appelez-moi Manny.

«Surement pas»

- Si vous avez un souci à propos de la résidence, appelez-moi.

Elle fit demi-tour et se hâta vers la sortie.

 

Manny Amos observa le déhanchement d’Erin Bradford avec l’envie irrépressible de lui pincer les fesses. Un beau petit lot, cette fille. Il aurait préféré traiter directement la vente avec Jack Peyton. Non pas parce qu’il pensait qu’une telle affaire devait se régler entre hommes, mais parce qu’il allait être obligé d’entrer en contact avec ce Jack Peyton. Le sonder. Connaître ses faiblesses.

Il regarda avec regret Erin Bradford s’engouffrer dans son break.

Manny Amos, magnat de la presse new-yorkaise, venait d’acheter une propriété au bord de mer. Elle était plus petite que celle qu’il possédait à New York, mais elle ferait l’affaire. Elle était juchée sur deux étages, avec cinq chambres, trois salles de bains, un grand salon et une cuisine spacieuse. Tout ce qu’il fallait comme confort pour rester le temps de régler son affaire. Ensuite, il repartirait à New-York pour s’occuper de ses affaires.

La maison était encore vide. Les déménageurs devaient arriver d’un instant à l’autre. Il se dirigea vers la grande baie vitrée. Ses pas résonnaient sur le sol du grand salon vide.

Il se posa devant la grande fenêtre. La vue sur l’Océan indomptable était magnifique.

Il savait cependant qu’il n’aurait pas souvent l’occasion de contempler ce paysage sauvage. Il allait avoir fort à faire.

Il se rendit dans son bureau, qui jouxtait le salon et constata avec satisfaction qu’un téléphone était posé à même le sol, en attendant l’arrivée des meubles.

Il avait précisé à la jolie Erin qu’il devait absolument disposer d’un téléphone immédiatement, pour ses affaires.

La belle avait fait son travail.

Il s’apprêtait à vérifier si la ligne fonctionnait lorsque le téléphone lui donna de lui-même la réponse en se mettant à sonner.

Pas besoin de se demander qui pouvait appeler. Il n’avait pour l’instant donné son numéro qu’à une seule personne.

Il décrocha.

- C’est moi, dit une voix masculine.

- Avez-vous réglé l’histoire de l’article du Clarion ? Je veux que Peyton écrive l’article qui va mettre son père sur les genoux, et le plus vite possible.

- Nous avons un problème bien plus grave.

- Plus grave que cette fichue interview ? Ça m’étonnerait.

- Mira Losco.

Le sang de Manny Amos ne fit qu’un tour.

- Quoi ?

- Elle est ici.

Les mains d’Amos se mirent à trembler. Ses jambes le tenaient à peine. Des gouttes de sueurs perlèrent sur son front.

- Vous plaisantez ! Je croyais qu’elle était morte.

- Je le croyais aussi. Mais elle est ici. Je viens de la voir.

La panique commençait à gagner l’homme d’affaire.

- Débarrassez-vous d’elle ! Et immédiatement. Si jamais elle parle, nous sommes fichus.

Il raccrocha. Dans la rage, il saisit le téléphone et le claqua contre le mur. L’appareil explosa au moment de l’impact.

Mira Losco devait être neutralisée. Elle seule risquait de faire échouer le projet qui lui tenait tant à cœur.

Plus qu’un projet...

Un rêve d’enfant sur le point de se réaliser.

 

A SUIVRE...

Vendredi prochain, dans "Les Plaisirs de l'Enfer"...

- Mike ! Quel bon vent vous amène. Ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vus.
Mike lui serra la main.
- Bonjour Steven. Je voudrais parler à Carolyn.
Steven évalua le degré de nervosité de Mike et son sourire s’effaça.
- Vous avez un problème, Mike ?
- Steven... je voudrais juste parler à Carolyn.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 20/01/2015 14:32

Oh la la... Les choses se précipitent en ce début d'année !
Ça s'annonce palpitant. Vivement vendredi

Mr. Peyton 23/01/2015 11:26

Merci ;-)
Pour l'instant, on ne voit qu'un brouillard épaississant, mais il devrait se dissiper bientôt :-)