Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Le fil du temps #4

Précédemment...
A la demande d'une amie, Carolyn Russell se rend au très huppé collège de Highland, à White River, afin de tenter de prouver l'innocence d'une élève accusée d'avoir vandaliser une salle de classe.
La directrice de l'établissement accorde une seule journée à Carolyn et à son assistante KC Reid pour tenter de lever le voile sur ce mystère. Passé ce délai, la jeune Chrissie sera renvoyée de l'école.
Carolyn et KC découvre la salle de classe saccagée.
Une mise en scène intrigue KC : du fil de coton tissé comme une toile parmi les débris.
Alors que Carolyn va aller voir Chrissie, KC interroge Suzie Barclay (c'est sa salle de classe qui a été visée). Celle-ci lui parle de l’altercation qu’elle a eue avec Chrissie la semaine dernière. KC comprend que Chrissie s’est sentie humiliée lorsque le professeur a lu son texte devant toute la classe et lorsque les moqueries ont fusé.
KC dit à Suzie qu’elle pense que le fil de coton a une signification. Comme une araignée qui tisse sa toile et qui prend au piège Suzie. Selon la détective, l’auteur du vandalisme n’en restera pas là.

Le fil du temps #4

Eleanor Prentiss conduisit Carolyn dans la chambre de Chrissie Jones. L’avocate avisa rapidement la pièce. Le décor était celui d’une adolescente normale : un poster de Kiss, l’idole des jeunes, trônait sur le mur, au-dessus du lit. Un bureau tout simple où reposait en son centre une machine à écrire était juché contre le mur, à droite.

Une armoire du même style lui faisait face, de l’autre côté de la pièce. Des vêtements débordaient des tiroirs.

Carolyn hocha la tête : la parfaite chambre d’étudiante.

Chrissie était assise sur le lit, tandis que deux autres filles étaient vautrées sur le matelas, à plat ventre, les genoux pliés et les pieds pointant vers le plafond.

Eleanor s’approcha. « Chrissie, je te présente Carolyn Russell, une amie. Elle est ici pour éclaircir cette triste histoire.

« Triste histoire » n’était pas le terme qu’aurait employé Carolyn. « Sale histoire » conviendrait mieux à la situation.

Chrissie leva la tête et son regard sombre plongea dans celui de Carolyn.

- Vous êtes avocate ?

- Oui.

- Je voudrais devenir avocate plus tard.

- C’est un beau métier. » Carolyn désigna le coin du lit. « Je peux m’asseoir ?

Chrissie fit oui de la tête. Puis elle vit qu’une fois assise, l’avocate regardait les deux jeunes filles.

- Ce sont mes amies, Justine et Sandy.

Une blonde et une rousse. La blonde, Justine, devait être la chef du groupe. Elle portait un costume de pom pom girl et un gilet à l’effigie de Highlay High School. Elle se leva brusquement et, d’un geste sec, intima l’ordre à la rousse Sandy d’en faire autant.

- On va vous laisser, dit Justine. On doit encore revoir notre enchaînement. Tu viens Sandy ? 

Physiquement, Sandy était le contraire de Justine. Elle n’était pas belle. Ses cheveux roux étaient plaqués sur son crane par de multiples attaches. Son visage était criblé de tâche de rousseur et elle avait quelques kilos en trop qu’elle n’essayait même pas de dissimuler.

Elle se leva péniblement et suivit son amie vers la sortie.

Avant de partir, Justine se tourna vers l’avocate.

- Chrissie est innocente. Elle n’a rien fait, j’en mettrai ma main au feu.

Carolyn observa Chrissie. Elle avait les cheveux couleur ébène et l’avocate avait l’impression qu’ils étaient teints. Ils descendaient en cascade sur ses épaules.

Le regard de Carolyn glissa vers son visage. Il était beaucoup trop maquillé. Ses yeux étaient noirs de rimmel et sa grande bouche enduite d’un rouge à lèvres beaucoup trop voyant.

Son look était absolument à l’opposé de celui d’une future avocate.

Elle haussa les épaules.

- J’ai rien fait, vous savez…

Eleanor posa une main sur l’épaule de Chrissie.

- Nous le savons, ma chérie…

Il était temps pour Carolyn de se débarrasser de son amie.

- Ellie, peux-tu nous laisser seules un instant ?

Carolyn observa un petit pincement sur les lèvres d’Eleanor. Visiblement, elle était vexée. Mais elle consentit à partir.

- Je t’attends dans le couloir.

- Merci.

Désormais seule avec la prétendue vandale, Carolyn dit : 

- Sais-tu pourquoi tu es soupçonnée dans cette affaire ?

- On a retrouvé mon écharpe dans la remise de la salle.

- C’est toi qui l’as laissé là-bas ?

- Non. Je n’ai jamais été dans la remise.

- Donc, on te l’aurait volée.

- On me l’a volée !

Chrissie commençait à s’agiter.

- Vous ne me croyez pas vous non plus. Dites que je suis une menteuse. Tout le monde dit que je suis une menteuse. Mais j’ai rien fait !

