Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

# 687. La colère

# 687. La colère

Eric Bullock avait les deux coudes posés sur la table de la cuisine, tandis que ses deux mains reposaient sur ses joues. Il regardait Paula Dixon avaler de la pâte à tartiner sur une énorme tranche de pain. « Tu as de la chance de ne pas avoir pris de poids. Tu manges comme quatre et tu ne fais aucun exercice.

- J’ai faim !

- Ton besoin d’engloutir tout ce qui se trouve sur ton passage, c’est pour combler quel vide ?

- Eric, j’en ai assez de ta psychologie à la petite semaine. Tu devrais goûter cette excellente pâte à tartiner… Ah, non, j’oubliais, tu es mort ! Un mort ne mange pas.

- Tu es en colère contre moi, Paula.

- Pas du tout !

- Si, tu es en colère contre moi. Parce qu’on fond de toi, tu te dis que si j’étais encore en vie, si je n’avais pas été tué dans cette sale histoire il y a huit ans, nous serions toujours ensemble. Peut-être même mariés. Et si ça avait été le cas, tu n’aurais jamais épousé Cal Fullerton.

Paula s’arrêta de manger. « C’est n’importe quoi ! Ce n’est pas ta faute.

- Paula, je suis un fantôme. Je suis l’esprit de ton imagination. En quelque sorte, je vis dans ton cerveau. Je peux le décrypter sans aucun problème.

Paula voulut rétorquer, mais la sonnette de la porte d’entrée retentit.

Contente de la diversion, elle alla ouvrir.

Betty Anderson avait les deux mains sur les hanches. « Je peux entrer ?

Paula haussa les épaules. « Je peux t’en empêcher ?

- Certainement pas.

Paula la fit entrer.

Dans le salon, Betty alla droit au but. « Qu’est-ce que tu fais encore à la maison ? Tu devrais revenir travailler.

- Demain. Promis, demain je reviens.

- Non, Paula. Tu vas t’habiller et nous partons ensemble au travail.

- Betty, n’insiste pas.

- Non seulement, je vais insister, mais je vais aussi te dire que je ne partirais pas sans toi. Donc, si tu veux aller travailler demain, je reste ici jusqu’à demain.

- C’est insensé !

- Steven s’occupera de Brian. Moi je reste.

L’insistance de Betty fit perdre patience à Paula. « Ca suffit Betty. Tu es chez moi ici, et c’est à moi de décider qui je veux inviter.

- Tu es en train de me dire que je ne suis pas la bienvenue.

- Pas avec cet état d’esprit.

Betty pouffa. « Tu parles d’état d’esprit ! Paula, regarde-toi. Regarde comment tu vis depuis ces derniers temps. Ce n’est pas sain.

- Betty, je vais te demander de partir maintenant.

- Pas question.

Paula soupira. « Très bien. Dans ce cas, j’appelle la police. C’est elle qui te délogera.

- Enfin, Paula. Ressaisis-toi ! Je pouvais comprendre ta peur lorsque Cal était en liberté. Mais il est en prison maintenant. Tu n’as plus rien à craindre.

Paula haussa la voix. « Ce n’est pas Cal, le problème.

Betty cria : « Alors c’est quoi !!

- C’est moi !!, hurla Paula.

Betty regarda Paula dans les yeux sans comprendre.

Paula commença à pleurer. « Tu ne comprends pas ! C’est moi le problème ! C’est moi qui ai fait entrer Cal Fullerton dans ma vie. C’est moi qui ai été assez cruche pour l’épouser. Je lui ai fait confiance. Je l’ai même aimé. J’ai aimé un assassin, un monstre sans scrupule. Je me dégoûte pour ça, Betty. Je ne peux plus me regarder dans une glace tellement j’ai honte.

Paula s’assit sur les marches de l’escalier menant à l’étage et pleura à chaudes larmes. Betty la laissa un moment sortir ce qu’elle avait retenu depuis si longtemps.

Puis elle s’assit à côté d’elle. « Tu es trop dure avec toi-même Paula. Tu ne pouvais pas savoir…

- Bien sûr que si. Je pouvais savoir. L’année avant notre mariage, il m’a harcelé, il me faisait peur… comment j’ai pu l’épouser ! Comment !

- Il a berné tout le monde, pas seulement toi.

- Je suis en colère. Tu ne peux même pas imaginer à quel point. En colère contre moi d’avoir été aussi naïve. En colère contre Eric d’être mort. En colère contre Mike d’avoir préféré Marsha. Sans cela, jamais je n’aurais épousé Cal.

Betty força Paula à la regarder. « Écoute-moi. Tu as le droit d’être en colère. Mais tu te trompes de cible. C’est envers Cal que ta colère devrait être dirigée. Pas envers toi, ni Eric, ni Mike. C’est Cal le coupable de tout. C’est lui qui est l’instigateur de tous nos malheurs. En te mettant à dos tes amis, qui n’y sont pour rien, alors ça veut dire que Cal a gagné. Qu’il a été plus fort que toi. C’est ça que tu veux ! Qu’il triomphe une nouvelle fois en te sachant si malheureuse ? Tu ne mérites pas ça Paula. Tu es quelqu’un de bien.

Paula continuait à pleurer à chaudes larmes. « Je… j’ai si mal.

Betty prit Paula dans ses bras. « Je sais, dit-elle… je sais. »

Une demi-heure plus tard, Paula était prête à suivre Betty et retourner travailler.

En sortant de la maison, Paula demanda : « Quoi de neuf au bureau ?

- Mme Van der Blint t’attends avec impatience. Sinon, toujours pareil. Lisa ne sait toujours pas taper plus de trois mots à la minute.

- On devrait peut-être lui payer une formation, qu’elle apprenne à taper à la machine.

- J’ai du mal à imaginer Lisa apprendre quelque chose.

Elles se mirent à rire.

Derrière la fenêtre, Eric Bullock sourit en voyant Paula et Betty rirent aux éclats. « Adieu Princesse », dit-il avant de disparaître.

A SUIVRE...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mr. Peyton 06/04/2014 13:42

Dois-je fournir les kleenex ? :-)

Au fait, j'ai eu quelques problèmes avec le calendrier de programmation de la nouvelle plateforme où j'ai un peu mélangé les jours. Cet épisode là aurait dû sortir vendredi.

Du coup, le prochain épisode ce sera pour mardi ;-)

Marie A 06/04/2014 13:30

Quelle belle surprise, après tous ces jours de silence ! Et quel bel épisode !
La fin est trop belle, on en essuierait une petite larme... (au fait, pourquoi le mettre au conditionnel ?)