Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

# 678. Toute la vérité sur une vérité

# 678. Toute la vérité sur une vérité

Steven Cord se pencha vers Jack Peyton. « Tu te rends compte que tu as été roulé dans la farine par cet homme. Tu es conscient au moins que Fullerton t’a menti sur toute la ligne ?

- Je n’en avais pas conscience à l’époque.

- Il n’y a pas un mot de vrai dans ce que t’a raconté Fullerton. Linden a bien été tué, mais par Elby. Il avait fait boire le café avec de la strychnine à Linden et s’était arrangé pour avoir les empreintes de Lisa dessus. Quand il a fait chanter Lisa, elle a tout dit à Fullerton et il a été le tuer. Mais comme Lisa commençait à soupçonner Cal du meurtre, il s’est arrangé pour la faire accuser et lui faire porter le chapeau.

Jack frappa du poing. Il était rouge de colère. « Bon sang ! Je t’ai dit que je n’avais pas conscience de ça ! Je ne savais pas. Je la croyais coupable. Comme vous tous l’avez cru coupable ! Même toi ! Alors ne viens pas me faire la morale.

- Il ne s’agit pas de morale, Jack. Il s’agit de la vie d’une femme qui a passé quatre ans de sa vie en prison pour un crime qu’elle n’a pas commis. Si tu avais dévoilé à la police ce que Cal t’avait dit, et surtout si tu n’avais pas falsifié le rapport d’autopsie, nous n’en serions pas là aujourd’hui. Tout ça pour un nouveau bâtiment et la promesse d’un soutien à une élection.

- C’est là où tu te trompes, Steven. Si ça n’avait été que ça, j’aurais refusé. Mais il y avait Malooga. Si Jordan avait balancé tout ce qu’il savait, c’en été fini pas seulement pour moi, mais pour les centaines d’ouvriers qui travaillent à la Fabrique. Parce que la Fabrique aurait fermée !

- C’est pour ça que tu ne t’es pas défendu quand les ouvriers pensaient que tu avais détourné de l’argent de la Fabrique pour payer la note du Peyton Professional…

- Il faut que tu me croies Steven. Si j’avais su un seul instant que Lisa était innocente, je n’aurais pas marché dans la combine. Mais je pensais qu’elle avait tué Linden et je voulais qu’elle paie le prix fort pour ça.

- Comment as-tu réussi à falsifier le rapport d’autopsie ?

- J’ai graissé la patte du médecin légiste qui était sur le point de partir en retraite. Et de Walker aussi. Sa femme était malade et il avait besoin d’argent pour une opération très coûteuse.

Steven soupira. « Résultat : le médecin s’est donné la mort et Walker est en cavale. C’est un beau gâchis !

- Si tu veux me faire dire que je regrette : oui, je regrette. Mais je n’avais pas le choix.

- On a toujours le choix Jack. On a le choix de se mettre du bon côté de la barrière, quitte à en payer le prix fort.

Un long silence s’installa, brisé par Steven. « Il est temps de te racheter, Jack.

Jack secoua la tête. « Hors de question que je raconte tout ça à la police. Et je te rappelle que tu es soumis au secret professionnel.

- Je ne pensais pas à ça. Mais tu vas nous aider à coincer Fullerton. Que tu le veuilles ou non. Parce que si tu refuses, je te promets de tout raconter aux flics, quitte à foutre en l’air ma carrière. C’est ça, être du bon côté de la barrière. Alors, franchis là.

***

- Je ne comprends pas, Steven. Qu’est-ce qui te prends ?

Carolyn Russell était assise avec KC Reid et Steven autour d’une table ronde, au Cider Barrel.

Steven se défendit. « Ce n’est pas ça, tu n’as pas compris.

- Tu me dis que tu reprends l’affaire, c’est ce que j’ai compris. Ça veut dire que tu m’en écartes délibérément. Pourquoi ?

C’est KC qui répondit : « Parce qu’on s’est fait avoir. Ils sont de la même famille et ils ont fait un deal. On n’aurait jamais dû quitter le bureau et les laisser seuls.

Steven tourna un regard empli de colère à KC. « Ca suffit, maintenant ! Je n’ai pas fait de deal ni quoi que ce soit d’autre avec Jack. Arrêtez votre paranoïa et laissez-moi vous expliquer.

Carolyn soupira. « C’est ce que je te demande de faire depuis qu’on est sorti de chez Jack.

- Il se trouve que Jack m’a tout raconté. Je sais tout sur la relation qu’il a avec l’affaire Fullerton.

- Et alors ? Pourquoi tu ne nous dis rien ?

- Parce que je ne peux pas. Jack a veillé à ce que je sois son avocat pour cette affaire et je suis tenu au secret professionnel.

KC soupira. « Ça nous avance bien, maintenant. Il ne dira rien, vous ne pouvez rien dire… on est dans l’impasse.

Steven secoua la tête. « Non, parce que j’ai l’avantage de tout savoir maintenant sur cette affaire. Et je vais m’en servir pour faire sortir Fullerton de sa tanière.

- Comment ?, demanda Carolyn.

- J’ai un plan. Faites-moi confiance, c’est tout ce que je vous demande.

A Suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 20/03/2014 21:24

Mais Steven, on vous accorde notre confiance totale et entière ! Seulement, si on pouvait être dans la confidence, ce serait encore mieux ;-)

Mr Peyton 21/03/2014 11:30

Sûr qu'on aimerait bien connaître son plan, mais c'est plus savoureux de ne pas savoir.

Concernant le consternant problème des notifications d'articles par email, j'ai mis KC sur le coup. Elle a enquêté très sérieusement. Elle s'est abonnée aux parutions pour tester, et il s'avère qu'elle non plus n'a pas reçu de notification.

Donc, pour l'instant, il faudra faire sans, le temps que je trouve une solution à ce problème :-(