- D’accord… d’accord… calme toi.

- J’en ai ras le bol qu’on me traite de voleuse !

- Bon, quand est-ce que tu t’es aperçu de sa disparition ?

- La disparition de ?...

- De l’écharpe.

- Je ne m’en suis pas aperçu. Ça fait longtemps que je ne mets plus cette  horreur. C’est passé de mode.

- Où la rangeais-tu dans ce cas ?

Chrissie fit un signe de tête vers l’armoire d’où dépassait toute sorte de vêtements. Enfin… « Ranger » n’était pas le terme approprié.

- Donc, quelqu’un est entré dans ta chambre et a dérobé l’écharpe pour la mettre dans la remise de façon à faire croire que tu es coupable.

- Je ne vois que cette solution.

- Une idée ?

- Une idée de quoi ?

Carolyn secoua la tête et comprit que Chrissie ne serait jamais avocate.

- Une idée de qui a pu te dérober l’écharpe ?

- Ah, ça… Ben non.

- Ta chambre est fermée à clé lorsque tu n’es pas là ?

- Normalement oui, mais parfois j’oublie.

« Super », pensa Carolyn.

- Tes amies, Sandy et Justine, elles viennent souvent te voir ici ?

- Ouais.

Elle réfléchit un instant, puis sembla comprendre l’allusion.

- Eh, attendez, elles n’y sont pour rien, d’accord ? Si vous devez trouver un coupable, cherchez ailleurs.

- Si vous devez trouver un coupable, répéta Carolyn, dubitative.

- Quoi ?

- Tu as dit : « Si vous devez trouver un coupable », c’est une expression bizarre.

- Vous me croyez coupable, n’est-ce pas ?

- Parle-moi de ton altercation avec Mme Barclay la semaine dernière.

Chrissie secoua la tête énergiquement.

- Non, j’en ai assez ! Vous êtes comme les autres, vous pensez que j’ai fait ces cochonneries !

- Je cherche à comprendre.

- Non, vous me jugez ! Comme tous les autres. Il n’y a que Mme Prentiss qui croit en moi. C’est la seule ! Fichez-le camp d’ici.

- Chris…

- Fichez le camp, je vous dis ! Sinon je vous mets dehors !

 

Dans le couloir, Carolyn rattrapa Eleanor près de l’escalier. Cette dernière l’interrogea du regard. L’avocate soupira.

- Tu ne m’avais pas dit que ta petite protégée démarrait au quart de tour.

- Elle n’est pas méchante. Elle est juste… impulsive.

Carolyn regarda longuement son amie. Eleanor fit la moue.

- Je sais ce que tu penses. Cette fille est impulsive et agitée. Le profil d’un vandale de seconde zone qui voudrait se venger de son professeur.

Carolyn secoua la tête en souriant.

- Non.

Elle s’amusa du regard surpris d’Eleanor et expliqua :

- Techniquement, elle pourrait le faire. Mais ce n’est pas elle.

Eleanor fut soulagée par ces paroles.

- Comment en es-tu arrivée à cette conclusion merveilleuse ?

- Parce qu’il manque quelque chose de très important à Chrissie pour être coupable.

- Quoi ?

- Un cerveau. Ce vandalisme est une mise en scène très bien orchestrée. Il « signifie » quelque chose. Je ne sais pas encore quoi, mais le coupable veut faire passer un message. Ou bien s’amuser avec nous. Il est sans doute dérangé, mais aussi intelligent. Une qualité que ta Chrissie Jones ne possède pas. 

 

A suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Betty 03/06/2014 23:20

Je venais pour savoir si une suite avait été postée...Je trouvais le temps long. Et bien, moi non plus, je n'ai pas eu la notification de cette épisode.
Suite passionnante, on reste sur notre envie d'en savoir plus...
Un épisode par semaine ?
A bientôt pour lire la suite M. Peyton

Mr. Peyton 04/06/2014 18:19

Merci de votre intérêt chère Betty :-)
Alors, pour tout vous dire, il y a au total 22 épisodes. Et pour l'instant, c'est en effet un épisode par semaine chaque jeudi. C'est pourquoi je mets un petit résumé en début de chapitre pour vous remettre en mémoire le fil de l'histoire.
Il est possible que j'accélère la cadence pour l'été (deux épisodes par semaine), je verrai alors si mon emploi du temps me le permet.

Betty 03/06/2014 23:21

oups "cet épisode"

Marie A 29/05/2014 21:32

Je sais pas où a passé mon premier commentaire, et en plus j'avais pas reçu la notification de publication de cet épisode... grrrr

Enfin bref ! Je disais donc en gros :
Attention Caroline, il faut se méfier des gens intelligents, ils peuvent être roublards...

Mr. Peyton 29/05/2014 23:06

Ce n'est pas faux ce que tu dis :-)

Oui, j'ai remarqué qu'il n'y avait pas eu de distribution de courrier aujourd'hui. Et cette fois ce n'est pas ma faute, car j'avais bien posté ce chapitre comme il faut. Merci over-bug :-(