Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 720. De l'eau dans son vin

Aujourd'hui, dans "Les Plaisirs de l'Enfer"...

- Je ne suis pas un escroc. Je n’ai jamais déformé la réalité, tu le sais très bien. Tout ce que j’ai écrit sur toi était la vérité, tu ne peux pas m’enlever ça.
- James, arrête de te braquer. Je suis venu pour te dire que je suis vraiment content de cet article. Et j’espère que nos relations vont s’apaiser.

Episode 720. De l'eau dans son vin

 

James Peyton entra dans le bâtiment du Peyton Professional le cœur léger. Il était heureux, en pleine forme. Et il savait qu’il devait son état euphorique à la petite conversation qu’il venait d’avoir avec Selena Cross.

Le fait que la jeune fille lui ait pardonné le remplissait de joie. Il dut admettre qu’il aimait beaucoup Selena. Il avait même une sorte de fascination pour elle. Pas seulement parce qu’elle était d’une beauté naturelle, mais aussi par sa façon d’agir, de parler. Cette fille était beaucoup plus avancée que les jeunes de son âge.

Oui, James Peyton était fascinée par ce petit bout de femme. Mais il restait les pieds sur terre. Selena n’avait que quinze ans. Dix de plus que lui. Elle était mineure. Pas question donc de laisser passer un sentiment amoureux entre eux.

Mais pourtant, cette envoûtante beauté commençait à prendre de plus en plus de place dans l’esprit de James.

En entrant dans son bureau, il fut surpris de voir Jack assis sur le canapé, dans le coin droit du bureau.

James fit cependant comme si de rien n’était et accrocha son manteau au portemanteau prévu à cet effet.

- Jack... qu’est-ce qui t’amènes ?

Jack se leva.

- Voilà une question bien curieuse d’un employé de la part de son patron. Je ne t’ai pas vu ce matin au petit déjeuner.

- L’employé modèle que je suis a dû partir tôt pour corriger un édito.

Jack brandit la dernière édition du Clarion.

- Je suis venu te remercier.

- D’avoir fait mon travail ?, s’étonna James.

- D’avoir «enfin» fait ton travail convenablement.

- Je n’ai jamais eu l’impression de l’avoir déjà mal fait.

Jack balaya la conversation d’un geste de la main.

- Je ne suis pas venu pour avoir une discussion à ce sujet. Je suis juste venu te dire que j’ai été ravi de voir que mon interview n’a pas été tronquée ni déformée.

- Je ne suis pas un escroc. Je n’ai jamais déformé la réalité, tu le sais très bien. Tout ce que j’ai écrit sur toi était la vérité, tu ne peux pas m’enlever ça.

- James, arrête de te braquer. Je suis venu pour te dire que je suis vraiment content de cet article. Et j’espère que nos relations vont s’apaiser.

- Disons que j’ai mis un peu d’eau dans mon vin.

- Parfait.

- Mais je ne vais pas pour autant voter pour toi aux élections.

- Je n’en attendais pas moins de toi. On se voit ce soir ?

- Ca marche.

Jack allait partir quand James l’interpela.

- Est-ce que maman pourra rester au manoir ?

Jack sourit.

- Ta mère est stupide si elle a cru que j’allais la chasser de la maison. Colleen ne me le pardonnerait jamais et je n’ai pas envie de me mettre ma nièce à dos.

Lorsque Jack fut parti, James eut un petit sourire en coin. Son père n’était pas si foncièrement méchant que ça, après tout.

Il fut sorti de sa rêverie par la sonnerie du téléphone. C’était sa ligne privée.

- Vous êtes tombé sur la tête ou quoi !

James ferma les yeux. C’était son contact.

- De quoi parlez-vous ?

- Ne faites pas l’idiot, Peyton ! Je parle de cette interview nauséabonde que vous avez publiée !

- Je ne vois pas en quoi c’est...

- La ferme !, hurla l’homme au bout du fil. On s’était mis d’accord vous et moi pour détruire toute chance de Jack Peyton d’être réélu à la mairie. Et vous venez de tout gâcher avec ce satané article !

- Si je n’avais pas accordé de droit de réponse à Jack, il aurait été suspicieux.

- Arrêtez votre baratin ! Je ne sais pas ce qui vous a pris de faire une chose pareille, mais il va falloir régler ce problème.

Le rythme cardiaque de James s'accéléra. Il savait où voulait en venir l’homme.

Pour être sûr de bien s’être fait comprendre, son interlocuteur précisa :

- Nous allons passer à l’ultime phase de notre plan.

- Non. Je ne suis pas prêt à faire ça.

- Je ne vous demande pas votre avis.

- Ca va détruire Jack.

- C’est bien ce que l’on veut, non ?

- C’est mon père !

- Et alors ?

- Et alors ! Je ne veux pas le voir réélu à la mairie. Mais je ne veux pas détruire toute sa vie ! Ne me demandez pas de faire ça.

- Je ne vous le demande pas, je vous l’ordonne. Nous avons un accord, et si vous ne le respectez pas, vos petits secrets seront révélés. Vous n’aimeriez pas qu’on sache que vous employez un travailleur clandestin dans votre presse. Ça pourrait faire couler votre journal en un rien de temps.

James ferma les yeux, abattu.

- Vous me menacez ?

Au bout du fil, l’homme éclata d’un rire gras.

- Bon sang, mais vous êtes complètement idiot Peyton. Bien sûr que je vous menace ! Ca fait des semaines que je vous menace ! Maintenant, retournez à votre machine à écrire et pondez-moi un superbe article. L’article qui va sonner le glas pour Jack Peyton.

 

A SUIVRE...

Vendredi prochain, dans "Les Plaisirs de l'Enfer"...

- Que se passe-t-il ?, murmura-t-elle.
- Je crois que l’ascenseur est tombé en panne.
Fasciné par les grands yeux apeurés de la femme, Jack la rassura immédiatement.
- Cela arrive fréquemment, ne vous inquiétez pas. Le service technique va intervenir très rapidement. Dans moins de cinq minutes, ne serons dehors.
Il s’aperçu qu’elle n’avait pas ramassé son sac à main et s’empressa de le faire. En le soulevant, il vit qu’il était ouvert et son sang ne fit qu’un tour lorsqu’il le vit.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 11/01/2015 20:15

Et bien, voilà une bonne chose de faite. James a enfin compris que le gris pouvait exister lorsqu'il était question de son père !
Par contre, le chantage de son correspondant est vraiment inquiétant.

Mr. Peyton 12/01/2015 10:52

Ca ne m'étonne pas de James, je le savais assez sensé pour voir que Jack n'est pas le diable en personne. En revanche, je pense qu'il faut en effet s'inquiéter de "l'homme au bout du fil"...