Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 709. Insuffisantes explications

Aujourd'hui, dans "Les Plaisirs de l'Enfer"...

- Elle le fait exprès !
- Quoi ?
- Elle le fait exprès ! Elle sait que je déteste la soupe de palourdes et elle en fait constamment !
- Que veux-tu que je fasse ? Que je lui demande de changer son repas ?
- J’aimerais qu’elle me respecte un peu plus et qu’elle arrête de m’attaquer tout le temps.
- La guerre des palourdes, on aura tout vu, ironisa Jack.

Episode 709. Insuffisantes explications

Lorsque Jack Peyton entra dans le vestibule du manoir, il trouva la corpulente Nellie Cross à genoux sur le carrelage, occupée à récurer la première marche de l’escalier menant à l’étage.

- Bonjour Nellie, dit-il d’une voix enjouée alors qu’il ôtait son manteau.

- Pffff, fit Nellie pour toute réponse.

D’accord, Nellie Cross n’était pas réputée pour être la jovialité personnifiée, mais d’habitude, elle baragouinait un « bonjour m’sieur » du bout des lèvres. Elle rajoutait parfois « Peyton » après « Monsieur » lorsqu’elle était de meilleure humeur.

Ce « pffff » était un message codé qui voulait dire qu’elle avait quelque chose à reprocher à la famille Peyton.

Jack sentit immédiatement qu’il allait le regretter, mais il ne put s’empêcher de dire :

- Quelque chose ne va pas ?

Il le regretta effectivement.

Nellie prit appuie sur la rampe de l’escalier et leva péniblement ses kilos.

- C’est vot’ empoté d’neveu. Avant de partir pour son collège huppé à Boston, il a renversé une cerise et quelqu’un l’a écrasée. Bonjour pour enlever la tâche !

- Et c’est ça qui vous met de mauvaise humeur ?

- J’ai pas dit ça.

- Donc, vous êtes de bonne humeur ?

- J’ai pas dit ça non plus !

Jack, excédé, inspira à fond.

- D’accord…

Il s’apprêta à entrer dans le salon lorsque Nellie lui dit :

- Mary m’a lue l’article de vot’ fils. Il aurait pas dû parler de nous. On lui a rien demandé.  Nous, on veut être tranquilles dans not’ coin. Faut pas qu’il fasse des trucs pareils.

- Nellie, je n’y suis pour rien dans cet article.

- Ben… c’est vous l’patron du journal, non ?

- Oui, mais…

- Alors vous avez qu’à recadrer vot’ fils. Je recadre bien ma Selena quand elle part dans tous les sens. C’est fait pour ça les parents, recadrer leurs rejetons !

- D’accord Nellie. Je lui en parlerai.

- Pffff, termina Nellie avant de se remettre à récurer la tâche.  

Jack entra dans le salon. Mary était occupée à dresser la table. Jack décida d’ignorer pour l’instant la présence de Lisa, enfoncée dans un fauteuil près de la cheminée.

- Bonsoir Mary. Qui a-t-il de bon pour le dîner ce soir ?

- De la soupe de palourdes en entrée et pour le plat un gratin de pommes de terre au thon blanc.

- Parfait. Je meurs de faim.

- Je vais voir où en est la cuisson.

Mary quitta la pièce. Lisa choisit ce moment pour se lever et parvenir près de Jack.

- Elle le fait exprès !

- Quoi ?

- Elle le fait exprès ! Elle sait que je déteste la soupe de palourdes et elle en fait constamment !

- Que veux-tu que je fasse ? Que je lui demande de changer son repas ?

- J’aimerais qu’elle me respecte un peu plus et qu’elle arrête de m’attaquer tout le temps.

- La guerre des palourdes, on aura tout vu, ironisa Jack.

- Je suis sérieuse.

- Tu te rattraperas sur le gratin.

- Je n’aime pas le thon et ‘elle’ le sait aussi.

- Lisa, tu m’embêtes !, explosa soudain Jack. J’ai passé une mauvaise journée, alors tes problèmes de soupe de palourdes, je ne te dis pas où tu peux te les mettre.

Lisa haussa les épaules et retourna près de la cheminée.

- Au fait, dit Jack. En parlant de problèmes, est-ce que tu as vu James aujourd’hui ?

- J’ai déjeuné avec lui.

- Et ?...

- Et ça ne s’est pas très bien passé. Il a compris notre petit manège.

- Tu veux dire qu’il sait que je t’ai demandé d’intervenir auprès de lui ?

- Notre fils est intelligent, Jack.

- Lisa, je ne t’ai pourtant pas demandé grand-chose…

- Ne commence pas à me faire des reproches. J’ai fait exactement ce que tu attendais de moi.

- Faire comprendre à James que j’étais derrière cette démarche n’est pas vraiment ce que j’attendais de toi !

- Ce n’est pas ma faute s’il a tout compris. Maintenant, il m’en veut.

- Ca c’est le cadet de mes soucis ! Moi je veux qu’il arrête de me démolir dans mon propre journal.

- Que veux-tu que je fasse ? Si tu veux tout savoir, je suis de ton côté dans cette affaire. Je pense que James agit mal.

- Alors essaie de le convaincre, Lisa. Parce que s’il persiste à vouloir ma peau, je me verrais dans l’obligation de le détruire. Et je n’aime pas cette perspective. Il n’anéantira pas tout le travail que j’ai déjà fait.

- Et que comptes-tu faire ? Le virer ?

- Je ne peux pas le renvoyer. J’aurais encore trop mauvaise presse et les gens me verront exactement comme James me perçoit. Non, lorsque je parle de détruire mon fils… ce n’est pas au sens figuré, Lisa. Je ne perdrais pas tout ce que j’ai pris tellement de temps à acquérir. James veut la guerre. Il l’aura mais il la perdra.

 

A SUIVRE...

Mardi prochain, dans "Les Plaisirs de l'Enfer"...

Après un silence, Ashley ajouta :
- D’ailleurs je suis surprise que le docteur Rossi t’ait choisi pour le poste d’infirmière en chef.
Paula leva les yeux du dossier d’un patient qui venait d’être admis.
- Tu ne me crois pas capable de m’en sortir ?
Ashley tourna une de ses bouclettes blondes avec son index, rituel qu’elle effectuait lorsqu’elle avait des reproches à faire à quelqu’un.
- Soyons réaliste. Ça fait combien de temps que tu n’as plus porté l’uniforme… six ans ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 28/11/2014 17:25

Et oui, c'est tout un métier d'employer des gens de maison :-)
Par contre... Nooooon, Jack n'irait pas jusque là, s'te plaît :,(

Mr. Peyton 29/11/2014 08:49

Oui, autant faire le ménage soi-même quand on voit ça :-))

Ah, mais tu sais à quel point Jack est un homme déterminé...